Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnaud) ? …: Warren Buffett, l’homme qui voulait payer plus d’impôts. / . \/ . \ Warren Buffet: «Taxez-moi!»

« Mes amis et moi-même avons trop longtemps été gâtés par un Congrès en bons termes avec les milliardaires. Il est temps pour notre gouvernement de s’atteler sérieusement au partage des sacrifices », écrit Warren Buffett.

Le milliardaire, qui paie (relativement) moins d’impôts que ses employés, demande à Obama d’« arrêter de cajoler les riches »

Certains le traiteront d’hypocrite, d’autres de doux rêveur, certains penseront qu’il est en train d’acheter sa place au paradis… Warren Buffett, l’un des hommes les plus riches au monde, vient de prendre sa plume pour demander à… payer plus d’impôts.

Ce financier américain, qui fêtera dans quelques jours ses 81 ans et qui pèse au bas mot 50 milliards de dollars (34 milliards d’euros), a publié dans le New York Times une tribune pour se plaindre que ses impôts, et ceux de ses « amis super-riches » comme il les décrit lui-même, ne sont pas assez élevés alors que la classe moyenne et les plus pauvres souffrent des conséquences de la crise financière.

Il donne des chiffres : sa dernière feuille d’imposition fait apparaître qu’il a dû payer plus de six millions de dollars (4 millions d’euros) au Trésor américain. Une somme coquette, mais dont il fait observer qu’elle ne correspond qu’à 17,4% de son revenu imposable, grâce à des tas d’exemptions fiscales et de déductions parfaitement légales. Avec ce résultat très paradoxal :

« C’est moins que ce que payent les vingt autres personnes de mon bureau. Leur imposition va de 33 à 41% de leurs revenus, avec une moyenne à 36%. »

Il ajoute ce commentaire qui en dit long sur la place de la finance dans le capitalisme d’aujourd’hui :

« Si vous faites de l’argent avec de l’argent, comme le font certains de mes amis super-riches, votre pourcentage pourra même être encore plus bas que le mien. Mais si vous gagnez votre vie avec un travail, votre pourcentage sera supérieur au mien, et sans doute de beaucoup. »

Il faut augmenter les impôts des plus riches

Une situation qui, selon lui, n’était pas le cas dans les années 80 et 90. Entre 1992 et 2008, alors que les revenus des 400 Américains les plus riches a décuplé, leur taux d’imposition moyen est passé de 29,2% à 21,5%.

Warren Buffett fait donc une proposition au Comité conjoint qui a été récemment décidé par Barack Obama et son opposition républicaine pour trouver des solutions au problème du déficit budgétaire : augmenter les impôts des plus riches.

Il suggère de ne pas toucher à l’imposition de 99,7% des contribuables américains, mais de n’augmenter les impôts que de ceux qui déclarent plus d’1 million de dollars de revenus par an, soit 236 883 personnes en 2009, et plus encore pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars par an, et qui étaient quand même 8 274 en 2009.

Sa conclusion :

« Mes amis et moi avons été cajolés pendant trop longtemps par un Congrès ami des millionnaires. Il est temps que notre gouvernement devienne sérieux sur le partage des sacrifices. »

Warren Buffett n’est pas qu’un riche excentrique. Il est l’un des gourous de la finance américaine, avec son fonds Berkshire Hathaway, dont le succès lui a valu le titre de « meilleur investisseur du XX° siècle ». Il est un des personnages emblématiques du capitalisme américain, dont les paroles et les conseils sont suivis aveuglément par les petits porteurs.

Le choix de la philanthropie

Depuis le début des années 80 et sa formidable réussite financière, réalisée à coups d’investissements judicieux, d’une bonne lecture du marché et d’audace récompensée, Warren Buffett est aussi un grand philanthrope, dans la grande tradition américaine.

Il y a un an, Warren Buffett s’était associé à Bill Gates, un de ses grands amis « super-riches » (Gates siège au conseil d’administration de Berkshire Hathaway), pour lancer une initiative sans précédent et sans équivalent au monde : ils ont lancé le « giving pledge », un « engagement de don » par lequel qu’ils s’engagent à donner la moitié de leur fortune à des oeuvres humanitaires. Une quarantaine de milliardaires avaient signé ce « pledge », dont Marc Zuckerberg (Facebook), Larry Ellison (Oracle), ou encore le fondateur de CNN, Ted Turner.

Warren Buffett avait déjà promis 80% de sa propre fortune à la fondation de Bill et Melinda Gates, très active dans la lutte contre le sida et pour la vaccination dans le monde en développement.

La taxation des super-riches comme solution au déficit budgétaire ? Sans doute pas, comme le montrait, chiffres à l’appui, notre blogueur Jean Matouk lorsque la rumeur avait circulé que Bill Gates était « plus riche que l’Amérique »…

Mais la fin de cette injustice déjà choquante en période faste mais carrément inacceptable en temps de crise, du fait que les plus riches payent en pourcentage moins d’impôts que le reste de la population, et que le capital est moins impos que le travail, peut constituer une partie de la réponse, à côté des économies budgétaires et des mesures d’austérité qui sont en train d’être imposées un peu partout.

En France, le débat est d’abord politique

En France, le gouvernement se refuse à aller dans cette direction, se contentant de parler de l’élimination de certaines « niches fiscales », ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

A gauche, Martine Aubry a clairement annoncé la couleur, dans une tribune publiée vendredi dans Le Monde, qui va exactement dans le même sens que les remarques de Warren Buffett : « Les revenus du capital cesseront d’être moins taxés que ceux du travail. »

La candidate à la primaire socialiste s’est néanmoins attirée une attaque en règle de Valérie Pécresse, la ministre du budget, qui a accusé Martine Aubry de préparer des augmentations d’impôts, une antienne qu’on entendra sans doute beaucoup pendant la campagne.

Les super-riches, eux, se taisent. Peut-être que la différence entre les Etats-Unis et la France, c’est qu’ici, ce sont les politiques qui s’écharpent sur les impôts, tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, les plus riches devancent l’appel et proposent de participer à l’effort collectif. Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnaud) ? …

Photo : Warren Buffett entouré de pom pom girls de l’université du Nebraska en avril (Rick Wilking/Reuters)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89
Ailleurs sur le Web

___________—- / . \/ . —-___________

« Alors que les classes pauvres et les classes moyennes se battent pour nous en Afghanistan, alors que la plupart des Américains luttent pour boucler leurs fins de mois, nous les méga-riches continuons de bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires », estime Warren Buffett dans sa tribune.


Warren Buffet: «Taxez-moi!»

Dans une tribune publiée par le New York Times, le milliardaire américain a appelé lundi les parlementaires à augmenter les impôts pour les plus riches.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le milliardaire américain a appelé lundi les parlementaires à augmenter les impôts pour les plus riches.

93 commentaires

Warren Buffet (AP)

L’investisseur milliardaire Warren Buffett a appelé lundi les parlementaires américains à augmenter les impôts pour les plus riches afin de réduire l’énorme déficit budgétaire du pays, affirmant que cela ne nuira ni aux investissements, ni aux emplois.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le patron du fonds d’investissement Berkshire Hathaway propose une hausse d’impôts pour les Américains dont les revenus dépassent au moins un million de dollars par an, et une hausse encore plus élevée pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars annuels.

« Nos dirigeants ont appelé à +un sacrifice partagé+. Mais quand ils ont fait cette demande, ils m’ont épargné. J’ai vérifié auprès de mes amis méga-riches pour savoir à quels sacrifices ils s’attendaient. Eux non plus n’avaient pas été touchés », écrit le milliardaire.

« Pendant que les pauvres et les classes moyennes combattent pour nous en Afghanistan, et pendant que de nombreux Américains luttent pour joindre les deux bouts, nous, les méga-riches, continuons à bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires », poursuit-il.

M. Buffet explique que son taux d’imposition par l’Etat fédéral représentait 17,4% de ses revenus imposables l’an dernier, alors que celui des 20 personnes travaillant dans son bureau était compris entre 33 et 41%.

Le taux d’imposition des riches était « beaucoup plus élevé » dans les années 1980 et 1990, et pourtant près de 40 millions d’emplois ont été créés entre 1980 et 2000, rappelle M. Buffett.

« Vous savez ce qui s’est passé depuis: des impôts plus bas et beaucoup moins de créations d’emplois ».

« Les gens investissent pour gagner de l’argent, et une imposition potentielle ne les a jamais fait fuir », écrit-il encore.

Le Congrès américain est parvenu à un accord de dernière minute le 2 août sur le relèvement du plafond de la dette, alors que le pays était à deux doigts du défaut de paiement et après des semaines de bras de fer entre républicains et démocrates. Le texte prévoit des coupes budgétaires mais aucune hausse d’impôts.

(source AFP)

___________—- / . \/ . —-___________

___________—- / . \/ . —-___________


Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

___________—- / . \/ . —-___________

Libertés sur Internet, je soutiens La Quadrature du Net. Et vous ?

Fralib, la lutte continue, plus que jamais ! APPEL AU BOYCOTT DES PRODUITS LIPTON.

Une semaine bien chargée

Toujours dans l’action, partout où nous pouvons porter notre combat des salariés de Fralib sont présents.

Lundi matin c’est dans le VAR que notre conflit a trouvé écho (voir article de presse).

Pour soutenir notre conflit et contribuer par une campagne d’affichage appelant au BOYCOTT de LIPTON, l’UD CGT du Var et le Syndicat CGT des FRALIB appellent l’ensemble des organisations à participer à un rassemblement  avec les Salariés
de FRALIB VENDREDI 28 Janvier 17 H 00 – 19 H 00 devant le magasin CarrefourZone Commerciale de Grand Var à La Valette – La Garde.

Auparavant, le Matin vendredi 28 janvier à 8H30, nous appelons à un large rassemblement devant le TGI de MARSEILLE où sera
traitée notre affaire devant le Juge des référés.

Bien entendu, nous continuons à travailler à notre projet alternatif.

La semaine dernière, après avoir rencontré le Président de la Région M. Michel VAUZELLE et le maire de Gémenos, M. Roland GIBERTI, nous avons rencontré la  Communauté d’Agglomération du pays d’AUBAGNE et de l’ETOILE et la commune d’Aubagne, eux aussi sont très intéressés par notre projet et ils sont d’accord pour rapidement se mettre autour de la table pour travailler sur le sujet.

Nous avons rendez-vous demain jeudi à 14H30 avec M. Jean-Noël GUERINI Président du Conseil Général des Bouches du Rhône, puis à 16H00 avec M. Eugene CASELI Président de la Communauté Urbaine de Marseille.

Nous aurons donc vu l’ensemble des collectivités que nous avons sollicitées après ces 2 rencontres.

Jeudi soir également nous avons de nouveau rendez-vous au Conseil Régional afin d’avancer sur notre projet.

Comme vous le voyez, on avance.

Nous mettons tout en œuvre pour que notre projet soit « l’alternative » à la décision d’UNILEVER de sacrifier 182 familles pour gaver encore plus leurs actionnaires et engraisser leurs serviteurs.

Même si aujourd’hui nous restons vigilants vis-à-vis des nombreuses sollicitations que nous recevons dans le cadre du maintien de notre activité industrielle. A l’évidence tous ces investisseurs ou potentiels repreneurs, démontrent bien que poursuivre notre activité suscite beaucoup d’intérêt et qu’UNILEVER lui n’a qu’un seul but engraisser encore plus ses actionnaires.

N’oubliez pas, plus que jamais : BOYCOTT DE LIPTON

NOUS SOMMES DÉTERMINÉS, NOUS ALLONS CONTINUER À LUTTER

POUR LE MAINTIEN DE NOTRE SITE ET DE SON ACTIVITÉ INDUSTRIELLE.

ON NE LAISSERA PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE.

Hasta la victoria siempre !

——————————————————————

Signer La pétition

CLIC ICI

——————————————————————

——————————————————————


Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

PAS DE RÉPIT POUR LE MEDEF/ Chômage Les bonnes idées du Medef pour remettre jeunes et vieux au travail

Chômage

Les bonnes idées du Medef pour remettre jeunes et vieux au travail

Par Ivan du Roy, Nadia Djabali (15 novembre 2010)

La réforme des retraites à peine digérée, une nouvelle offensive se prépare sur l’emploi des jeunes et des seniors. Le Medef vient de publier un rapport de l’Institut Montaigne qui liste 15 propositions pour en finir avec la « rigidité inadaptée » des CDI ou du droit du travail. Un rapport qui passe sous silence la question cruciale de la répartition des richesses. Selon le think tank d’inspiration néo-libérale, si les jeunes souffrent particulièrement du chômage et des inégalités, c’est la faute aux principes de solidarité mis en œuvre après 1945. Décryptage.

  • Réagir à cet article
  • Recommander à un-e ami-e
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte
  • Imprimer

Photo : Manifestation contre le CPE, printemps 2006 (© Damien Fellous)

Le Conseil constitutionnel vient tout juste de rendre un avis favorable sur la loi allongeant l’âge de départ à la retraite, et le mouvement de révolte sociale s’est à peine attiédi, que le Medef repart tranquillement à l’assaut du « pacte de solidarité » hérité de 1945. L’organisation patronale a discrètement mis en ligne, le 26 octobre, un rapport de l’Institut Montaigne avançant « 15 propositions pour l’emploi des jeunes et des seniors ». L’Institut Montaigne ? C’est un laboratoire d’idées créé en 2000 par Claude Bébéar, ancien PDG d’Axa. Ce « think tank » se déclare « dépourvu de toute attache partisane ». Mais il est financé par quatre-vingt grandes entreprises, parmi lesquelles Areva, Barclays, BNP-Paribas, Bolloré, Bouygues, Dassault, Ernst & Young, LVMH, Sanofi-Aventis, SFR, Total, Vinci, Veolia… Des structures absolument pas « partisanes » et qui se gardent bien d’exercer une quelconque influence sur les politiques et le sens de l’intérêt général.

Que trouve-t-on dans ce rapport ? Le constat peut être globalement partagé. Le taux d’emploi des jeunes de moins de 25 ans et des plus de 55 ans demeure, en France, désespérément bas. Les jeunes connaissent une précarité « alarmante ». Près d’un sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Un sur trois décroche un premier job après plus de deux ans et demi d’interminables recherches. Les possibilités d’accès à la formation professionnelle pour les plus de 40 ans sont méconnues et très largement insuffisantes. Au cours d’une carrière, le « plafond de verre » est quasiment incassable pour qui n’a pas eu la chance, ni les moyens, d’intégrer le système très français des grandes écoles. « Le fossé générationnel s’est désormais creusé entre les « Baby-boomers », qui bénéficient d’une des retraites les plus longues du monde, et la « génération chômage » née dans les années 1980 », assène l’Institut Montaigne. C’est indéniable.

Du passé faisons table rase

Mais qui est donc responsable de ce déprimant tableau ? Les grandes entreprises qui, d’un côté, recourent abusivement aux stages, et de l’autre se débarrassent de leurs salariés de plus de 55 ans à la moindre occasion ? Non. Les exonérations sociales et fiscales – 172 milliards d’euros en 2010 ! – dont les sociétés du CAC 40 usent et abusent sans créer d’emplois (et au détriment des PME qui, elles, ont créé des emplois malgré la crise) [1] ? Non plus. Les discriminations que subissent les jeunes, diplômés ou non, issus de nombreux quartiers populaires ? Pas du tout. La quasi absence de représentativité des nouvelles générations au sein des instances démocratiques nationales (seuls 4% des députés français ont moins de 40 ans…) ? Aucunement.

Le coupable, c’est le « pacte de solidarité » mis en œuvre au sortir de la Seconde Guerre mondiale. À savoir : la Sécurité sociale, l’assurance chômage, la retraite par répartition, la semaine des 40h, la création du salaire minimum, une certaine forme de démocratie sociale… Tout cela ne doit pas être rénové, amélioré, rendu plus juste. Pour l’Institut Montaigne, ce pacte « non seulement ne contribue plus à assurer la cohésion sociale mais il la menace. Dangereusement. » Plusieurs obstacles hérités de cette époque révolue et entravant l’emploi doivent donc être levés. Et ils sont nombreux.

Transformer les CDI en CDD

Le sacro-saint CDI d’abord. Pour de nombreuses personnes, il est synonyme d’un minimum de stabilité et de garantie dans ce monde dérégulé. Un jeune qui décroche le sésame peut enfin se projeter au-delà de quelques mois, envisager de chercher un logement par exemple, ou rêver à quelques projets personnels. Pour l’Institut Montaigne, le CDI est au contraire synonyme de « rigidité inadaptée ». Il est donc proposé de le rendre plus « flexible » (proposition n°9). En gros, d’en faire un CDD – ce dernier serait supprimé – sans la prime de précarité. Ce contrat plus flexible permettra aux employeurs de changer unilatéralement la nature du poste, les fonctions, la rémunération ou encore le temps de travail. L’entreprise pourrait ainsi congédier un salarié à l’issue d’une mission soi-disant indéterminée… Et ce, sans contrepartie financière.

« Actuellement, il n’est pas possible de rompre un CDI pour un motif autre qu’économique », déplore l’Institut. Qu’on le rassure, c’est tout à fait réalisable, encore faut-il payer les indemnités légales prévues par le Code du travail ou la Convention collective. Autant d’horreurs, aux yeux des auteurs du rapport, qui menacent la cohésion sociale : « La France s’illustre par un droit du travail particulièrement contraignant, qui crée des effets de seuil sécurisant pour ceux qui sont du bon côté de la barrière ». Conclusion : faisons passer tout le monde du mauvais côté au nom de l’équité.

Côté salaires, les experts de l’Institut Montaigne n’estiment pas « qu’il serait juste de baisser le salaire fixe ». Ouf ! On est presque rassuré. Mais le répit est de courte durée : « La hausse continue des salaires tout au long de la carrière professionnelle », à cause de l’ancienneté, est un frein à « l’attractivité des seniors ». À défaut de baisser les salaires, comment ne pas les augmenter ? Très simple. Il est proposé de généraliser, pour « les postes de management », les rémunérations variables qui viendraient compléter un salaire fixe (proposition n°6). On appelle ça des primes individuelles, dont le fonctionnement est souvent discrétionnaire. Et on sait les conséquences néfastes que peuvent provoquer ces primes individualisées uniquement fixées en fonction d’objectifs quantitatifs, dans les centres d’appel par exemple : baisse de la qualité au profit de la quantité, ventes forcées ou abusives, mise en compétition permanente des équipes, soumission au supérieur hiérarchique, stress, mal-être… Généraliser ce système, ça promet !

44 ans de cotisations

C’est loin d’être tout. L’institut demande la suppression pure et simple de l’âge légal de départ à la retraite (proposition n°14). Et l’allongement à 44 ans, d’ici 2020, de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein (actuellement fixée à 41 ans à partir de 2012). Le rapport préconise également que le malus – la décote – appliqué aux pensions des salariés qui n’auraient pas assez cotisé, soit alourdi, passant à 7% par an. Actuellement, la perte est de 1,25 % à 2,5 % par année de cotisation manquante (ce qui en fait déjà l’une des décotes les plus fortes d’Europe). Bref, pour le laboratoire d’idées, « choisir le moment de sortie de la vie professionnelle selon ses besoins et selon ses moyens », cela signifie travailler 44 ans en CDD permanent avec des salaires très variables.

Car la retraite, comme les études, sont considérées comme des temps morts. Le think-tank suggère de développer « l’employabilité tout au long de la vie ». Le travail en alternance et l’apprentissage doivent se généraliser dans l’enseignement secondaire et supérieur (propositions n°1 et 2). Histoire que les étudiants apprennent davantage de compétences utiles pour les actionnaires, plutôt que des savoirs pas vraiment rentables à court terme, et susceptibles d’aiguiser l’esprit critique.

Les élèves apprentis seraient payés avec « de vrais salaires à temps partiel » sans que l’on sache ce qui, pour les chercheurs de l’institut, constitue un « vrai salaire » (un Smic ? Un salaire de directeur de l’Institut Montaigne ?). En parallèle, la taxe d’apprentissage payée par les entreprises doit être supprimée, mais l’État est invité à verser une allocation de 300 euros par mois pour compléter les « vrais salaires » des élèves apprentis. Ou comment transformer 2,2 millions d’étudiants en main-d’œuvre à bas coût au nom de la lutte contre le chômage, et aux frais de l’État…

Les pesants silences de l’Institut Montaigne (et du Medef)

Les animateurs du laboratoire d’idées assurent utiliser une « méthode d’analyse et de recherche rigoureuse et critique ». Pourtant, leurs recherches passent plusieurs faits sous silence. Si le « pacte de solidarité » qui a assuré la prospérité de la France pendant un demi-siècle s’est, selon eux, transformé en lourde menace, ce serait principalement à cause de la démographie : « Tout le problème est ce que ce modèle se heurte aujourd’hui à une situation démographique radicalement différente de celle qui l’a vu naître », les « actifs » – 41% de la population – supportant « la double charge des études et des retraites ». Exit la question du partage des richesses.

Selon la Commission européenne et l’Insee, la part des salaires dans la valeur ajoutée – la richesse produite – des entreprises a considérablement baissé en trente ans [2]. Cela signifie un niveau de salaire moyen qui reste bas (moins de 1.500 euros nets pour les ouvriers et les employés) et des dizaines de milliers d’emplois non créés, au profit d’une meilleure rémunération du capital. Si les augmentations de salaire liées à l’ancienneté constituent un frein, ce n’est aucunement le cas d’une hausse continue des dividendes versés aux actionnaires (196 milliards d’euros de dividendes en 2007, contre 40 milliards en 1993). D’ailleurs, l’Institut Montaigne n’en parle pas. Dans les 110 pages du rapport, le mot « actionnaire » n’existe pas.

Autre silence : les dispositifs d’exonérations fiscales dont bénéficient – inégalement – les entreprises. « Au total, les dispositifs dérogatoires fiscaux et sociaux applicables aux entreprises, entendus au sens large, représentent plus de 172 milliards d’euros en 2010 », pointe le récent rapport du Conseil des prélèvements obligatoires. Soit dix-sept fois le déficit actuel des caisses de retraite ! Le nombre de ces dispositifs est passé de 44 en 2005 à 64 en 2010. Plusieurs d’entre eux sont censés avoir été mis en place pour favoriser, directement ou non, la création d’emploi. Étrangement, l’Institut Montaigne n’en tire aucun bilan.

Quand le travail se résume à l’employabilité

Plus étrange encore, plusieurs constats présents dans le rapport – et essentiels pour expliquer la situation actuelle – ne débouchent sur aucune proposition. L’institut déplore ainsi une certaine défiance des jeunes et des seniors à l’égard du travail. Les premiers n’en font pas leur priorité, les seconds font tout pour en sortir dès qu’ils en acquièrent le droit. « La détérioration sensible des conditions de travail, le manque de reconnaissance et de considération, la perte d’une ambiance sereine et conviviale engendrée notamment par la course à la rentabilité et à la performance, le stress physique et psychologique, enfin de fortes incitations à cesser l’activité professionnelle expliquent pour l’essentiel ce phénomène de sortie prématurée du monde du travail », détaille le rapport. Puis, plus rien. Comme si l’apprentissage, des contrats de travail plus flexibles et une durée de cotisations plus longue allaient résoudre ce problème pourtant central. Aucune remise en cause du fonctionnement des entreprises. On ne mord pas la main qui vous nourrit.

Pour les inspirateurs du Medef, cette aggravation du mal-être au travail est peut-être due, elle aussi, au « pacte de solidarité » de 1945. Ne serait-ce pas cette archaïque Sécurité sociale qui permet trop facilement aux salariés de se déclarer malade ou d’être victime d’un accident du travail, ce qui bloque indument un poste de travail ? Nous suggérons une 16ème proposition : supprimons la Sécurité sociale définitivement !

Ivan du Roy et Nadia Djabali

Notes

[1] Lire l’enquête à ce sujet publié dans Libération du 10 novembre 2010.

[2] De 74,2 % en 1982 à 65,8 % en 2006, soit un recul de 8,4 points, selon l’Insee. De 66,5 % en 1982 à 57,2 % en 2006, soit une baisse de 9,3 points, selon une étude de la Commission européenne.

En savoir plus

Le rapport de l’Institut Montaigne est téléchargeable à cette adresse

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

CETTE SEMAINE A ETE MARQUÉE AUSSI PAR:

Bonjour,

Cette semaine a été marquée par :

          -----------------
          Nouveaux articles
          -----------------

=> Appel à la mobilisation pour le redémarrage
de la raffinerie Total des Flandres
publié le 04/07/2010

Les salariés de Flandres, comme ceux de l'ensemble du raffinage,
vont se tenir prêt pour une mobilisation générale, 
avec le même objectif :
redémarrage de la raffinerie pour un cycle de 6 ans,
et mis à profit de ces 6 ans pour mettre en place
de vraies activités industrielles
permettant de conserver tous les emplois 
(sous-traitants et salariés Total.)
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article344

=> Chez Playtex, c'est l'emploi qui est élastique
publié le 02/07/2010

Les ouvrières de la marque de soutiens-gorge ont fait du bruit,
hier, devant le siège, à Levallois-Perret. 
Elles défendent leurs emplois.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article343

=> Fret SNCF : stop à la fermeture des triages
et à la suppression de milliers de postes de travail !
publié le 02/07/2010

Sous prétexte de réorganiser son trafic de marchandises,
la SNCF se débarrasse progressivement, depuis des années,
de pans entiers de cette activité.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article342

=> Fin de la séquestration de patrons chez Jacob Delafon
publié le 02/07/2010

Brive-la-Gaillarde (Corrèze), les 139 salariés de Jacob Delafon,
célèbre fabricant de toilettes et lavabos,
retiennent leur patron depuis le milieu de la nuit.
Mouvement de colère après l'échec de négociations sur
le montant des primes qui seront versées aux salariés
lors de la fermeture du site, prévue cet été.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article341

=> Teleperformance licencie toujours plus
publié le 01/07/2010

16 Juin 2009 :
TP France annonce la suppression de 600 emplois dans
la région Centre-Est.
1er Juillet 2010 : TP France annonce la suppression de
830 emplois dans toute la France.
Après un an de lutte contre TP et ses PSE-PDV successifs,
les salariés de Pantin ont appris ce jour
qu'ils ne seraient plus seuls dans la lutte.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article340

=> Mead, c'est fini
publié le 01/07/2010

35.000 euros de prime transactionnelle,
 27.000 euros de prime supra légale, une prime de départ légale
calculée en fonction de l'ancienneté,
neuf mois de chômage à 75 % du salaire brut,
 maintien des mesures du PSE pendant 24 mois :
ce mercredi,
 on naviguait entre la légitime satisfaction
d'avoir obtenu d'importantes avancées, et le sentiment
tout aussi fort d'un énorme gâchis.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article339

=> La grève des postiers aura duré deux mois
publié le 01/07/2010

La grève lancée le 26 avril à Châtillon par
les syndicats SUD-PTT et CGT a pris fin hier matin.
Le mouvement avait gagné Clamart le 30 avril,
Asnières le 4 mai et Bois-Colombes le 14 juin.
« Nous avons obtenu le maintien des emplois
et de 30% à 50% des tournées,
ainsi que le passage en contrat à durée indéterminée (CDI
) de plusieurs collègues. »
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article331

=> Les Dekra défendent leurs acquis
publié le 01/07/2010

« Autant de grévistes chez Dekra, je n'avais jamais vu ça !»
 confie Ivan Wernert,
délégué syndical CGT.
Plus de cent salariés de la société
d'expertise et de contrôle ont investi hier matin
la cour de l'immeuble situé dans la zone industrielle de Bagneux.
 Sur le site travaillent près de 400 personnes
rattachées aux directions générale et régionale.
Leurs collègues de province ont aussi suivi
massivement le mouvement avec près
 de 90% des effectifs mobilisés
à Toulouse (Haute-Garonne) et à Bordeaux (Gironde) (...)
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article330

=> La justice ordonne le redémarrage de la raffinerie 
Total de Dunkerque
publié le 30/06/2010

La Cour d'appel de Douai (Nord) a
ordonné mercredi le redémarrage de la raffinerie
Total des Flandres, près de Dunkerque,
dans un délai de 15 jours,
pour défaut d'information des représentants du personnel.
Philippe Wullens, délégué Sud (majoritaire sur le site),
 a qualifié cette décision de "grande victoire",
 tout en estimant 
qu'il ne s'agissait pour l'heure que d'un "sursis".
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article329

=> Brodard Graphique : un petit oui pour la reprise
publié le 30/06/2010

Les dés sont jetés. Et l'espoir, envolé depuis longtemps.
Hier à 16 heures, les ouvriers de Brodard Graphique,
 à Coulommiers, ont voté à une courte majorité en faveur
du plan proposé par Circle Printer,
le seul candidat déclaré à la reprise de leur imprimerie.
A bulletins secrets, 58 employés se sont prononcés 
pour le rachat
 et 49 ont répondu non.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article333

=> Le constructeur Heuliez repris par un trio franco allemand
publié le 30/06/2010

Ballotté depuis trois ans entre faux espoirs et 
promesses non tenues,
le constructeur automobile Heuliez, basé à Cerizay, da
ns les Deux-Sèvres, a été finalement repris mercredi
par le groupe français
Baelen Gaillard Industrie (BGI)
couplé aux groupes allemands ConEnergy et Kohl.
 Heuliez veut croire cette fois à un réel nouveau départ.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article332

=> Fermé dans un an, Faurecia s'enfonce dans la grève
publié le 29/06/2010

Depuis hier matin, les grévistes
bloquent l'entrée de l'usine Faurecia de Saint-Nicolas-de-Redon.
Dans la journée,
la direction du groupe a dénoncé 
la séquestration de trois cadres.
Une trentaine de salariés sont convoqués,
ce matin, devant le tribunal de grande instance de Saint-Nazaire.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article324

=> Deuxième semaine de grève à Thomson Grass Valley
publié le 29/06/2010

Hier matin, sur les 153 salariés présents à l'assemblée générale,
un peu plus de cent personnes ont décidé de reconduire la grève
entamée une semaine plus tôt.
Les plus mobilisées ont de nouveau installé des tentes,
des tables de camping et garé un camping-car
à proximité du local du comité d'entreprise.
Comme la semaine passée,
quelques-uns d'entre eux vont à nouveau dormir sur place.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article325

=> Le procès pour "séquestration" de 16 postiers
dont Besancenot fixé à 2011
publié le 29/06/2010

Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine)
a fixé lundi à juin 2011 le procès de 16 postiers dont
Olivier Besancenot,
poursuivis pour "séquestration" après l'occupation
de la direction départementale de La Poste,
à Nanterre, le 10 mai.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article327

=> Avenir des salariés Total à Dunkerque : 
la CGT réclame des "actes"
publié le 29/06/2010

La CGT du groupe Total a indiqué mardi
réclamer "des actes" au groupe pétrolier
pour assurer le reclassement des salariés
de la raffinerie de Dunkerque,
alors que le projet EDF de terminal méthanier sur le site,
 qui devait créer une cinquantaine d'emplois,
 a été repoussé sine die.
 http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article323

=> Bosch met la clé sous la porte
publié le 29/06/2010

Hier, 14 heures, rue du Pont-d'Arcole à Beauvais.
Au compte-goutte,
une poignée de voitures effectuent une halte éclair
devant les grilles de l'usine Bosch.
Alors que l'usine doit définitivement 
fermer ses portes demain,
la direction autorise les salariés qui le souhaitent 
à récupérer?
du mobilier d'entreprise (lire l'encadré).
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article334

=> L'usine Prodhag va être délocalisée
publié le 28/06/2010

Nouveau coup de massue pour les ouvriers de l
'entreprise de recyclage de matières plastiques Prodhag.
 Après la mise en liquidation de l'usine
située dans le parc d'activités de Passel au début de l'année,
le projet de reprise
qui avait les faveurs des élus et des salariés
vient de tomber à l'eau.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article335

=> Yazid Sabeg annonce vouloir racheter l'usine 
Altis à Corbeil-Essonnes
publié le 27/06/2010

L'usine que ses deux actionnaires,
IBM et Infinéon souhaitent céder,
est menacée de fermeture. 1 300 personnes y travaillent.
Le plan social visant la suppression de 400 postes,
préalablement convenu, est confirmé.
Reste à recueillir l'approbation des partenaires sociaux.
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article328

          ----------------
          Nouvelles brèves
          ----------------

=> Blocage du site GSK à Evreux
publié le 02/07/2010

Depuis mardi,
les salariés de la plateforme logistique d'Evreux
du laboratoire pharmaceutique GSK bloquent le site,
en empêchant l'entrée et la sortie de tout poids lourd,
le départ des urgences étant cependant maintenu.
A l'appel des syndicats CFDT et CGT,
les salariés entendent ainsi faire pression (...)
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve79

=> Bosch, c'est vraiment fini
publié le 01/07/2010

Bosch,
ancien fleuron de l'industrie beauvaisienne,
a fermé définitivement ses portes hier.
Peu après 17 heures, les derniers salariés de l'usine 
ont franchi
les barrières à bord de camionnettes
chargées des ultimes pièces de mobilier d'entreprise
qu'ils ont pu emporter.
241 employés ont perdu leur (...)
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve78

=> Les ex-Conti bientôt fixés sur leur sort
publié le 01/07/2010

Les 38 ex-salariés de Continental Rambouillet,
 qui ont attaqué l'équipementier automobile ?
spécialisé dans les autoradios 
et les systèmes de navigation ?
 pour licenciements abusifs, seront fixés sur leur sort
avant la rentrée.
Hier, alors qu'une audience se déroulait
au conseil de prud'hommes de (...)
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve76

=> Retraites : prochaine journée de grève le 7 septembre
publié le 29/06/2010

La quasi-totalité des syndicats français
(CGT, CFDT, FO, CFTC, Solidaires,FSU,UNSA,sauf la CFE-CGC),
ont appelé mardi 29 juin à une journée de grève et
de manifestations le 7 septembre, 
jour du début de l'examen
du projet de réforme des retraites au Parlement.
Les sept syndicats prévoient aussi des (...)
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve75

=> Grève dans le service pédiatrique du CHU à Nantes
publié le 29/06/2010

Aujourd'hui,
les employés du service pédiatrique du CHU de Nantes 
ont décidé
de faire grève à Nantes.
D'après elles, il y aurait un manque de personnel
ce qui les empèche de travailler convenablement.
Lire la suite...
http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve73

=> Air France viserait près de 4 400 départs d'ici 2013
publié le 27/06/2010

La compagnie française
(hors filiales) table sur 2 436 départs en 2010-2011
(exercice clos fin mars 2011),
834 en 2011-2012 et 1 121 en 2012-2013,
selon la GPEC 
(Gestion Prévisionnelle de l'Emploi et des Compétences)
présentée au prochain CCE par Air France.
Ces départs devraient se faire par le biais (...)
 http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve72

Cette liste n'est pas exhaustive.

N'hésitez pas à nous faire part de toute information
 concernant des licenciements ou
des suppressions d'emplois, en écrivant à :
contact@collectifcontrelespatronsvoyous.com

_______________________________________________
Ce message a été envoyé à tous les membres
de la liste de diffusion du
Collectif Contre Les Patrons Voyous (cclpv)
Pour écrire aux membres de cette liste,
envoyez vos mails à : abonnes-cclpv@collectifcontrelespatronsvoyous.com
Pour vous abonner,
modifier vos options ou résilier votre abonnement :
https://collectifcontrelespatronsvoyous.com/cgi-bin/mailman/listinfo/abonnes-cclpv

Wikio - Top des blogs

http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs - Divers

LA CHANSON DE LA SEMAINE REVIENT AVEC: Bienvenue chez Raymonde Toute la nuit on ne s’ennuie pas une seconde On oublie les scandales, les injustices sociales, et l’on rit

Chez Raymonde (La Chanson du Dimanche de la Coupe du Monde 3)

Aussi sur lemonde.fr : http://tiny.cc/s69nt
En concert le 14 juillet là : http://tiny.cc/c6lxb

Quand le peuple est dans la rue
Créant pagaille et cohue
Où passer une soirée entre amis ?

Voici une très bonne adresse
Où le tout Paris se presse
Qui vient d’ouvrir ses portes mardi

Bienvenue chez Raymonde
Toute la nuit on ne s’ennuie pas une seconde
On oublie les scandales, les injustices sociales, et l’on rit

Bienvenue chez Raymonde
Toute la nuit on ne s’ennuie pas une seconde
Les artistes font diversion et tout le monde applaudit

Jean-Pierre l’homme-canon
Henry le magicien
Le clown Malouda
Le mime Duverne

S’avançant dans le public
De pègre et de politique
Voici le président Sarkozy

Avec le style et l’allure
Des caïds immatures
Commandant aux ministres confits

Bienvenue chez Raymonde
Toute la nuit on ne s’ennuie pas une seconde
On oublie les scandales, les injustices sociales, et l’on rit

Bienvenue chez Raymonde
Toute la nuit on ne s’ennuie pas une seconde
Les artistes font diversion et tout le monde applaudit

Roselyne la Pétomane

Licenciement abusif à la TSF, un employé aurait traité le président de goujat

Wikio - Top des blogs

http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs - Divers

ICI LONDRES: RESISTANCE face à l’occupation de ministères par de dangereux magouilleurs et des plus gros fraudeurs fiscaux et exportateurs de capitaux, ceux notamment du CAC 40!

  • Affaire Bettencourt : Plenel et Kahn veulent la tête de Woerth

Par Augustin Scalbert | Rue89 | 18/06/2010 | 20H20

« Dans deux textes séparés, les fondateurs de Marianne et de Mediapart, Jean-François Kahn et Edwy Plenel, demandent la démission du ministre du Travail, Eric Woerth.Mis en cause par les révélations du site Internet dans l’affaire Bettencourt, celui qui était ministre du Budget alors que les conseillers de la milliardaire, dont fait partie son épouse, mettaient à l’abri du fisc une partie de sa fortune, répond à Plenel. Mais sans dissiper l’ombre qui entoure l’affaire…/…

——————————————————————

La grosse « affaire » Woerth dans  LE BLOG DE JEAN-FRANCOIS KAHN

« Pour l’instant, les médias font preuve d’une très pudique discrétion. Et, cependant, l’affaire Eric Woerth, dans n’importe quel pays démocratique, ferait couler des tonnes d’encre.
Résumons : Eric Woerth était trésorier de l’UMP. Ensuite, il prit la présidence d’une amicale des soutiens financiers à Nicolas Sarkozy qui regroupe le gotha de la finance et du CAC 40. Puis, il a été promu ministre du Budget, avant de devenir celui du Travail. Et, en tant que ministre du Budget, il préside, au nom de l’amicale, des réunions rassemblant les plus gros fraudeurs fiscaux et exportateurs de capitaux en leur promettant de tenir compte de l’aide qu’ils ont apporté et sont prêts à apporter de nouveau, financièrement, à Nicolas Sarkozy. …/… »

…/… « l’une des actions de ce Patrick de Maistre (Ndlr: le conseiller financier de l’héritière l’Oréal), qui entretient apparemment les meilleures relations avec le ministre du Budget, consiste à organiser, en faveur de sa patronne des fuites de capitaux et autres exils fiscaux vers ces « paradis » que sont la Suisse, Singapour, Hong Kong ou l’Uruguay. Et cela pendant que le ministre du Budget feint justement de faire la chasse aux fraudeurs et autres dissimulateurs de capitaux. …/…

——————————————————————
Pendant que le gouvernement  SARKOZY/ FILLON/ VOERTH, veut plumer les salariés et les petits revenus, sur le dossier des retraites, veulent imposer 100 000 milliards d’euros d’économie » à l’état,  leurs amis, les dirigeants du CAC40 et leurs actionnaires, leurs banquiers s’en  mettent plein les poches!
Le  gouvernement SARKOZY/ FILLON/ VOERTH, continue a creuser les déficits de l’état, qui atteignet désormais des profondeurs abyssales!
L’effort de 100 000 milliards d’euros d’écomies demandé est injuste. Ce que Sarkozy a annoncé c’est  une série de mesures de classe. Rien sur l’impôt, très peu sur les niches fiscales, et haro sur les services publics et les aides sociales. De surcroît, la démarche est hypocrite, car insuffisante. Au total, les mesures annoncées ne représentent qu’une quinzaine de milliards d’euros d’économies.
Principales mesures:
  • « La poursuite du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux ». Le gouvernement se félicite ainsi de la suppression de 100 000 emplois depuis 2007, mais on sait que la mesure n’économise que 500 millions par an (six fois moins que la baisse de la TVA dans la restauration), et qu’elle affaiblit les services publics : les effectifs de police et de gendarmerie sont revenus au niveau d’il y a 10 ans. Et on manque d’enseignants et d’encadrement adulte dans l’Education alors que les effets du mini-baby boom des années 1998-2000 se fait sentir.
  • La réduction des dépenses de fonctionnement courant de l’Etat de 10% en trois ans. Sarkozy promet une baisse de 5% « dès 2011 », grâce à des économies déjà identifiées « notamment sur les achats, les systèmes informatiques, les véhicules ou la mutualisation des concours et des formations ». Sarkozy ressort l’argument libéral d’un Etat trop gras qu’il faudrait amaigrir. Bizarrement, il n’a pas mentionné les frais de transports présidentiels et gouvernementaux. Le réaménagement de la flotte présidentielle coûte un peu moins de 300 millions d’euros à lui seul (nouvel Airbus présidentiel, travaux à Villacoublay, etc).
  • la réduction des «dépenses d’intervention» de 10% sur la période également. D’un coût total de 66 milliards d’euros par an, elles désignent l’ensemble des subventions et aides sociales. Quel dispositif social sera donc annulé ? En Sarkofrance, on préfère le langage technique: «dépenses d’intervention», plutôt qu’allocations sociales.
  • – Le gel des dépenses des 655 opérateurs de l’Etat suivant les mêmes règles transversales que pour l’Etat ;
  • La suppression des niches fiscales et « sociales » pour 5 milliards d’euros d’économies « en deux ans» : Sarkozy explicite cette fois clairement qu’ici encore, la Sécurité sociale sera affectée. C’est une surprise. Il y a quelques semaines, Christine Lagarde ne parlait que de 5 milliards d’euros à trouver dans les niches fiscales. Voici donc que le périmètre des économies s’est élargi aux niches dites sociales. Assimiler le bouclier fiscal aux tickets restaurants est une gageure qui n’effraye pas Sarkozy.

Le Monarque (SARKOZY) a ensuite repris à son compte plusieurs propositions du député UMP Gilles Carrez:

  • le gel des concours financiers de l’Etat aux collectivités locales (hors FCTVA). Nombre de collectivités ont décidé de porter plainte contre l’Etat, considérant que ce dernier ne compense pas financièrement l’intégralité des prestations sociales qu’il lui a transférées au fil des années.
  • – le renforcement de la péréquation sur les dotations de l’Etat, en modulant ces dotations « selon des critères de bonne gestion pour encourager les collectivités locales à réduire leurs dépenses dans les mêmes proportions que l’Etat. »
  • – un moratoire sur les normes règlementaires imposées aux collectivités locales, car elles seraient «génératrices de surcoûts» . On peut s’attendre au pire quand on veut alléger la réglementation pour faire des économies.

La Sécurité sociale ne sera pas en reste. Sarkozy a fait siennes plusieurs propositions d’un autre groupe de travail, présidé par Raoul Briet. A savoir :

  • – la création d’un comité d’alerte pour prévenir d’éventuels dérapages des dépenses d’assurance maladie,
  • l’abaissement du seuil d’alerte de progression des dépenses par rapport à l’objectif national fixé à l’assurance maladie de +0,75% à +0,5% d’ici 2012-2013.
  • L’abaissement de l’augmentation des dépenses maladies (ONDAM) de de 3% en 2010 à 2,9% en 2011 et 2,8% en 2012. C’est une évolution contradictoire avec le vieillissement de la population.

A moins de deux ans de la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy abat ses cartes, celles d’une politique de classe. Après avoir accusé la finance mondiale d’être responsable de la crise économique, et, par ricochet, de l’ampleur de nos déficits, voici qu’il attaque les plus modestes (les principaux bénéficiaires de ces «dépenses d’intervention»), et épargne les rentiers.

Voir le blog:

——————————————————————

Wikio - Top des blogs

http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs - Divers

UNE VRAIE RETRAITE À 60 ANS C’EST POSSIBLE.

UNE VRAIE RETRAITE À 60 ANS C’EST POSSIBLE.

C’est le titre du dernier livre de Jean-Jacques Chavigné  et Gérard Filoche édité chez Jean-Claude Gawsewtich Éditeur.

La 4ème de couverture : « En dix questions- dix réponses, ce livre nous apprend, de façon simple et chiffré; pourquoi et comment se révolter et défendre son droit à un bon salaire, à une Sécurité Sociale de haut niveau et une varie retraite…/… »

Nous vous en dévoilons ici la préface:

Pour certains, le gouvernement Srakozy-Fillon est versatile, agité, il « fait du vent », il ne tient pas ses promesse, il en fait moins que ce qu’il dit.

Nous ne partageons pas ce point de vue: depuis huit ans, en France, la droite au service du Medef, n’a jamais été aussi dangereuse, aussi systématique, aussi cohérente. Elle s’attaque avec constance à tous les droits sociaux collectifs mis en  place par le Conseil National de la Résistance au lendemain de la Seconde Guerre mondilale. Elle s’attaque aux salaires, aux durées du travail, au Code du Travail,  au droit syndical et de grève, aux prud’hommes, à la médecine du travail, à la Sécurité Sociale, aux retraites. C’est la mise en oeuvre d’une politique reaganienne, thatchérienne comme elle a eu lieu dans le monde anglo-saxon: seule notre résistance sociale limite ses effets.

En 2010, la droite veut confirmer et aggraver les contre-réformes faites en 1993 par Edourad Balladur contre les retraites du secteur privé, en 2003 par François Fillon contre les retraites du secteur pubublic, en 2007 par Xavier Bertrand contre les régimes spéciaux. Cette fois, ils veullent remettre en cause, pour tous les salariés, la retraite à 60 ans, pour la fixer à 62, 63, voire 65 ou 67 ans à terme. Ils veulent porter le nombre d’annuités de cotisations à 42, voire 44 et plus. Ils veulent modifier les paramètres qui servent de base au calcul des retraites et plonger des millions de retraités dans la misère. Tout cela étalé de façon masquée sur plusieurs décennies contre nous et nos enfants.

Rien ne justifie de céder à pareille attaque: la France n’a jamais été aussi riche, quoi qu’ils en disent. Rentiers, banquiers, CAC 40 n’ont nullemment souffert de la crise des subprimes. En 2006 et 2007, les 500 familles les plus riches avaient gagné de 60 à 80 millions d’euros de plus par an. En 2009, elles en sont revenues à l’étiage, à l’époque le plus élevé de leur histoire, celui de 2005 (« Richistan », Challenges, 9 juillet 2009. http://www.challenges.fr ). Pour quelques miliardaires déclassés, familles endettées ou dynasties ébranlées, qui ont perdu au total 27% de leurs avoirs, les 500 plus grosses fortunes, avec 194 milliards d’euros, demeurent pour le moins florissantes. Il y a 380 000 millionnaires en euros. 5% de la population possède près de la moitié du patrimoine. Selon la Cour des comptes, il existe 70,7 milliards d’euros de niches fiscales. L’impôt épargne les plus fortunés. La fraude fiscale est immense. Les profits ont pris 8,5 points de la richesse nationale aux salaires.

Rien n’impose de travailler plus, ni sur la semaine, ni sur la vie. Rien n’impose de faire des heures supplémentaires, du surtravail, alors qu’il y a tant de sans-travail. Rien n’impose de faire travailler les « seniors » à la place des « juniors ». On compte 4 millions de chômeurs. Priorité à l’emploi des jeunes. On  peut travailler mieux, moins, tous. C’est la question de la redistribution des richesses qui est en cause. Où vont les richesses créées par le salarariat, qui représente 91,2% de la population actives? Elles doivent revenir à nos salaires, à nos cotisations sociales, à notre santé, à nos retraites.

Sarkozy-Fillon organsient une immense propagande quotidienne mensongère sur l’espérance de vie qui s’allongerait tellement qu’il ne seait plus possible d’avoir de main d’oeuvre pour payer nos retraites par répartition. Ce sont des faux-nez. Ils mentent et « oublient » aussi de préciser qu’en quarante ans la richesse de notre pays aura doublé (en euros constants) et qu’il n’y a donc aucun problème réel à financer l’augmentation du nombre de retraités en 2010 et 2050. Le seul véritable problème de nos retraites, c’est le Medef qui veut que les profits puisent accaparer la part de la richesse nationale qui devrait revenir au financement de nos retraites. Nous le démontrons dans ce livre, en dix questions, dix réponses, chiffres à l’appui.

On peut parfaitement sauver le droit à la retraite à 60 ans à taux plein, avec 75% de reversement et sans aucune retraites inférieures au smic. Nous allons vous le dire comment dans ce livre.
On doit et on peut gagner la bataille des idées, convaincre qu’il y a une alternative, crédible, réaliste, à celle de la droite et du Medef.

Enfin, il faut lutter ensemble, car sans unité on ne renversera pas le cours des choses.

Il y a huit syndicats et huits partis de gauche: il faut un grand front unique de toute la gauche, de tous les syndicats, de tout le salariat dont les intérêts sont commun.

2010 est une année décisive. L’échéance a été fixée à l’automne. Mais chaque jour compte pour convaincre de ne pas céder: « 60 ans à taux plein »!

Retraites, rien n’est joué ! Grève et manifestations jeudi 24 juin 2010

Enhanced by Zemanta

Wikio - Top des blogs

http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs - Divers

  • ARCHIVES