Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnaud) ? …: Warren Buffett, l’homme qui voulait payer plus d’impôts. / . \/ . \ Warren Buffet: «Taxez-moi!»

« Mes amis et moi-même avons trop longtemps été gâtés par un Congrès en bons termes avec les milliardaires. Il est temps pour notre gouvernement de s’atteler sérieusement au partage des sacrifices », écrit Warren Buffett.

Le milliardaire, qui paie (relativement) moins d’impôts que ses employés, demande à Obama d’« arrêter de cajoler les riches »

Certains le traiteront d’hypocrite, d’autres de doux rêveur, certains penseront qu’il est en train d’acheter sa place au paradis… Warren Buffett, l’un des hommes les plus riches au monde, vient de prendre sa plume pour demander à… payer plus d’impôts.

Ce financier américain, qui fêtera dans quelques jours ses 81 ans et qui pèse au bas mot 50 milliards de dollars (34 milliards d’euros), a publié dans le New York Times une tribune pour se plaindre que ses impôts, et ceux de ses « amis super-riches » comme il les décrit lui-même, ne sont pas assez élevés alors que la classe moyenne et les plus pauvres souffrent des conséquences de la crise financière.

Il donne des chiffres : sa dernière feuille d’imposition fait apparaître qu’il a dû payer plus de six millions de dollars (4 millions d’euros) au Trésor américain. Une somme coquette, mais dont il fait observer qu’elle ne correspond qu’à 17,4% de son revenu imposable, grâce à des tas d’exemptions fiscales et de déductions parfaitement légales. Avec ce résultat très paradoxal :

« C’est moins que ce que payent les vingt autres personnes de mon bureau. Leur imposition va de 33 à 41% de leurs revenus, avec une moyenne à 36%. »

Il ajoute ce commentaire qui en dit long sur la place de la finance dans le capitalisme d’aujourd’hui :

« Si vous faites de l’argent avec de l’argent, comme le font certains de mes amis super-riches, votre pourcentage pourra même être encore plus bas que le mien. Mais si vous gagnez votre vie avec un travail, votre pourcentage sera supérieur au mien, et sans doute de beaucoup. »

Il faut augmenter les impôts des plus riches

Une situation qui, selon lui, n’était pas le cas dans les années 80 et 90. Entre 1992 et 2008, alors que les revenus des 400 Américains les plus riches a décuplé, leur taux d’imposition moyen est passé de 29,2% à 21,5%.

Warren Buffett fait donc une proposition au Comité conjoint qui a été récemment décidé par Barack Obama et son opposition républicaine pour trouver des solutions au problème du déficit budgétaire : augmenter les impôts des plus riches.

Il suggère de ne pas toucher à l’imposition de 99,7% des contribuables américains, mais de n’augmenter les impôts que de ceux qui déclarent plus d’1 million de dollars de revenus par an, soit 236 883 personnes en 2009, et plus encore pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars par an, et qui étaient quand même 8 274 en 2009.

Sa conclusion :

« Mes amis et moi avons été cajolés pendant trop longtemps par un Congrès ami des millionnaires. Il est temps que notre gouvernement devienne sérieux sur le partage des sacrifices. »

Warren Buffett n’est pas qu’un riche excentrique. Il est l’un des gourous de la finance américaine, avec son fonds Berkshire Hathaway, dont le succès lui a valu le titre de « meilleur investisseur du XX° siècle ». Il est un des personnages emblématiques du capitalisme américain, dont les paroles et les conseils sont suivis aveuglément par les petits porteurs.

Le choix de la philanthropie

Depuis le début des années 80 et sa formidable réussite financière, réalisée à coups d’investissements judicieux, d’une bonne lecture du marché et d’audace récompensée, Warren Buffett est aussi un grand philanthrope, dans la grande tradition américaine.

Il y a un an, Warren Buffett s’était associé à Bill Gates, un de ses grands amis « super-riches » (Gates siège au conseil d’administration de Berkshire Hathaway), pour lancer une initiative sans précédent et sans équivalent au monde : ils ont lancé le « giving pledge », un « engagement de don » par lequel qu’ils s’engagent à donner la moitié de leur fortune à des oeuvres humanitaires. Une quarantaine de milliardaires avaient signé ce « pledge », dont Marc Zuckerberg (Facebook), Larry Ellison (Oracle), ou encore le fondateur de CNN, Ted Turner.

Warren Buffett avait déjà promis 80% de sa propre fortune à la fondation de Bill et Melinda Gates, très active dans la lutte contre le sida et pour la vaccination dans le monde en développement.

La taxation des super-riches comme solution au déficit budgétaire ? Sans doute pas, comme le montrait, chiffres à l’appui, notre blogueur Jean Matouk lorsque la rumeur avait circulé que Bill Gates était « plus riche que l’Amérique »…

Mais la fin de cette injustice déjà choquante en période faste mais carrément inacceptable en temps de crise, du fait que les plus riches payent en pourcentage moins d’impôts que le reste de la population, et que le capital est moins impos que le travail, peut constituer une partie de la réponse, à côté des économies budgétaires et des mesures d’austérité qui sont en train d’être imposées un peu partout.

En France, le débat est d’abord politique

En France, le gouvernement se refuse à aller dans cette direction, se contentant de parler de l’élimination de certaines « niches fiscales », ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

A gauche, Martine Aubry a clairement annoncé la couleur, dans une tribune publiée vendredi dans Le Monde, qui va exactement dans le même sens que les remarques de Warren Buffett : « Les revenus du capital cesseront d’être moins taxés que ceux du travail. »

La candidate à la primaire socialiste s’est néanmoins attirée une attaque en règle de Valérie Pécresse, la ministre du budget, qui a accusé Martine Aubry de préparer des augmentations d’impôts, une antienne qu’on entendra sans doute beaucoup pendant la campagne.

Les super-riches, eux, se taisent. Peut-être que la différence entre les Etats-Unis et la France, c’est qu’ici, ce sont les politiques qui s’écharpent sur les impôts, tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, les plus riches devancent l’appel et proposent de participer à l’effort collectif. Allo Liliane (Bettencourt), François (Pinault), Bernard (Arnaud) ? …

Photo : Warren Buffett entouré de pom pom girls de l’université du Nebraska en avril (Rick Wilking/Reuters)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89
Ailleurs sur le Web

___________—- / . \/ . —-___________

« Alors que les classes pauvres et les classes moyennes se battent pour nous en Afghanistan, alors que la plupart des Américains luttent pour boucler leurs fins de mois, nous les méga-riches continuons de bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires », estime Warren Buffett dans sa tribune.


Warren Buffet: «Taxez-moi!»

Dans une tribune publiée par le New York Times, le milliardaire américain a appelé lundi les parlementaires à augmenter les impôts pour les plus riches.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le milliardaire américain a appelé lundi les parlementaires à augmenter les impôts pour les plus riches.

93 commentaires

Warren Buffet (AP)

L’investisseur milliardaire Warren Buffett a appelé lundi les parlementaires américains à augmenter les impôts pour les plus riches afin de réduire l’énorme déficit budgétaire du pays, affirmant que cela ne nuira ni aux investissements, ni aux emplois.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le patron du fonds d’investissement Berkshire Hathaway propose une hausse d’impôts pour les Américains dont les revenus dépassent au moins un million de dollars par an, et une hausse encore plus élevée pour ceux qui gagnent plus de 10 millions de dollars annuels.

« Nos dirigeants ont appelé à +un sacrifice partagé+. Mais quand ils ont fait cette demande, ils m’ont épargné. J’ai vérifié auprès de mes amis méga-riches pour savoir à quels sacrifices ils s’attendaient. Eux non plus n’avaient pas été touchés », écrit le milliardaire.

« Pendant que les pauvres et les classes moyennes combattent pour nous en Afghanistan, et pendant que de nombreux Américains luttent pour joindre les deux bouts, nous, les méga-riches, continuons à bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires », poursuit-il.

M. Buffet explique que son taux d’imposition par l’Etat fédéral représentait 17,4% de ses revenus imposables l’an dernier, alors que celui des 20 personnes travaillant dans son bureau était compris entre 33 et 41%.

Le taux d’imposition des riches était « beaucoup plus élevé » dans les années 1980 et 1990, et pourtant près de 40 millions d’emplois ont été créés entre 1980 et 2000, rappelle M. Buffett.

« Vous savez ce qui s’est passé depuis: des impôts plus bas et beaucoup moins de créations d’emplois ».

« Les gens investissent pour gagner de l’argent, et une imposition potentielle ne les a jamais fait fuir », écrit-il encore.

Le Congrès américain est parvenu à un accord de dernière minute le 2 août sur le relèvement du plafond de la dette, alors que le pays était à deux doigts du défaut de paiement et après des semaines de bras de fer entre républicains et démocrates. Le texte prévoit des coupes budgétaires mais aucune hausse d’impôts.

(source AFP)

___________—- / . \/ . —-___________

___________—- / . \/ . —-___________


Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

___________—- / . \/ . —-___________

Libertés sur Internet, je soutiens La Quadrature du Net. Et vous ?

Publicités

Les grands patrons français ont gagné en moyenne 190 fois le Smic annuel en 2009

Les cinq présidents exécutifs les mieux payés sont ceux de Renault, de Sanofi-Aventis, de LVMH, de Danone et d’Axa.

Économie 14/12/2010 à 10h30

Les grands patrons français ont gagné en moyenne 190 fois le Smic annuel en 2009

Les cinq présidents exécutifs les mieux payés sont ceux de Renault, de Sanofi-Aventis, de LVMH, de Danone et d’Axa.

Réagir

Le patron de Renault Carlos Ghosn est le président exécutif le mieux payé avec 9,2 millions

Le patron de Renault Carlos Ghosn est le président exécutif le mieux payé avec 9,2 millions d’euros par an. (© AFP Raveendran)

Les patrons des 40 plus grandes entreprises françaises ont touché 3,06 millions d’euros en moyenne en 2009, soit 190 fois le Smic annuel, une rémunération en baisse de 14% par rapport à 2008 en raison de la crise, selon la société de conseil aux investisseurs Proxinvest.

Les cinq présidents exécutifs les mieux payés du CAC 40 sont Carlos Ghosn de Renault avec 9,2 millions d’euros par an, Christopher Viehbacher de Sanofi-Aventis avec 8,2 millions, Bernard Arnault de LVMH avec 7,6 millions, Franck Riboud de Danone avec 5,9 millions, et Henri de Castries d’Axa avec 5,6 millions.

La rémunération totale des présidents exécutifs du CAC 40 s’est élevée l’an dernier à 3,06 millions d’euros l’an dernier, stock-options et actions gratuites comprises.

En 2008, ces patrons avaient touché 3,57 millions d’euros. C’est la 2e année consécutive que la rémunération moyenne des grands patrons français baisse.

Ce phénomène est dû à «la crise et à la pression des actionnaires. On a affaire à des gens qui ne fonctionnent qu’au rapport de force», a estimé Pierre-Henri Leroy, président de Proxinvest.

Proxinvest note un «problème de transparence» concernant la rémunération de Carlos Ghosn chez Nissan (environ 8 millions d’euros) «qui était totalement cachée aux actionnaires de Renault et n’apparaît jamais dans le document de référence» du groupe automobile.

Cette rémunération avait été annoncée par M. Ghosn devant les actionnaires de Nissan, au Japon, le 23 juin.

Concernant Bernard Arnault, la société de conseil note que son bonus «élevé» de 2,2 millions d’euros est resté «inchangé» en 2009 alors que deux des trois critères financiers servant à son calcul ont baissé. «La moitié du bonus repose sur des critères qualitatifs non transparents», conclut Proxinvest.

Quant aux présidents non exécutifs des groupes du CAC 40, ils ont perçu en moyenne 928.048 euros en 2009, «les plus hauts niveaux européens», alors que leur rémunération n’est «pas soumise au vote des actionnaires», critique la société de conseil.

Environ 2,3 millions de salariés étaient payés au Smic début 2010, soit 1.343,77 euros bruts par mois (1.056 euros net) pour un temps complet.

(Source AFP)

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Après quelques semaines d’interruption, la lettre d’information du collectif contre les patrons voyous et licencieurs reprend.




=> Compétence (ex-Jabil) : à Brest, leur nouvel actionnaire est un fantôme
publié le 12/12/2010

Au bord de la faillite, l’usine Competence (ex-Jabil) ne compte plus que 192 salariés. Ils étaient mille il y a dix ans. En juillet, leur usine, ex-Jabil, ex-Alcatel, ex-Ericsson, a été cédée à un fonds d’investissement américain : Mercatech. Elle s’appelle désormais Competence. Les investissements promis ne sont pas arrivés. Les salariés sont en grève depuis huit jours.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article444

=> Sanofi : manifestation contre la suppression de postes de visiteurs médicaux
publié le 12/12/2010

Les neuf syndicats de Sanofi-Aventis avaient appelé à ce rassemblement symbolique, à l’occasion d’un comité de groupe, trois jours après l’annonce de la suppression de 575 emplois dans l’activité de visite médicale, déjà touchée par des plans en 2006 et 2008.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article443

=> Visteon (Carvin Pas-De-Calais) : la grève est finie, les salariés ont repris hier soir
publié le 08/12/2010

Depuis mardi dernier, un bras de fer opposait salariés et direction, après qu’un projet de fermeture a été évoqué pour la fin 2011. Un projet qui prévoit, dès juin prochain, le transfert d’une soixantaine de salariés sur le site de Gondecourt, tandis que les 40 restants termineraient quelques contrats à Carvin avant de partir en fin d’année.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article445

=> Faute de commande de Renault et PSA, l’équipementier Sealynx s’est déclaré en cessation de paiements
publié le 06/12/2010

Ce dépôt de bilan survient moins de deux mois après l’annonce de ce énième plan de restructuration qui prévoyait la suppression de 257 emplois sur le site de Charleval et la fermeture de l’autre usine française du groupe qui emploie 80 salariés à Villers-la-Montagne (Meurthe-et-Moselle).
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article442

=> Fermeture de l’usine Fralib (Unilever) : le préfet demande une médiation
publié le 28/11/2010

Cette médiation se fera sous la houlette de la Direction Régionale des Entreprises. Deux représentants des salariés et deux du groupe doivent y participer. Un rapport sera remis avant le 13 décembre, date de la remise d’un autre rapport, celui de l’expert mandaté par le CE dans le cadre de la procédure de fermeture de l’usine. Au-delà, la préfecture précise qu’elle ne pourra plus intervenir.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article441

=> Sandouville réagit diversement au plan de Renault
publié le 27/11/2010

Le plan de Renault de proposer un départ anticipé à la retraite à 58 ans au titre de la pénibilité concerne environ 3.000 salariés du constructeur automobile français, dont 557 à Sandouville. « On diminue les capacités de production de Renault. C’est une stratégie pour servir les actionnaires et il n’y a rien pour l’emploi ».
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article440

=> Goss Montataire (Oise) : une nouvelle tentative de médiation
publié le 27/11/2010

Le tribunal de Senlis a décidé hier une médiation jusqu’au 13 décembre entre les dirigeants de Goss et le comité d’entreprise, qui refuse le plan de sauvegarde de l’emploi annoncé en septembre 2010. Ce PSE prévoit le licenciement de la moitié des effectifs.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article439

=> Goss : le tribunal rendra sa décision vendredi
publié le 23/11/2010

Le tribunal de Senlis rendra son jugement sur le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui frappe l’usine Goss de Montataire, vendredi. La direction veut licencier la moitié des 623 salariés du fabricant de rotatives pour l’imprimerie.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article437

=> Blocus levé chez MGM (Villers-la-Montagne, Meurthe-et-Moselle)
publié le 22/11/2010

Chaque salarié licencié, y compris ceux qui n’ont pas fait grève, recevra une prime légale de 5 500 ?. Las de dix jours de grève, les salariés ont affirmé leur fierté d’avoir lutté si âprement.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article436

=> « Ni le président de la République, ni le PDG de Renault ne tiennent leurs promesses »
publié le 20/11/2010

Le site de Sandouville va à nouveau faire l’objet de journées de chômage partiel en 2011. Sans compter qu’on ne sait pas ce que vont devenir les 816 salariés en sureffectifs (dont 266 déjà en déplacement).
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article438

=> Cooper Baclair (Bolbec) : le rapport qui inquiète
publié le 20/11/2010

Sans révéler le moindre chiffre, les 316 salariés de Baclair menacés de licenciement sont pour l’heure très insatisfaits des propositions qu’on leur a faites.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article434

=> Le PSE d’Altis Semiconductor contesté aux Prud’hommes
publié le 20/11/2010

Corollaire au rachat du fabricant de semi-conducteurs par Yazid Zabeg, l’été dernier, le PSE de la société de Corbeil-Essonnes prévoit encore la suppression de 354 postes sur les quelque 1 400 que compte l’usine. Le référé devant le Conseil des Prud’hommes vise à obliger Altis à préciser ses propositions en matière de reclassement.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article433

=> SeaFrance : 279 licenciements d’ici au 10 décembre
publié le 19/11/2010

Pour la première fois depuis la mise en oeuvre du nouveau plan industriel de SeaFrance, les 279 postes supprimés ont été dévoilés sous forme d’une liste aux élus du comité d’entreprise de la compagnie. Les premiers licenciements de salariés volontaires et non-volontaires devraient être notifiés entre le 5 et le 10 décembre prochains.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article435

=> Liste des entreprises qui licencient ou qui suppriment des emplois
publié le 18/11/2010

Petites ou grosses, privées ou publiques : une liste qui ne cesse de s’allonger…

Dernières mises à jour : MGM (Meurthe-et-Moselle), Payen (Ardèche), Sealynx (Eure, Meurthe-et-Moselle), Calaire Chimie (Pas-de-Calais), SCA (Nord), Fralib (Bouches-du-Rhône), Cooper (Seine-Maritime), Bergerac NC (Dordogne), … Vous pouvez nous aider à compléter cette liste.
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?article1

—————-
Nouvelles brèves
—————-

=> Thalès annonce la suppression de 1 500 emplois
publié le 28/11/2010

Le groupe d’électronique français Thalès, qui fait travailler environ 2 500 salariés à Toulouse, vient de confirmer la suppression de quelque 1 500 emplois dans l’ensemble de ses sociétés présentes en France. Lire la suite »
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve107

=> Freescale : le projet secret qui sauverait 250 emplois
publié le 26/11/2010

Des prises de contact avec plusieurs investisseurs potentiels, dont une qui pourrait se solder par le recrutement d’environ 250 « Freescale » parmi les 821 salariés qui perdront leur emploi fin 2011. Lire la suite »
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve108

=> Charente Coop : le désenchantement
publié le 20/11/2010

Le directeur de Charente Coop officialise le plan de licenciements. Vingt-cinq personnes touchées. Le personnel s’est mobilisé hier devant le siège à Montbron (Charentes). Lire la suite »
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve106

=> Choisy-Le-Roi : les sites de production d’eau bloqués
publié le 20/11/2010

Les salariés des 3 usines du Sedif, qui alimente en eau potable 144 villes d’Ile-de-France, sont en grève. Ils empêchent l’entrée des camions qui livrent les produits de purification. Lire la suite »
-> http://www.collectifcontrelespatronsvoyous.com/spip.php?breve105

————————-
Nouveaux sites référencés
————————-

=> Site de la CGT Freescale Toulouse

-> http://cgtfreescale.free.fr/

=> Collectif MGM pour l’emploi (Facebook)

Collectif pour le maintien de l’emploi MGM VILLERS LA MONTAGNE
-> http://fr-fr.connect.facebook.com/pages/Collectif-MGM-pour-lemploi/153636358013277

Cette liste n’est pas exhaustive.

N’hésitez pas à nous faire part de toute information concernant des licenciements ou des suppressions d’emplois, en écrivant à :
contact@collectifcontrelespatronsvoyous.com

_______________________________________________
Ce message a été envoyé à tous les membres de la liste de diffusion du Collectif Contre Les Patrons Voyous (cclpv)
Pour écrire aux membres de cette liste, envoyez vos mails à : abonnes-cclpv@collectifcontrelespatronsvoyous.com
Pour vous abonner, modifier vos options ou résilier votre abonnement : https://collectifcontrelespatronsvoyous.com/cgi-bin/mailman/listinfo/abonnes-cclpv

Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://collectifcontrelespatronsvoyous.com !

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

L’appel d’Eric Cantona : le temps est venu d’agir pour des banques citoyennes

Suite à l’interview d’Eric Cantona à Presse-Océan, suggérant aux clients de retirer leur argent des banques pour faire s’écrouler leur système de domination, un « buzz » s’est constitué sur Internet. Un site « Bankrun » a été créé pour appeler à un retrait massif et simultané d’argent le 7 décembre prochain. Selon les initiateurs de ce site, il s’agit de dénoncer les ravages d’un « système financier mondialisé dérégulé et incontrôlable », et d’exiger « la création d’une banque citoyenne, au service des citoyens ».

 

Cette initiative rencontre un écho certain auprès de citoyens atterrés de voir les plans d’austérité déferler sur l’Europe au motif qu’il faudrait « rassurer les marchés financiers » et sauver les banques. Nombreux sont ceux qui souhaitent agir ici et maintenant, pour montrer aux gouvernants qu’ils refusent ces politiques irresponsables.

Au stade actuel l’action citoyenne n’a que très peu de chance de déclencher un mouvement de retrait généralisé, susceptible de menacer les banques. Leur stabilité est d’ailleurs bien plus mise en danger par la folle vague de spéculation actuellement en cours contre l’euro… En outre les liens apparents sur le web de certains promoteurs de l’initiative « Bankrun » avec des secteurs de l’extrême-droite doivent inciter à la prudence.

Il n’en demeure pas moins que la mobilisation des citoyens doit se développer pour exiger la mise au pas des banques prédatrices. Les mouvements citoyens doivent en même temps favoriser l’émergence de banques alternatives, solidaires et écologiquement responsables, comme le proposent par exemple les Amis de la Terre, l’une des associations fondatrices d’Attac  (voir http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/Guide_banques_VSite.pdf): c’est alors que l’appel aux citoyens à transférer leurs comptes bancaires aura un sens.

L’écho important de la proposition d’Eric Cantona montre qu’une attente forte existe dans la société. Attac lutte depuis douze ans contre la domination de l’industrie financière. Nous nous engageons à renforcer dans la durée l’action citoyenne contre le pouvoir de la finance, pour l’émergence de banques alternatives et solidaires, et pour la socialisation du système bancaire. L’association continuera à s’y employer dans les mois à venir avec ses partenaires.

Attac France,
Paris, le 3 décembre 2010

Enhanced by Zemanta

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Un rap pour les licenciés de Moulinex: « Écoute le silence / De mon licenciement… »

Un rap pour les licenciés de Moulinex

Dimanche 31 octobre 2010, par cclpv // Moulinex

« Écoute le silence / De mon licenciement… » 

Dans son nouveau titre, La Machine, le groupe de hip-hop angevin Nouvel R décrit le désarroi d’un ouvrier licencié, victime des délocalisations.

À l’appui du texte, défilent les visages d’anciens salariés de Moulinex. Guy, 57 ans, 30 ans de boîte ; Huguette, 57 ans, 27 ans de boîte ; Jocelyne, 58 ans, 32 ans de boîte… Des visages attentifs, stressés, fatigués.

VIDEO À VOIR ET ECOUTER CLIQUES ICI
La machine – Nouvel R
envoyé par nouvelr. – Regardez plus de clips, en HD !« Ils nous ont confié leurs galères »

Ce sont deux frères originaires de La Roche-sur-Yon, Maxime et Valentin Arrivé, qui ont réalisé ce clip pour la Société des Films du Réel. Ils ont passé une journée avec les ex-Moulinex, qui se retrouvent chaque jeudi à Cormelles-le-Royal, dans la banlieue de Caen. « Cette rencontre nous a retournés, raconte Valentin. Ils nous ont confié leurs galères. Ces souffrances, on les perçoit. Sur les visages. Dans les yeux. » Elles ont enfanté l’esprit du clip, un film en noir et blanc, épuré.

Tourné avec un appareil photo, poussant les contrastes, le clip puise sa force dans la réalité. L’essentiel des plans a été tourné lorsque les ex-Moulinex découvrent le morceau. « On ne voulait pas scénariser, mais se rapprocher du documentaire. »

Des vies bouleversées

Le morceau décrit les vies bouleversées, les projets interrompus, le quotidien incertain. « Il va falloir serrer les coudes / Tout comme la ceinture, fils/Oublie le scoot / La façade s’passera de peinture. » Un rap qui a parlé à toutes les générations. « On voulait donner de l’humanité à des chiffres. »

Chez Moulinex, 3 250 personnes ont perdu leur travail, dont 2 000 dans le Calvados. À ce jour, seulement 812 ont retrouvé un boulot.

Ouest France 30/10/2010

Répondre à cet article

MOLEX PATRON VOYOU! OUI, MAIS JUSQU’AU BOUT (2)! Courrier du syndicat Cgt Tyco Electronics France SAS à Mme ANNA RODRIGUEZ, VICE PRÉSIDENTE de MOLEX, CHARGÉE DES RESOURCES HUMAINES.

Voir article précédent sur  Les MOLEX:

MOLEX PATRON VOYOU! OUI, MAIS JUSQU’AU BOUT! Molex persiste à nier les droits de ses ex-salariés: MOLEX a liquidé sa filiale destinée au paiement des indemnités.

Dans la presse le 28 10 2010:

Molex sed lex

Par Léon, le 28.10.10
L’affaire, après avoir concerné les salariés de Molex et leurs dirigeants, oppose désormais ces derniers au gouvernement français en la personne de Christian Estrosi.  On a de quoi être  effaré de la manière dont se déroule ce conflit dont la forme est incontestablement la conséquence de deux cultures, l’une américaine, l’autre française, radicalement différentes dans le domaine des relations sociales.

Rappel des faits :

Molex est un groupe américain qui fabrique des composants électroniques, notamment des connecteurs utilisés dans l’industrie automobile et en informatique.
Ce groupe implanté en France depuis 2004 avait un usine  à Villemur-sur-Tarn, près de Toulouse.

En octobre 2008, la direction annonce son intention de la fermer au printemps 2009, et de licencier ses 283 salariés. Le comité d’entreprise, contestant la légitimité économique de cette décision, fait appel à un cabinet d’expertise (Syndex) , qui juge l’entreprise viable et le site comme l’un des plus rentables de la division automobile de Molex.

Le 19 mai 2009, le tribunal correctionnel de Toulouse,sur plainte du CE, rend un jugement qui condamne les deux dirigeants français pour délit d’entrave à six mois de prison avec sursis et ordonne la suspension du processus de fermeture de l’usine.

Les esprits s’échauffent lorsque les salariés découvrent que cette mesure aurait été prévue depuis 2007 avec une délocalisation a la clé, ils se mettent en grève et séquestrent, le 22 mai, deux cadres dirigeants pendant 24 h.

Le 2 juillet, la direction lance une nouvelle procédure de plan social « en repartant à zéro » mais qui n’aboutit pas à un accord, une grève illimité est lancée.
Mais le 5 août, après des incidents, (une bousculade et des jets d’œuf contre l’un des responsable de l’usine), la direction américaine du groupe décide la fermeture de l’usine ( ses deux dirigeants français avaient démissionné).
Un plan social finit par être établi après intervention de l’Etat, la filiale américaine du groupe cesse d’être une unité opérationnelle et n’est plus qu’une structure juridique destinée à exécuter le plan social.

Un an après, à la fin de ce mois de septembre 2010,  188 ouvriers licenciés, se fondant sur la décision du tribunal correctionnel de Toulouse du printemps 2009 qui avait condamné Molex, déposent une plainte devant le tribunal des prud’hommes pour licenciement abusif.

L’apprenant, le groupe américain a mis la société en liquidation judiciaire, ce qui a pour effet d’interrompre l’exécution du plan social ; cette mesure frappe 19 salariés, les représentants du personnel qui avaient été licenciés 6 mois plus tard que les autres et qui étaient encore en congé de reclassement jusqu’en janvier 2011.

Voilà l’affaire. Sauf que Christian Estrosi, qui s’était particulièrement investi dans cette histoire est entré dans une colère noire, dénonçant ce qui s’est confirmé être une mesure de représailles et un chantage pur et simple d’une  société qui, par ailleurs, a fait des bénéfices records et distribué des dividendes énormes à ses actionnaires. ( 75 millions de dollars de bénéfices, dont 15% seront redistribués à leurs actionnaires). « Il n’est pas question de céder en quoi que ce soit à un chantage inacceptable ! » ajoute-t-il.

Dans un communiqué transmis hier soir, le groupe américain met en cause « l’action de 188 anciens salariés devant le conseil de prud’hommes de Toulouse, visant notamment à obtenir une indemnité exorbitante équivalente à cinq ans de salaire, en plus des sommes octroyées au titre du plan social ».

Il est surtout très instructif d’entendre la raison invoquée par la vice-présidente du groupe : Molex ne veut pas attendre la décision du tribunal par crainte « de ne pas avoir un procès équitable ». « En France, à chaque fois que nous sommes allés en justice, nous avons perdu », fait-elle valoir.

Cette histoire est tellement emblématique qu’elle mérite d’être suivie avec attention.
Au-delà de simples péripéties socio-économiques on est là, semble-t-il, en présence du vrai choc de civilisations, celui auquel on ne pensait plus : la logique capitaliste contre la solidarité nationale, la mondialisation libérale contre la culture sociale française. Au point que même un gouvernement de droite s’offusque de comportements qui ne sont, après tout, que la routine du monde des affaires.
À mon avis, les dirigeants de Molex ne vont pas trop recommander la France à leurs collègues comme destination d’investissements industriels : l’enfer social après l’enfer fiscal, vont-ils sans doute geindre.
Mélanchon aurait-il raison ? « Qu’ils partent tous  » ?

Parce que ce n’est pas tout :


Dans une lettre ouverte en date du 7 septembre , la CGT de l’usine Molex de Villemur-sur-Tarn, émet des « doutes sur l’impartialité » du ministère ( il s’agit d’Eric Woerth) lorsqu’il a autorisé le licenciement des représentants du personnel. Plus précisément, le syndicat se base sur une enquête de France Inter et une série de révélations du Canard enchaîné sur Eric de Sérigny, proche et « conseiller bénévole »( !) d’Eric Woerth.
À l’époque, ce cadre supérieur, membre et animateur actif du premier cercle de l’UMP, ami de Patrice de Maistre, aide Eric Woerth notamment dans ses relations avec les entreprises. Or, Eric de Sérigny travaille parallèlement comme consultant pour Athéna, une société de conseil qui aide les avocats de Molex à gérer la fermeture de l’usine. Et que nous dit Eric Woerth aujourd’hui ?
«Je condamne fermement cette attitude et je mande aux dirigeants de Molex de respecter la loi française»

Ben voyons…

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

MOLEX PATRON VOYOU! OUI, MAIS JUSQU’AU BOUT! Molex persiste à nier les droits de ses ex-salariés: MOLEX a liquidé sa filiale destinée au paiement des indemnités.

L’Etat demande à Renault et PSA de boycotter Molex, après l’annonce de bénéfices records

LEMONDE.FR avec AFP | 27.10.10 | 11h16

L’équipementier automobile américain, qui refuse de financer le plan social de son usine française fermée en 2009, a fait état mercredi 27 octobre de bénéfices « record » au troisième trimestre, ce qui l’a conduit à augmenter de 14,8 % le dividende versé à ses actionnaires. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 897,7 millions de dollars, en hausse de 33 % sur un an, et un bénéfice net de 75,1 millions de dollars contre une perte de 15,1 millions un an plus tôt.

« Les revenus et le bénéfice par action ont atteint un record absolu en septembre », les recettes étant même supérieures à ce qu’elles étaient avant la récession, a commenté le PDG Martin Slark dans un communiqué. « Compte tenu de ces revenus et profits record, couplés à une organisation plus efficace qui résulte de la restructuration, nous augmentons le dividende de 14,8 %, avec date d’effet au moment de son paiement en janvier. »

« INADMISSIBLE, SCANDALEUX »

Molex a annoncé récemment qu’en réponse aux plaintes déposées aux prud’hommes par des salariés, il allait cesser de financer le plan social de son usine de Haute-Garonne, fermée en 2009 après onze mois de lutte des salariés, et s’en remettre à la collectivité pour le faire. Dimanche, Christian Estrosi a annoncé que l’Etat français s’associerait à ces plaintes, pour forcer l’équipementier à poursuivre le financement du plan.

Réagissant aux annonces des résultats de Molex, mercredi, le ministre de l’industrie a aussitôt demandé aux constructeurs automobiles Renault et PSA de cesser tout échange commercial avec l’équipementier. Interrogé à la sortie du conseil des ministres, M. Estrosi a qualifié l’annonce d’un dividende en hausse de « mépris le plus total […]. J’ai demandé ce matin à Renault et à PSA de cesser toute commande à l’égard de Molex […], qui méprise les institutions de notre pays ». Le ministre avait déjà assuré la semaine dernière qu’il demanderait à Renault et PSA de revoir leurs contrats avec leur fournisseur américain si « sa filiale France ne respectait pas ses engagements ». « C’est inadmissible, scandaleux, nous allons utiliser tous les moyens de droit nécessaires, nous allons imposer à Molex de s’expliquer devant la justice française. »

Dans un contexte de désindustrialisation, Molex est devenu un symbole de ces entreprises jugées rentables et viables, mais sacrifiées sur décision étrangère au nom d’une logique financière échappant au personnel.

—————————————————————————————————————————————-

Plainte de l’Etat français contre Molex pour le financement de son plan social

—————————————————————————————————————————————–

Christian Estrosi au chevet des Molex

1 réaction

Par GUILLAUME LAUNAY (à Toulouse)

Présenter un membre du gouvernement au côté des salariés et menacer la société américaine qui les a licenciés n’est pas à négliger par les temps sociaux qui courent. Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, était donc à Toulouse hier pour dire aux salariés de Molex que le groupe qui a liquidé leur usine de Villemur-sur-Tarn, il y a tout juste un an, avait un comportement «inadmissible et inacceptable». L’équipementier vient de décider de ne plus tenir ses engagements (financement de la reconversion et paiement des salariés protégés) au motif que 188 de ces métallos poursuivaient la société devant le conseil des prud’hommes.

——————————————————————————————————————————————

Bénéfices record pour Molex, Estrosi dénonce le «mépris»

Le ministre français de l’Industrie Christian Estrosi a annoncé mercredi avoir demandé à Renault et PSA de ne plus avoir «le moindre échange commercial» avec l’équipementier automobile américain Molex, qui refuse de financer le plan social d’une usine française fermée en 2009 mais affiche un résultat record.

Le ministre était interrogé par la presse à la sortie du Conseil des ministres sur l’annonce par Molex de bénéfices «record» au troisième trimestre, ce qui l’a conduit à augmenter de 14,8% le dividende versé à ses actionnaires.

«L’annonce ce matin du fait que Molex ait dégagé 75 millions (de dollars, ndlr) de bénéfices, dont 15% seront redistribués à leurs actionnaires, est une démarche de mépris la plus totale, que ce soit à l’égard des salariés de Molex mais aussi du gouvernement français et de la justice de la France», a affirmé Christian Estrosi.

75 millions de dollars de bénéfices

«J’ai demandé ce matin à Renault et à PSA de cesser toute commande à l’égard de Molex et qu’il n’y ait plus le moindre échange commercial entre (…) nos deux constructeurs et Molex qui méprise les institutions de notre pays, le respect de leurs engagements dans le domaine social», a-t-il ajouté. «Il est temps de mettre fin à ce genre de comportements».

Le ministre avait déjà assuré la semaine dernière après une réunion à la préfecture de Haute-Garonne – département où est situé le site Molex fermé l’an dernier – qu’il demanderait à Renault et PSA de revoir leurs contrats avec leur fournisseur américain si «sa filiale France ne respectait pas ses engagements».

«Comment peut-on mépriser autant les engagements qui ont été pris?», a renchéri mercredi Christian Estrosi. «C’est inadmissible, scandaleux, nous allons utiliser tous les moyens de droit nécessaires, nous allons imposer à Molex de s’expliquer devant la justice française».

——————————————————————————————————————————————-



Enhanced by Zemanta

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

  • ARCHIVES