France: 48 heures pour reconnaître la Palestine

France: 48 heures pour reconnaître la Palestine

Publié le 31 Août 2011
Appelez le standard du Ministère des Affaires étrangères et européennes et demandez le cabinet de Monsieur Alain Juppé. Composez le:

01 43 17 53 53

Dans 48 heures, la France décidera de reconnaître ou non la Palestine lors d’une réunion cruciale des ministres des Affaires étrangères de l’Union Européenne. Près de 900 000 personnes ont signé notre pétition mondiale, dont 115 000 en France, mais le ministre des Affaires étrangères reste indécis. Nous pouvons intensifier la pression maintenant pour garantir le soutien de la France à un Etat palestinien.

Des responsables au Ministère des Affaires étrangères ont indiqué que le ministre pourrait être amené à faire le bon choix, et son soutien à la Palestine pourrait apporter à l’UE le leadership nécessaire pour que la demande soit votée à l’ONU. Mais pour contrer le lobbying intense des Etats-Unis et d’Israël, il doit entendre nos voix dès maintenant.

Submergeons aujourd’hui le bureau du ministre d’appels téléphoniques et donnons-lui l’aval des citoyens pour appeler à un Etat palestinien indépendant, ce qui pourrait sortir les négociations de l’impasse et les faire progresser un peu plus vers la paix. Les prochaines heures sont décisives — téléphonez dès maintenant.

Les dirigeants palestiniens ont reçu le soutien de 120 nations, mais ils ont besoin de l’appui des principaux dirigeants européens pour faire adopter une résolution favorable à l’ONU. Suite à notre campagne massive, le ministre espagnol des Affaires étrangères a annoncé que l’Espagne soutiendrait la demande d’adhésion de la Palestine! A présent, nous avons besoin que la France suive la même voie cette semaine.

Voici le numéro à appeler:

Standard du ministère des Affaires étrangères et européennes: 01 43 17 53 53 — demandez le cabinet d’Alain Juppé.

Les différents éléments ci-dessous vous guideront pour savoir quoi dire pendant l’appel:

  • 115 000 citoyens français et près de 900 000 personnes du monde entier ont signé la pétition appelant les Nations Unies à reconnaître la Palestine.
  • Le moment est venu pour la France de se trouver du bon côté de l’Histoire — il s’agit d’une proposition diplomatique légitime et non violente qui ouvre une voie nouvelle vers la paix.
  • Nous sommes en période d’équilibre précaire. Si nous soutenons cette proposition, nous pourrions redonner l’espoir à la plupart des Palestiniens qui veulent une résolution pacifique du conflit. Si nous ne la soutenons pas, cela pourrait déclencher une spirale de violence et faire le jeu des extrémistes.
  • Le gouvernement d’extrême-droite de Netanyahou entrave la reprise des pourparlers de paix en autorisant la construction de nouvelles colonies en Cisjordanie, mais la plupart des citoyens israéliens veulent une solution fondée sur deux Etats. C’est l’occasion de montrer que le monde recherche sérieusement une solution pour que deux peuples puissent vivre en paix côte à côte.
  • Le printemps arabe a ouvert la porte à une nouvelle ère passionnante des relations entre la France et le Moyen-Orient. Nous soutenons les personnes dans la région qui luttent pour l’autodétermination et la liberté. Il s’agit ici d’un appel des Palestiniens, et notre réponse se doit d’être cohérente. Si la France ne soutient pas la demande d’adhésion de la Palestine à l’ONU, nous pourrions perdre cette dynamique et retrouver les clivages dangereux de la dernière décennie.
  • Cette demande d’adhésion est cohérente avec la politique de l’Union Européenne qui a investi massivement dans le renforcement des capacités de l’Etat palestinien. Il serait contradictoire aujourd’hui de s’opposer à la fondation de cet Etat à l’ONU.

N’oubliez pas de rester polis — nous serons beaucoup plus convaincants si nous sommes raisonnables et courtois. Si vous n’arrivez pas à joindre le ministère, cela signifie probablement que nous encombrons leurs lignes — c’est un bon signe! Continuez à appeler si vous le pouvez! Si quelqu’un répond mais ne peut vous transférer, demandez à ce que votre appel soit officiellement comptabilisé par le standard. Vous pouvez ensuite poster un message sur le site du Ministère, et envoyer un courrier à Alain Juppé à l’adresse suivante: 37, quai d’Orsay 75700 Paris SP 07.
Souvenez-vous que la plupart des bureaux de l’administration sont ouverts de 9h à 17h. Si vous manquez ces horaires de bureau, veuillez réessayer à nouveau demain.

Après votre appel, postez un commentaire à droite pour partager votre expérience avec d’autres membres partout en France sur le chat en direct.

——————–<>——————–

Un article de Julien Salingue

dans la revue Contretemps qui permet de mieux comprendre la réalité Palestiniene.

« Etat palestinien » à l’ONU : Beaucoup de bruit pour rien ?

——————–<>——————–

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

——————–<>——————–

OUI  il faut se mobiliser pour un état palestinien;

sur le site de l’Association France Palestine Solidarité:

Un million de signatures pour un État palestinien indépendant

sur le site

https://secure.avaaz.org/fr/palestine_eu_callin_fr/?vl

sur le site du ministère des affaires étrangères:

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/navigation_3620/courrier_3884/reaction-actualite-internationale_65924.html

et le coup de téléphone à Mr Alain Juppé ministre des affaires étrangères:

01 43 17 53 53 -- demandez le cabinet d'Alain Juppé

——————–<>——————–

Libertés sur Internet, je soutiens La Quadrature du Net. Et vous ?

Publicités

La marche vers un Etat palestinien va franchir une étape le 20 septembre: Faute de perspective sérieuse de reprise des négociations de paix avec Israël, dans l’impasse depuis près d’un an en raison notamment de la poursuite de la colonisation, les Palestiniens comptent demander en septembre prochain à l’ONU l’admission en son sein d’un Etat de Palestine. REVUE DE PRESSE.

l’Humanité

Les Palestiniens présenteront leur demande de pleine adhésion aux Nations unies le 20 septembre, a déclaré samedi le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

La requête sera remise au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU à New York.

Depuis 1974, l’Autorité palestinienne, qui représente l’entité géographique de Cisjordanie, possède le statut d’observateur au sein de l’Organisation des Nations unies.

Les dirigeants palestiniens avaient déjà annoncé, en juillet, leur intention de présenter cette demande d’adhésion après l’échec de la réunion du Quartette (États-Unis, Russie, Union européenne, ONU) pour le Proche-Orient. Les responsables palestiniens excluent une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale de l’ONU.

Faute de perspective sérieuse de reprise des négociations de paix avec Israël, dans l’impasse depuis près d’un an en raison notamment de la poursuite de la colonisation, les Palestiniens comptent demander en septembre prochain à l’ONU l’admission en son sein d’un Etat de Palestine.

Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes de juin 1967, avant la Guerre des Six jours.

Ainsi l’Autorité palestinienne deviendrait souveraine sur la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.

Plus d’une centaine de pays ont apporté leur soutien à ce projet palestinien.

En outre, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l’ONU ont, dans trois rapports publiés au printemps, affirmé que Salam Fayyad, le premier ministre palestinien, avait réussi à mettre en place les institutions politiques et économiques indispensables pour créer un État viable.

L’’idée de créer deux Etats souverains -Israël et la Palestine- au Proche-Orient est certes soutenue par le Quartette diplomatique (Etats-Unis, ONU, Russie et Union européenne) depuis 2003. Mais Washington reste diplomatiquement proche d’Israël, qui souhaite s’aligner sur les frontières actuelles -et non celles de 1967. La demande d’adhésion pourrait donc se heurter à toutefois à l’opposition des États-Unis, alliés d’Israël, qui ont menacé de mettre leur veto pour bloquer la requête palestinienne.

A.S.

————-Palestine————-

Le Point

Le Point.fr – Publié le 13/08/2011 à 16:03 – Modifié le 13/08/2011 à 16:18

La procédure, annoncée fin juillet par l’Autorité palestinienne, se heurte à l’opposition des États-Unis.

Les Palestiniens demanderont l'adhésion à l'ONU en septembreMahmoud Abbas remettra « directement » la requête au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, à l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU. © Abbas Momani / AFPLe président palestinien Mahmoud Abbas présentera la demande d’adhésion à part entière d’un État de Palestine aux Nations unies le 20 septembre, a déclaré samedi à l’AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki. Le président de l’Autorité palestinienne remettra « directement » la requête – qualifiée de « démarche historique » – au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU à New York, a précisé Riyad al-Malki. « M. Ban Ki-moon va transmettre la demande au président du Conseil de sécurité », a ajouté le chef de la diplomatie palestinienne en soulignant que l’Autorité palestinienne « veut présenter la demande en septembre, car le Liban assurera alors la présidence du Conseil de sécurité ». « Cela va nous aider, car le rôle du président du Conseil de sécurité, qui a des prérogatives, est crucial », a expliqué le ministre palestinien.Les Palestiniens avaient déjà fait part fin juillet de leur l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur État à l’ONU en septembre, excluant une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies. « Le train palestinien est désormais en route pour New York », a récemment déclaré le négociateur palestinien Saëb Erakat. Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avant la guerre des Six Jours, soit la totalité de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.Contourner le veto américainIls se heurtent toutefois à l’opposition des États-Unis, qui menacent de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité. Une demande d’adhésion à l’ONU doit être validée par le Conseil. Pour contourner le veto américain, les Palestiniens pourraient se tourner vers l’Assemblée générale afin de lui demander d' »élever (leur) statut à l’ONU d’observateur à État non membre ». Cette formule leur permettrait de devenir membre à part entière de toutes les agences de l’ONU, comme l’OMS, l’Unesco, l’Unicef, où les Palestiniens ne siègent qu’en tant qu’observateurs.Riyad al-Malki a dit s’attendre à ce que « plus de 130 États reconnaissent l’État de Palestine » aux frontières de 1967. Les Palestiniens sont déterminés à aller à l’ONU faute de perspective réaliste de reprise des négociations de paix avec Israël, enlisées depuis près d’un an. Pour reprendre les discussions, les responsables palestiniens exigent un nouveau moratoire sur la colonisation, y compris à Jérusalem-Est, auquel Israël s’est refusé malgré d’intenses pressions internationales. Le gouvernement israélien, qui est hostile à une démarche unilatérale des Palestiniens, a annoncé cette semaine son intention de continuer à construire massivement dans les quartiers de colonisation à Jérusalem-Est.

————-Palestine————-

Les Echos

Une délégation arabe va soutenir l’initiative palestinienne à l’ONU

© AFP/Getty Images/Archives – Monika Graff

© AFP/Getty Images/Archives - Monika Graff

Une délégation de ministres arabes des Affaires étrangères va rencontrer les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et les exhorter à voter pour un Etat de Palestine à l’ONU, a annoncé jeudi le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Cette délégation, dirigée par le chef de la diplomatie du Qatar, va rencontrer les cinq membres permanents (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Chine et Russie) « à la fin de la semaine prochaine » pour les exhorter à voter en faveur de l’adhésion d’un Etat de Palestine à l’ONU, a déclaré M. Erakat à l’AFP.

Devant l’impasse du processus de paix, l’Autorité palestinienne, a lancé une initiative pour tenter de faire reconnaître un Etat de Palestine lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre à New York.

Mais les Etats-Unis s’y opposent et menacent de faire usage de leur droit de veto, insistant sur la nécessité de négociations directes pour mettre fin au conflit au Proche-Orient et permettre l’instauration de cet Etat palestinien.

Paris et Londres ont également suggéré un retour aux négociations plutôt qu’une demande à l’ONU, sans toutefois mentionner un veto.

M. Erakat a réaffirmé la volonté des Palestiniens de réclamer l’adhésion de leur Etat en septembre, notamment après l’annonce jeudi matin de la poursuite de la colonisation avec la construction de 1.600 nouveaux logements israéliens à Jérusalem-Est.

Le négociateur palestinien a appelé les Etats-Unis à « reconsidérer leur position hostile à l’initiative palestinienne » à l’ONU et le président américain Barack Obama à « soutenir cette initiative car elle est le seul moyen de préserver une solution à deux Etats ».

M. Erakat a également affirmé que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon avait assuré au président palestinien Mahmoud Abbas que l’ONU était prête à recevoir une demande d’adhésion « à n’importe quel moment, entre aujourd’hui et le 20 septembre ».

Le Fatah du président Abbas doit se réunir jeudi et vendredi pour mettre au point le calendrier de la demande d’adhésion, selon M. Erakat.

————-Palestine————-

Libération

La marche vers un Etat palestinien va franchir une étape le 20 septembre

Le président palestinien Mahmoud Abbas. (© AFP Abbas Momani)

Le président palestinien Mahmoud Abbas présentera la demande d’adhésion à part entière d’un Etat de Palestine aux Nations unies le 20 septembre, a déclaré samedi à l’AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

Le président de l’Autorité palestinienne remettra « directement » la requête –qualifiée de « démarche historique »– au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU à New York, a précisé M. al-Malki.

« M. Ban Ki-moon va transmettre la demande au président du Conseil de sécurité », a ajouté le chef de la diplomatie palestinienne, en soulignant que l’Autorité palestinienne « veut présenter la demande en septembre, car le Liban assurera alors la présidence du Conseil de sécurité ».

« Cela nous va nous aider, car le rôle du président du Conseil de sécurité, qui a des prérogatives, est crucial », a expliqué le ministre palestinien.

Les Palestiniens avaient déjà fait part fin juillet de leur l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur Etat à l’ONU en septembre, excluant une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies.

« Le train palestinien est désormais en route pour New York », a récemment déclaré à l’AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avant la Guerre des Six jours, soit la totalité de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.

Ils se heurtent toutefois à l’opposition des Etats-Unis qui menacent de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité. Une demande d’adhésion à l’ONU doit être validée par le Conseil.

Pour contourner le veto américain, les Palestiniens pourraient se tourner vers l’Assemblée générale afin de lui demander « d’élever (leur) statut à l’ONU d’observateur à Etat non membre ».

Cette formule leur permettrait de devenir membre à part entière de toutes les agences de l’ONU, comme l’OMS, l’Unesco, l’Unicef, où les Palestiniens ne siègent qu’en tant qu’observateurs.

M. al-Malki a dit s’attendre à ce que « plus de 130 Etats reconnaissent l’Etat de Palestine » aux frontières de 1967.

Les Palestiniens sont déterminés à aller à l’ONU faute de perspective réaliste de reprise des négociations de paix avec Israël, enlisées depuis près d’un an.

Pour reprendre les discussions, les responsables palestiniens exigent un nouveau moratoire sur la colonisation, y compris à Jérusalem-Est, auquel Israël s’est refusé malgré d’intenses pressions internationales.

Le gouvernement israélien, qui est hostile à une démarche unilatérale des Palestiniens, a annoncé cette semaine son intention de continuer à construire massivement dans les quartiers de colonisation à Jérusalem-Est.

————-Palestine————-

Le Monde

M. Abbas demandera l’adhésion de « l’Etat de Palestine » aux Nations Unies en septembre

Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, le 21 avril 2011 à Paris.

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, le 21 avril 2011 à Paris.AFP/LIONEL BONAVENTURE

Le président palestinien Mahmoud Abbas présentera la demande de pleine adhésion d’un Etat de Palestine aux Nations unies le 20 septembre, a déclaré samedi à l’AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

La requête sera remise au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU à New York, a précisé M. al-Malki. Les Palestiniens avaient déjà fait part fin juillet de leur l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur Etat de Palestine à l’ONU en septembre, excluant une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale des Nations unies.

Ils se heurtent toutefois à l’opposition des Etats-Unis, qui menacent de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité. Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes de juin 1967, avant la Guerre des Six jours, soit la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.

————-Palestine————-

L’EXPRESS

La Palestine va demander à adhérer à l’Onu

La Palestine va demander à adhérer à l'Onu Le ministre palestinien des Affaires étrangères, le 27 mai 2011 à Nusa Dua, près de Baliafp.com/Sonny Tumbelaka

Les Palestiniens présenteront leur demande de pleine adhésion le 20 septembre prochain. Les Etats-Unis menacent de faire échouer cette requête.

Les Palestiniens entreront-ils à l’Organisation des nations unies? Leur demande de pleine adhésion aux Nations unies lsera déposée le 20 septembre prochain, a déclaré ce samedi le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

La requête sera remise au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’Onu à New York.

Les Palestiniens avaient déjà fait part fin juillet de leur l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur Etat de Palestine à l’Onu en septembre, excluant une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale des Nations unies.

Ils se heurtent toutefois à l’opposition des Etats-Unis qui menacent de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité.

Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’Onu et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes de juin 1967, avant la Guerre des Six jours, soit la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.

————-Palestine————-

Le nouvel OBSERVATEUR

Les Palestiniens déposeront leur demande d’adhésion à l’ONU le 20 septembre

Le président palestinien Mahmoud Abbas va présenter la demande d’adhésion à part entière d’un Etat de Palestine aux Nations unies le 20 septembre malgré l’hostilité d’Israël et des Etats-Unis.

Le président de l’Autorité palestinienne remettra « directement » la requête –qualifiée de « démarche historique »– au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le jour de l’ouverture de la prochaine Assemblée générale de l’ONU à New York, a déclaré samedi à l’AFP le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

« M. Ban Ki-moon transmettra la demande au président du Conseil de sécurité », a ajouté le chef de la diplomatie palestinienne, en soulignant que M. Abbas « veut présenter la demande en septembre, car le Liban assurera alors la présidence du Conseil de sécurité ».

« Cela nous va nous aider, car le rôle du président du Conseil de sécurité, qui a des prérogatives, est crucial », a-t-il expliqué.

Un haut responsable israélien qui a requis l’anonymat a critiqué la décision palestinienne: « Apparemment Mahmoud Abbas a pris la décision de s’abstenir de mener des négociations directes, c’était prévu et c’est dommage ».

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahu continue à croire que le processus de paix ne peut avancer que par des négociations directes et réelles », a ajouté ce responsable.

Les Palestiniens avaient déjà fait part de leur l’intention de demander au Conseil de sécurité l’adhésion de leur Etat à l’ONU en septembre, excluant une reprise des négociations avec Israël avant l’Assemblée générale annuelle des Nations unies.

Les Palestiniens veulent obtenir une adhésion à part entière à l’ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avant la Guerre des Six jours, soit la totalité de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.

Ils se heurtent toutefois à l’opposition des Etats-Unis qui menacent de faire échouer la requête palestinienne en utilisant leur veto au Conseil de sécurité. Une demande d’adhésion à l’ONU doit être validée par le Conseil.

Pour contourner le veto américain, les Palestiniens pourraient se tourner vers l’Assemblée générale afin « d’élever (leur) statut à l’ONU d’observateur à Etat non membre ».

Cette formule leur permettrait de devenir membre à part entière de toutes les agences de l’ONU, comme l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), l’Unesco, l’Unicef, où les Palestiniens ne siègent qu’en tant qu’observateurs.

M. al-Malki a dit s’attendre à ce que « plus de 130 Etats reconnaissent l’Etat de Palestine » aux frontières de 1967.

Les Palestiniens sont déterminés à aller à l’ONU faute de perspective réaliste de reprise des négociations de paix avec Israël, enlisées depuis près d’un an.

Un responsable palestinien a révélé samedi que Mahmoud Abbas avait rencontré secrètement en vain à quatre reprises le président israélien Shimon Peres à Amman et à Londres pour tenter de relancer le processus de paix, en précisant que M. Netanyahu avait fait échouer ces efforts.

Lors de leur dernière tentative, à la mi-juillet, les membres du Quartette sur le Proche-Orient (ONU, Etats-Unis, Russie et Union européenne) n’ont pas réussi à s’entendre sur une déclaration susceptible de débloquer l’impasse.

Pour reprendre les discussions, les responsables palestiniens exigent un nouveau moratoire sur la colonisation, y compris à Jérusalem-Est, auquel Israël s’est refusé malgré d’intenses pressions internationales.

Le gouvernement israélien, hostile à une démarche unilatérale des Palestiniens, a annoncé cette semaine son intention de continuer à construire massivement dans les quartiers de colonisation à Jérusalem-Est.

————-Palestine————-

LE POST


Israel fait pression sur les Etats-Unis afin d’éviter le reconnaissance de l’Etat de Palestine.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s’est réuni lundi dernier avec une délégation de congressistes américains dont il a averti que la reconnaissance de la Palestine aux Nations Unis “portera préjudice à la paix”  au Proche-Orient.

Netanyahu a rapporté à la délégation nord-américaine que son gouvernement était engagé dans cette paix et qu’il était prêt à reprendre les discussions directes avec l’Autorité Palestinienne sans conditions dès ce mois-ci, selon une information d’Israel Radio recueillie par The Jerusalem Post.

Cependant, dans ce contexte, le premier ministre israélien a mis l’accent sur les possibles conséquences du la reconnaissance de l’Etat de Palestine en septembre par l’Assemblée Générale de l’ONU. D’après lui, cela endommagera quelconque possibilité de trouver une solution pacifique à un conflit qui dure depuis des décennies.

Les Etats-Unis, à ce qu’on suppose, tentent d’empêcher que les ambitions palestiniennes d’aller aux Nations Unis ne créent une situation insoutenable et, selon une source diplomatique citée par  Haaretz, Washington prévient qu’il ne pourra pas avoir les mêmes relations avec l’Autorité Palestinienne à partir de septembre si elle poursuit ses plans. “Nous voulons continuer à coopérer, mais cela sera très dur pour nous”, a rapporté la source.

De cette forme, les autorités nord-américaines ont insisté devant les représentants palestiniens que “ils pourront atteindre leurs objectifs seulement grâce aux discussions directes”  et que “aller à l’ONU est une mauvaise idée.” Dans tous les cas, Les Etats-Unis se sont adressés à Israel comme à la Palestine pour empêcher qu’un conflit n’éclate en septembre.

Encore une fois, Les Etats-Unis se sont faits menés par le bout du nez par les sionistes.

————-Palestine————-

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Libertés sur Internet, je soutiens La Quadrature du Net. Et vous ?

« Printemps des peuples en lutte » Du Maghreb au Moyen-Orient Samedi 19 mars 2011 Place Notre Dame Grenoble De 12H à 16H : Village solidaire (stands, information, dégustation spécialités, musique…) 16 H : MANIFESTATION

Depuis le renversement du dictateur tunisien Ben Ali le 14 janvier dernier, une lame de fond se lève sur tout le monde arabe, le Maghreb et le Moyen-Orient pour la liberté, la démocratie, la justice sociale. Un second dictateur a été chassé : en Egypte, Hosni Moubarak a dû quitter le pouvoir. Notre solidarité va aussi à tous les autres peuples – Algérie, Maroc, Libye, Oman, Bahrein, Yemen, Iran, Irak, Palestine…- qui dans leur lutte pour leur liberté subissent une répression violente.

Complicité des grandes puissances et des organisations internationales

Nous dénonçons le soutien apporté par les grandes puissances impérialistes – Etats-Unis, Union Européenne, Etat français- à ces régimes dictatoriaux et corrompus qui détournent les richesses nationales au profit d’une minorité et condamnent leur jeunesse au chômage et au désespoir. Ces politiques impérialistes imposées par les grandes puissances et par le FMI, au profit des multinationales, n’ont fait qu’aggraver la misère et les injustices. Par ailleurs, les ventes massives d’armes à ces régimes les aident à réprimer les peuples et à maintenir leur domination.

Nous dénonçons l’Europe forteresse qui ferme ses portes à celles et ceux qui fuient les dictatures, les guerres, la misère résultant des politiques imposées par les grandes puissances et les organisations internationales. Des politiques qui profitent au Nord comme au Sud à des minorités. Ce n’est pas aux grandes puissances, complices de la situation, de décider à la place des peuples. Nous refusons toute ingérence étrangère.

Solidarité avec les peuples en lutte

Partout dans le monde, à l’appel du Forum social mondial de Dakar (février 2011) , les 19 et 20 mars, sont organisées des manifestations en solidarité avec ces peuples en lutte du Maghreb et du Moyen Orient dont les conquêtes renforcent les luttes de tous les peuples, dans le monde y compris en France.

Non aux ventes d’armes

Que cesse toute complicité avec les dictatures

Annulation des Accords de libre échange et de la dette du Tiers-Monde

Dénonciation de l’Europe forteresse

Solidarité avec la révolution des peuples du Maghreb et du Moyen Orient

A l’Appel de : ADAFL [Association dauphinoise Amitiés franco-libanaises]- ADES- ADLPF [Association libres penseurs France]- AFPS- Amitiés franco-arabes- ASALI- ASEG-FSE [Fédération syndicale étudiante]- ATI/CDR {Association des Tunisiens Isère/Citoyens des 2 Rives]- ATTAC 38- CADTM- CIDEM (Centre d’initiative euro-Méditerranée)- CIIP- Coordination iséroise de soutien aux sans papiers– CSRA- Europe Ecologie/Verts Isère- FSQP [Forum social des quartiers populaires)- FSU 38- Iran solidarités- Les Alternatifs- Ligue des Droits de l’Homme 38- Ligue défense des droits de l’homme en Iran– Maroc solidarités citoyennes- Mouvement de la Paix- Nil Isère- NPA- PAG 38- Parti de Gauche 38- Parti socialiste- Pas à Pas- PAS 38- PCF- PIR [Parti des Indigènes de la République]- PCOF-PRCF & JRCF- Ras l’Front Voiron- Sud Solidaires Isère- Survie Isère


Billet mis en ligne par D.R. (DS Cgt Tyco Electronics France SAS)

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

UN BATEAU FRANÇAIS POUR GAZA

————————————————————-

Un tour de France pour Gaza 

Paris le 26 janvier 2011,

Avant de passer par la mer, la mobilisation en France pour briser le blocus de la bande de Gaza passera d’abord par la terre. Deux après la fin de l’attaque israélienne, une vingtaine de villes en France accueilleront le « Bateau Gaza Tour », dans le cadre de la campagne « Un bateau français pour Gaza ».

Celle-ci a été lancée en novembre 2010 par le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens et la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine. Elle regroupe aujourd’hui 60 associations, collectifs, syndicats et partis politiques, au niveau local et national. Après plusieurs mois de mobilisation, le soutien financier et citoyen devient de plus en
plus fort et grâce aux dizaines de mobilisations de soutien partout en France nous nous rapprochons de notre objectif pour l’envoi du bateau en mai prochain.

La tournée qui est organisée du 2 février au 26 février portera les trois messages de la campagne : dénoncer et briser le siège israélien de Gaza, promouvoir et faire respecter le droit international, répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Palestiniens de Gaza. Danschaque ville seront organisés des débats, des interventions publiques, des projections de films afin de récolter des dons pour l’envoi d’un bateau et informer sur les conséquences du blocus.

UN BATEAU FRANÇAIS POUR GAZA

publié le lundi 1er novembre 2010

Ce bateau de l’espoir se joindra à la Flottille de la Liberté, organisée par la Coalition internationale organisatrice de la première flottille et qui regroupe maintenant des associations « nationales » des mouvements de solidarité de nombreux pays d’Europe, des Amériques et d’Asie.


Les objectifs de la campagne « un bateau français pour Gaza » :

- Dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza,
- Promouvoir et faire respecter le droit international,
- Répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Palestiniens de Gaza.

http://unbateaupourgaza.fr/

VOIR AUSSI:


le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens(CNPJDPI),
conformément à sa charte, lance l’initiative
« Un bateau français pour Gaza »

Au moment où Gaza est assiégée depuis plus de trois ans, 

les organisations du collectif national (CNPJDPI) s’engagent à rejoindre la deuxième flottille de la liberté qui partira pour Gaza dans quelques mois en affrétant un ou plusieurs bateaux français.

En s’engageant dans cette voie pacifique, nous voulons aujourd’hui :

Dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza
Promouvoir et faire respecter le droit international
Répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Gazaouis

Conscient de l’ampleur de l’initiative et de son coût, le collectif développera cette campagne dans la transparence avec un souci d’élargissement et de coopération avec toutes les forces qui souhaiteraient s’y associer.

Le collectif met à disposition des citoyens ainsi qu’à tout donateur institutionnel le compte bancaire suivant pour soutenir ce projet.

Chèque libellé à MRAP/ Bateau pour Gaza France, doit être adressé au MRAP, 43 boulevard Magenta, 75010 Paris

en pièce jointe la liste des organisations signataires de la charte du CNPJDPI et
en rouge celles qui sont signataires à ce jour de l’appel « un bateau français pour Gaza »

merci de vérifier cette liste et de la modifier si vous souhaitez que votre association soit associée à cette initiative

Pour mener à bien cette initiative, nous devons disposer d’un « fond de caisse », voir ci-dessous, merci d’associer à votre signature un engagement financier (le principe étant 200 euros pour les associations nationales, 50 euros pour les associations locales)

Une ligne a été ouverte sur le compte du MRAP. L’intitulé des chèques doit être le suivant
« MRAP – Bateau pour Gaza France ».
Le MRAP fera des photocopies des chèques (recettes et dépenses). Le MRAP ne pourra pas faire d’avance de fonds. Les achats auront donc lieu qu’une fois l’argent disponible sur le compte.


——————————————————————————————

 

 


Enhanced by Zemanta

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Boycott Désinvestissement Sanctions: CAMPAGNE du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens

Boycotter Israel, c’est lutter pour une paix juste – Article du Monde – 17/11/10

Que font nos gouvernements ? Que font les représentants de la communauté des nations ? Exercent-ils des pressions sur Israël ? Non. C’est fort de ce constat que la société civile palestinienne, un an après l’avis de la CIJ concernant le mur, a invité la société civile internationale à se charger elle-même de faire pression sur Israël et sur nos gouvernements, pour que l’impunité cesse. La fin de cette impunité est la seule voie possible vers une paix réelle, où le droit et la justice seraient des principes intangibles et non pas, comme c’est le cas à l’heure actuelle, des objets de négociation.

————————————————————————————-

CAMPAGNE
du Collectif national pour une paix juste et
durable entre Palestiniens et Israéliens
Boycott
Désinvestissement
Sanctions

LA CHARTE DE BDS FRANCE:

charte-de-la-campagne-bds-france

Voir la galerie ARTINTIFADA:

LE MASSACRE DE GAZA

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Manifestation Samedi 5 juin 2010 à 15H30 Rue Félix Poulat – Grenoble « Suite aux meurtres de militants de la flottille de la liberté par l’armée israélienne ».

Palestine : Levée du blocus de Gaza

Lundi 31 mai : la « flottille » de la liberté » victime d’un acte de guerre

Halte à l’impunité d’Israël !

L’assaut donné le 31 mai à l’aube par l’armée israélienne contre la flottille de bateaux transportant une aide humanitaire à Gaza, dont la population – un million et demi d’habitants- est littéralement coupée du monde, affamée, assoiffée, sans ressources ni aucune aide à la reconstruction de son territoire transformé en prison à ciel ouvert. On dénombre 9 morts. Et plus de 700 passagers ont été emprisonnés en Israël, libérés seulement après une intense pression internationale. Il s’agit d’un véritable acte de piraterie, perpétré dans les eaux internationales, d’un véritable crime de guerre.

De très fortes mobilisations se sont déroulées dès le 31 mai. Il y a eu des rassemblements dans la plupart des capitales européennes : 4000 personnes à Athènes, 5000 à Stockholm, 5000 à Paris, 2000 à Dublin, 10000 à Istanbul. En Palestine, un deuil national de 3 jours a été décrété. En France, les mobilisations ont touché plus de 39 villes. Nous étions au moins 400 à Grenoble.

Les organisations soussignées appellent à une

Manifestation Samedi 5 juin 2010 à 15H30  Rue Félix Poulat – Grenoble

Pour Exiger :

  • La condamnation, notamment par le gouvernement français, de cet acte de guerre et de piraterie perpétré délibérément par le gouvernement israélien
  • La levée immédiate du blocus de Gaza
  • Des sanctions contre Israël et le jugement des auteurs de cet acte de piraterie
  • La suspension de l’accord d’association Union Européenne / Israël
  • Le respect du droit international par Israël, sa reconnaissance d’un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, l’évacuation de toutes les colonies, le juste règlement du droit au retour des réfugiés

A l’appel de :ADES- AFPS [Association France Palestine Solidarité]- APEF [Association des Palestiniens en France]- Alternatifs (Les)- ATTAC Isère- Amitiés franco-libanaises- CCMG-UOIF- Collectif isérois pour la Palestine[ CCFD 38- Chrétiens Proche-Orient- CIIP- Clubs Unesco- Collectif isérois pour la Palestine[Femmes en Noir- Iran Solidarités- Les Verts, NPA, LIDDH, Ligue de défense des droits de l’Homme en Iran, LDH, LIFPL, Maroc Solidarités Citoyennes, Mouvement de la Paix, Nil Isère, PCOF, Secours Catholique, SGAP, UJFP, Verts Isère]- CSRA [Collectif de soutien aux réfugiés politiques algériens]- Culture et Dialogue- Echirolles Solidarité Palestine- EMF [Étudiants musulmans de France]- F.A.M.I. (Fédération des Associations des Mosquées de l’Isère]- JRCF- MRAP- Parti de Gauche- Pas à Pas- P.I.R. [Parti des Indigènes de la République]- Pour une Alternative à Gauche- PAS 38- PCF- PRCF- Solidaires- UD CGT-

VOIR notre billet du 1 juin 2010:

Suite aux meurtres de militants de la flottille de la liberté par l’armée israélienne :


Wikio - Top des blogsSLOGAN:

Palestine solidarité !

So. So Solidarité avec le peuple palestinien !

GAZA, GAZA : solidarité !

Des sanctions contre Israël !

Halte, Halte au blocus de Gaza !

Etat d’Israël, Etat criminel !

Etat d’Israël, Etat terroriste

Enfants de Gaza, enfants de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine !

Israël terroriste, Europe complice !

Israël assassin, un Etat pour les Palestinien !

http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs - Divers

10 Heures pour la Palestine Résistance à l’enfermement

Flag Palestine
Image by erjkprunczyk via Flickr

 

 

 

10 Heures pourla Palestine

Résistance à l’enfermement

14H : accueil : stands associatifs, exposition, table de presse, vente artisanat palestinien.

15H : projection du film : »Jérusalem, the East Side Story », réalisateur : Mohammed Alatar

16H30 : témoignage de Jean Michel Asselin, écrivain, photographe, présent à Gaza durant la guerre de janvier 2009

18H : Conférence débat:


de 1948 à nos jours

ILAN PAPPE

l’un des nouveaux historiens israéliens

auteur de « Nettoyage ethnique de la Palestine »

(voir biographie au dos)

20H : repas

21H : soirée musicale et poétique

Samedi 28 novembre 2009

Centre œcuménique St Marc

6 avenue Malherbe Grenoble

A l’appel du collectif isérois pour la Palestine

Association des amitiés franco-libanaises, CCFD 38, Chrétiens et Proche-orient, CIIP, Clubs Unesco, Femmes en Noir, Iran Solidarités, Les Alternatifs, les Verts- Isère, NPA, Ligue de défense des droits de l’homme en Iran, LDH, LIFPL, Maroc Solidarités citoyennes, Mouvement de la paix, Nil Isère, PCOF, Secours Catholique Caritas, SGAP, UJFP.

Avec le soutien de l’Association des Palestiniens en France et l’AFPS

Participation aux frais : 12 €  avec le repas, 5 € sans repas

réduction chômeurs étudiants

Ilan Pappé

Ilan Pappé est né en 1954 à Haïfa de parents juifs allemands, ayant du fuir la persécution nazie en 1930.

A l’âge de 18ans, il est enrôlé dans les forces de défense israélienne et sert dans les hauteurs du Golan pendant la guerre de 1973.

Diplômé de l’université hébraïque de Jérusalem en 1978, il obtient son doctorat d’histoire à l’université d’Oxford . Sa thèse devient son premier livre : « Grande Bretagne et conflit israélo-palestinien ».

Il est Directeur de l’Institut pour la paix de Givat Haviva de 1993 à 2000 et Président de l’Institut d’études palestiniennes de Emil Touma.

Suite à son appel au boycott des universités d’Israël en 2007, il est poussé à démissionner. Vivre en Israël devient difficile pour lui. Ses convictions sont jugées indésirables et suite à des menaces quotidiennes, il choisit de quitter son pays et de vivre en Angleterre où il est désormais professeur d’histoire à l’Université d’Exeter et co-directeur du centre d’études politico-ethnique.

Il est l’auteur de plusieurs livres :

-Grande Bretagne et conflit israélo-palestinien 1988

-La guerre de 48 en Palestine 2000 éd. Fabriques Eds

-Une terre pour deux peuples 2004 éd. Fayard

-Libertés à l’université 2004 éd. Fabriques Eds

-le Nettoyage ethnique de la Palestine 2008 éd. Fayard

-Le champ du possible en collaboration avec Noam Chomsky

2008 éd. Aden Belgique




Reblog this post [with Zemanta]
  • ARCHIVES