Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnaud) ? …: Warren Buffett, l’homme qui voulait payer plus d’impôts. / . \/ . \ Warren Buffet: «Taxez-moi!»

« Mes amis et moi-même avons trop longtemps été gâtés par un Congrès en bons termes avec les milliardaires. Il est temps pour notre gouvernement de s’atteler sérieusement au partage des sacrifices », écrit Warren Buffett.

Le milliardaire, qui paie (relativement) moins d’impôts que ses employés, demande à Obama d’« arrêter de cajoler les riches »

Certains le traiteront d’hypocrite, d’autres de doux rêveur, certains penseront qu’il est en train d’acheter sa place au paradis… Warren Buffett, l’un des hommes les plus riches au monde, vient de prendre sa plume pour demander à… payer plus d’impôts.

Ce financier américain, qui fêtera dans quelques jours ses 81 ans et qui pèse au bas mot 50 milliards de dollars (34 milliards d’euros), a publié dans le New York Times une tribune pour se plaindre que ses impôts, et ceux de ses « amis super-riches » comme il les décrit lui-même, ne sont pas assez élevés alors que la classe moyenne et les plus pauvres souffrent des conséquences de la crise financière.

Il donne des chiffres : sa dernière feuille d’imposition fait apparaître qu’il a dû payer plus de six millions de dollars (4 millions d’euros) au Trésor américain. Une somme coquette, mais dont il fait observer qu’elle ne correspond qu’à 17,4% de son revenu imposable, grâce à des tas d’exemptions fiscales et de déductions parfaitement légales. Avec ce résultat très paradoxal :

« C’est moins que ce que payent les vingt autres personnes de mon bureau. Leur imposition va de 33 à 41% de leurs revenus, avec une moyenne à 36%. »

Il ajoute ce commentaire qui en dit long sur la place de la finance dans le capitalisme d’aujourd’hui :

« Si vous faites de l’argent avec de l’argent, comme le font certains de mes amis super-riches, votre pourcentage pourra même être encore plus bas que le mien. Mais si vous gagnez votre vie avec un travail, votre pourcentage sera supérieur au mien, et sans doute de beaucoup. »

Il faut augmenter les impôts des plus riches

Une situation qui, selon lui, n’était pas le cas dans les années 80 et 90. Entre 1992 et 2008, alors que les revenus des 400 Américains les plus riches a décuplé, leur taux d’imposition moyen est passé de 29,2% à 21,5%.

Warren Buffett fait donc une proposition au Comité conjoint qui a été récemment décidé par Barack Obama et son opposition républicaine pour trouver des solutions au problème du déficit budgétaire : augmenter les impôts des plus riches.

Il suggère de ne pas toucher à l’imposition de 99,7% des contribuables américains, mais de n’augmenter les impôts que de ceux qui déclarent plus d’1 million de dollars de revenus par an, soit 236 883 personnes en 2009, et plus encore pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars par an, et qui étaient quand même 8 274 en 2009.

Sa conclusion :

« Mes amis et moi avons été cajolés pendant trop longtemps par un Congrès ami des millionnaires. Il est temps que notre gouvernement devienne sérieux sur le partage des sacrifices. »

Warren Buffett n’est pas qu’un riche excentrique. Il est l’un des gourous de la finance américaine, avec son fonds Berkshire Hathaway, dont le succès lui a valu le titre de « meilleur investisseur du XX° siècle ». Il est un des personnages emblématiques du capitalisme américain, dont les paroles et les conseils sont suivis aveuglément par les petits porteurs.

Le choix de la philanthropie

Depuis le début des années 80 et sa formidable réussite financière, réalisée à coups d’investissements judicieux, d’une bonne lecture du marché et d’audace récompensée, Warren Buffett est aussi un grand philanthrope, dans la grande tradition américaine.

Il y a un an, Warren Buffett s’était associé à Bill Gates, un de ses grands amis « super-riches » (Gates siège au conseil d’administration de Berkshire Hathaway), pour lancer une initiative sans précédent et sans équivalent au monde : ils ont lancé le « giving pledge », un « engagement de don » par lequel qu’ils s’engagent à donner la moitié de leur fortune à des oeuvres humanitaires. Une quarantaine de milliardaires avaient signé ce « pledge », dont Marc Zuckerberg (Facebook), Larry Ellison (Oracle), ou encore le fondateur de CNN, Ted Turner.

Warren Buffett avait déjà promis 80% de sa propre fortune à la fondation de Bill et Melinda Gates, très active dans la lutte contre le sida et pour la vaccination dans le monde en développement.

La taxation des super-riches comme solution au déficit budgétaire ? Sans doute pas, comme le montrait, chiffres à l’appui, notre blogueur Jean Matouk lorsque la rumeur avait circulé que Bill Gates était « plus riche que l’Amérique »…

Mais la fin de cette injustice déjà choquante en période faste mais carrément inacceptable en temps de crise, du fait que les plus riches payent en pourcentage moins d’impôts que le reste de la population, et que le capital est moins impos que le travail, peut constituer une partie de la réponse, à côté des économies budgétaires et des mesures d’austérité qui sont en train d’être imposées un peu partout.

En France, le débat est d’abord politique

En France, le gouvernement se refuse à aller dans cette direction, se contentant de parler de l’élimination de certaines « niches fiscales », ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

A gauche, Martine Aubry a clairement annoncé la couleur, dans une tribune publiée vendredi dans Le Monde, qui va exactement dans le même sens que les remarques de Warren Buffett : « Les revenus du capital cesseront d’être moins taxés que ceux du travail. »

La candidate à la primaire socialiste s’est néanmoins attirée une attaque en règle de Valérie Pécresse, la ministre du budget, qui a accusé Martine Aubry de préparer des augmentations d’impôts, une antienne qu’on entendra sans doute beaucoup pendant la campagne.

Les super-riches, eux, se taisent. Peut-être que la différence entre les Etats-Unis et la France, c’est qu’ici, ce sont les politiques qui s’écharpent sur les impôts, tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, les plus riches devancent l’appel et proposent de participer à l’effort collectif. Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnaud) ? …

Photo : Warren Buffett entouré de pom pom girls de l’université du Nebraska en avril (Rick Wilking/Reuters)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89
Ailleurs sur le Web

___________—- / . \/ . —-___________

« Alors que les classes pauvres et les classes moyennes se battent pour nous en Afghanistan, alors que la plupart des Américains luttent pour boucler leurs fins de mois, nous les méga-riches continuons de bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires », estime Warren Buffett dans sa tribune.


Warren Buffet: «Taxez-moi!»

Dans une tribune publiée par le New York Times, le milliardaire américain a appelé lundi les parlementaires à augmenter les impôts pour les plus riches.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le milliardaire américain a appelé lundi les parlementaires à augmenter les impôts pour les plus riches.

93 commentaires

Warren Buffet (AP)

L’investisseur milliardaire Warren Buffett a appelé lundi les parlementaires américains à augmenter les impôts pour les plus riches afin de réduire l’énorme déficit budgétaire du pays, affirmant que cela ne nuira ni aux investissements, ni aux emplois.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le patron du fonds d’investissement Berkshire Hathaway propose une hausse d’impôts pour les Américains dont les revenus dépassent au moins un million de dollars par an, et une hausse encore plus élevée pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars annuels.

« Nos dirigeants ont appelé à +un sacrifice partagé+. Mais quand ils ont fait cette demande, ils m’ont épargné. J’ai vérifié auprès de mes amis méga-riches pour savoir à quels sacrifices ils s’attendaient. Eux non plus n’avaient pas été touchés », écrit le milliardaire.

« Pendant que les pauvres et les classes moyennes combattent pour nous en Afghanistan, et pendant que de nombreux Américains luttent pour joindre les deux bouts, nous, les méga-riches, continuons à bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires », poursuit-il.

M. Buffet explique que son taux d’imposition par l’Etat fédéral représentait 17,4% de ses revenus imposables l’an dernier, alors que celui des 20 personnes travaillant dans son bureau était compris entre 33 et 41%.

Le taux d’imposition des riches était « beaucoup plus élevé » dans les années 1980 et 1990, et pourtant près de 40 millions d’emplois ont été créés entre 1980 et 2000, rappelle M. Buffett.

« Vous savez ce qui s’est passé depuis: des impôts plus bas et beaucoup moins de créations d’emplois ».

« Les gens investissent pour gagner de l’argent, et une imposition potentielle ne les a jamais fait fuir », écrit-il encore.

Le Congrès américain est parvenu à un accord de dernière minute le 2 août sur le relèvement du plafond de la dette, alors que le pays était à deux doigts du défaut de paiement et après des semaines de bras de fer entre républicains et démocrates. Le texte prévoit des coupes budgétaires mais aucune hausse d’impôts.

(source AFP)

___________—- / . \/ . —-___________

___________—- / . \/ . —-___________


Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

___________—- / . \/ . —-___________

Libertés sur Internet, je soutiens La Quadrature du Net. Et vous ?

1er Mai : Une journée de lutte déterminante

1er mai
Image by @pach via Flickr

1er Mai

Une journée de lutte déterminante

1er Mai 2010 Une journée déterminante

Interpellation commune des organisations syndicales CGT, CFDT, FSU, UNSA, SOLIDAIRE

Interpellation Commune 1er mai 2010 Interpellation commune des organisations syndicales CGT, CFDT, FSU, UNSA, SOLIDAIRE


Reblog this post [with Zemanta]

STMicroelectronics: le démentèlement?

Mouvement social ST-Grenoble

Bonjour,

Comme convenu voici des nouvelles du mouvement social en cours à ST.

Cela fait 3 semaines que 300 à 500 salariés du site de Grenoble se réunissent en assemblée générale de 13h30 à 14h30, avec chaque jour des initiatives : remise de pétitions, manifestation sur le site, distribution de tract, « envahissement » du CE, etc …
Le mouvement est mené jusqu’à présent en intersyndicale.

Pour situer le contexte, l’entreprise STMicroelectronics a décidé en 2008 de créer une entreprise nouvelle avec Ericsson appelée ST-Ericsson, centrée autours des activités de téléphonie mobile. En résultat, sur le site de Grenoble, sur 2400 salariés, 900 salariés se retrouvent tout d’un coup dans une nouvelle entreprise. Alors qu’au début la direction minimisait l’affaire en la présentant comme une simple construction juridique, depuis quelques mois la direction agit comme s’il s’agissait de deux entreprises totalement différentes. Il est devenu extrémement difficile d’être muté entre STMicro et ST-E. Or la direction est en train de réduire les effectifs (plans sociaux en cours) dans ST-Ericsson. Le mois dernier, la direction de ST a annoncé une politique salariale minable (2.2% pour 2010, alors qu’il y a eu 0 en 2009 et que l’activité redémarre fortement en 2010), avec en plus les salariés de ST-E augmentés seulement à l’automme 2010. Cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase déjà bien rempli !

Les revendications sont :
* refus de la coupure du site en deux entreprises, maintien de l’UES (unité économique et sociale), unité des statuts sociaux (politique salariale, mutuelle, ..), possibilité de passer d’une entreprise à une autre, etc …
* des augmentations générales avec un plancher,
* une réduction de la rémunération des dirigeants (staff),
* des engagements pour l’avenir et l’emploi,
* que nano 2012 serve rééllement pour développement du site ; il y a des engagements de création de 600 emplois qui ont été pris par la direction pour les sites de Grenoble et de Crolles. Or le site de Grenoble a vu ses effectifs reculer entre 2008 et 2009.

Hier, nous avions décidé de nous adresser aux pouvoirs publics pour leur demander d’intervenir. Si la microelectronique est une industrie suffisemment importante pour justifier d’aides publiques, il est indispensable que les pouvoirs publics obtiennent des engagements en matière d’avenir, et une polituque sociale de qualité.

Nous étions 130 manifestants hier à nous rendre devant la ville de Grenoble, la Métro, le Conseil Général, la préfecture. Nous avons été reçus à chaque fois, nous avons déposé une motion (document joint), et obtenu l’engagement de rencontres dans les prochains 15 jours. Il pourrait y avoir 3 réunions :

  • avec M. Marc Baïetto (président de la Métro), M. Michel Destot (député-maire de Grenoble), Mme Geneviève Fioraso (adjointe au maire de Grenoble chargé de l’économie et de la recherche, 1ère vice-présidente de la Métro, PDG de la SEM Minatec Entreprises),
  • avec M. Erwann Binet (Vice Président du Conseil Général de l’Isère chargé du développement économique et de la recherche),
  • avec M. Albert Dupuy (préfet de l’Isère), ou un des membres de son cabinet.

Nous refaisons une assemblée générale ce midi pour décider la suite du mouvement.

A bientôt,

Mariano

Salaires, emploi, retraites Tous ensemble le 23 mars

General Confederation of Labour (France)
Image via Wikipedia

Tous ensemble le 23 mars

Tract confédéral CGT

tractconf23mars10

Les salaires, l’emploi, les retraites, les services publics sont au coeur
d’une série de conflits en France et chez nos voisins européens.
Dans l’Hexagone, pas plus qu’ailleurs, les salariés, les populations
refusent de payer les frais d’une crise dont ils ne sont pas responsables.
En France, les mesures prises par le gouvernement n’ont
apporté aucune réponse aux urgences sociales. Allègements de
« charges patronales», suppression de la taxe professionnelle, aides
massives aux banques n’ont fait que restaurer et conforter les profits
des entreprises, sans permettre une reprise de l’activité et une
baisse du chômage. Et le patronat en redemande plus !
Quant aux services publics, le gouvernement persiste à supprimer
massivement des postes indispensables à des missions utiles. Nous
avons besoin de services publics et d’entreprises publiques répondant
mieux aux attentes des besoins des populations et donc à l’intérêt
général.
Loin de préparer une sortie de la crise, ces mesures alimentent tous
les mécanismes qui nous y ont conduits. La gestion des entreprises
emprunte les mêmes recettes : la pression sur les conditions de travail,
les salaires, la précarité pour augmenter les dividendes aux
actionnaires le plus vite possible.
À la sortie du sommet social à l’Elysée, les organisations syndicales ont
affirmé : « le gouvernement n’a apporté aucune réponse concrète sur l’emploi,
les salaires, le pouvoir d’achat, les conditions de travail et les politiques
publiques ». Elles ont donc décidé d’appeler à la mobilisation pour le
23 mars. Elles « affirment leur volonté d’agir pour que le débat sur les retraites
prenne en compte l’ensemble des questions tant au niveau du privé que du public,
notamment le niveau des pensions, l’emploi, le financement, la pénibilité, le code
des pensions et la réduction des inégalités.»
Gouvernement et patronat veulent aujourd’hui faire voler en éclat
l’acquis social du droit à partir en retraite dès 60 ans au motif que
nous vivons plus longtemps. Pourquoi faudrait-il qu’un tel progrès
de société ne bénéficie pas à l’amélioration des conditions de vie ?
Montreuil, 26 février 2010 – Ne pas jeter sur la voie publique – http://www.cgt.fr
Tous ensemble le 23 mars
Urgent : imposons d’autres choix
Salaires, emploi, retraites
Sécurisons le présent et l’avenir.
Ensemble le 23 mars pour des salaires décents,
des emplois durables et des retraites de qualité.
Faut-il accepter de travailler plus longtemps quand tant de jeunes sont exclus du monde
du travail ?
Pour la CGT, la bonne réforme est celle qui assure le droit à un départ à la retraite dès
de 60 ans avec, pour une carrière complète, un revenu de remplacement équivalent au
moins à 75 % du salaire net d’activité et au minimum au niveau du smic. Une réforme
qui garantit la solidarité entre les générations, entre les professions dans le cadre du système
par répartition.
Les profits réalisés début 2010 atteignent les records historiques de 1998. Par ailleurs, la
destruction des emplois et les sacrifices imposés sur les salaires s’accentuent. Pour sortir
de la crise, préparer l’avenir, financer la protection sociale et les retraites, relancer la
consommation des ménages, il faut augmenter les salaires (notamment porter le Smic à
1 600 euros bruts), garantir, préserver les emplois et le tissu industriel. C’est par le travail
de millions de salariés que se bâtissent les richesses de notre pays. Sortir de la crise, préparer
l’avenir, conforter nos services publics, assurer le financement des besoins sociaux,
des retraites demande un autre partage de ces richesses. Il y a urgence !
Bulletin de contact et de syndicalisation
NOM : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Age : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Entreprise (nom et adresse) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bulletin à renvoyer à La Cgt, espace Vie syndicale, case 5-1, 263 rue de Paris – 93516 Montreuil Cedex,
téléphone : 01 48 18 84 72, fax : 01 48 51 51 80, courriel : orga@cgt.fr.
Je souhaite :
prendre contact
me syndiquer

Reblog this post [with Zemanta]

Tyco Electronics Accord formation prise en  charge suite PSE en cours/tyco ELECTRONICS FRANCE – PONTOISE COS NATIONALE 30 JUILLET 2009: remarques Cgt TEF SAS

Sent: Monday, August 03, 2009 11:14 AM
Subject: Tyco Electronics Accord formation prise en charge suite PSE en cours/tyco ELECTRONICS FRANCE – PONTOISE COS NATIONALE 30 JUILLET 2009: remarques Cgt TEF SAS

Bonjour,

Afin de mieux suivre ce qu’il se passe en COS, nous demandons à la COS nationale et aux COS locales de faire un compte rendu sur les réunions, et notamment la dernière celle du jeudi 30 07 09.

A ce jour aucun compte rendu n’existe ce qui occulte en quelques sortes ce qu’il s’y passe.

Nous demandons un compte rendu réalisé par les membres nommés à la COS et non par la direction de Tyco.

Si la direction veut faire le sien c’est- son choix et son droit.

Ce compte rendu doit être communiqué aux inspecteurs du travail et affiché sur les panneaux d’affichage.

Nous demandons également que la COS prenne toute la mesure des remarques de PLeybros inspecteur du travail Grenoble.

La COS, devrait faire inscrire à l’ordre du jour du prochain CCE (ou à un CCE extraordinaire) les points « débattus » mors de ses réunions.

Voici nos premières remarques et proposition.

Bonne semaine

Dominique Rousseau

DS Cgt TEF SAS

Usine de Chapareillan

Lire aussi:

PSE TYCO ELECTRONICS: CLABE/TYCO sort de son châpeau un nouvel accord!

CE 1ER MAI 2: L’appel des organisations syndicales

Confédération générale du travail
Image via Wikipedia

1er mai

L’appel des organisations syndicales

mardi 28 avril 2009

Réunies comme elles en avaient convenu hier au siège de FO, les huit organisations syndicales ont fait le point de la situation et de la prépération de la mobilisation inédite du 1er mai. Elles ont rédigé un appel commun à quelques jours de ce grand rendez vous revendicatif.

Les organisations syndicales « appellent tous les salariés, les chômeurs, les retraités à participer massivement à tous les rassemblements et manifestations organisés pas les unions locales départementales et régionales syndicales afin d’exprimer leur solidarité avec les salariés déjà mobilisés dans leurs entreprises et faire entendre leur voix au gouvernement et au patronat

Reblog this post [with Zemanta]

PETITION POUR L’EMPLOI!

Créateurs de chômage; social killer!

Créateurs de chômage; social killer!

Bonjour, pour aider les salariés de Caterpillar, en attendant la manif du 19. Si vous pouviez faire suivre à vos connaissances. Merci de votre soutien A bientôt

  • ARCHIVES