Egypte: Forte mobilisation et poudre aux yeux;

« Egypte: Retour sur l’attaque du Musée du Caire. Vandalisme d’état et machination médiatique. | Accueil

05/02/2011

Egypte: Forte mobilisation et poudre aux yeux

Le Caire, 5 février 2011. La journée de vendredi (hier) fut celle d’une forte mobilisation au Caire et dans d’autres grandes villes. Toute la journée durant, des dizaines de milliers d’Egyptiens se sont rendus place Tahrir ou régnait un esprit de fête. Chansons, poèmes, slogans, débats, échanges d’idées. Place Tahrir, nouvelle agora.

Les quelques milliers de manifestants qui assurent la garde permanente de la place Tahrir se tiennent en alerte et sécurisent les issues. L’armée, vendredi, a multiplié sa présence par 4 ou 5. Des fils barbelés protègent les entrées. Les comités de sécurité populaires vérifient les pièces d’identité et fouillent les manifestants 7 ou 8 fois avant de les laisser entrer place Tahrir. La visite à ses troupes du Général Tantawi, ministre de la défense, explique aussi l’augmentation des effectifs et les précautions de l’armée.

Toute la journée, des petits groupes de quelques centaines d’hommes de main tournent autour de la place Tahrir. Un millier d’entre eux sont réunis près de la Mosquée Mostafa Mahmoud à Mohandessin. Un autre millier d’entre eux est vu Midan el Arbeein, à Suez. Au Caire, place Talaat Harb, jets de pierres et de cocktails Molotov. Où qu’ils se trouvent, ils sont en sous nombre comparés à la marée humaine de la place Tahrir, mais ils sont toujours là. Ce sont, comme avant, des individus payés par le ministère de l’intérieur, le Parti National Démocratique (parti du président Moubarak) ou — nouvelle thèse — des hommes payés par certains hommes d’affaires proche du régime, soucieux de voir leurs affaires reprendre au plus vite.

Chacun l’a lu dans la presse étrangère: le « vendredi du départ » fut un jour de négociation entre Washington et le gouvernement égyptien, en particulier Omar Suleiman, nommé vice-président le 29 janvier 2011. On rapporte que les deux bords étudient les scénarios de transition avec ou sans Moubarak qui, visiblement, ne veut résolument pas quitter le pouvoir.

Dans le courant de la journée Omar Suleiman multiplie les garanties à la population: l’armée ne tirera pas sur les manifestants. Ahmed Shafik, le nouveau premier ministre, assure de son côtés que la police à l’ordre de ne pas troubler les manifestations.

Habib el Adly, ministre de l’intérieur du gouvernement précédent est, selon le gouvernement, arrêté. Un nouveau ministre de l’intérieur est nommé, Mahmoud Wagdi.

Lors d’une conférence de presse, le 3 février 2011, le nouveau premier ministre Ahmed Shafik dit « s’excuser » pour les 10 morts et les 2000 blessés de la nuit du 2 au 3 février (chiffres mis à jour hier soir par le ministère de la santé).

Toutes ces bonnes intentions ont été contredites dans ces 48 dernières heures. Eclairage.
Poudre aux yeux et contradictions.

Il semble que le gouvernement égyptien tente de manipuler l’opinion internationale tout comme il désinforme et manipule la population égyptienne qu’il tente de diviser. Le nouveau gouvernement tient un discours rassérénant et pacificateur, mais poursuit la même politique que le gouvernement précédent, avec le concours de la police militaire.

1. Le 3 février 2011, alors même qu’il est en train de faire son mea culpa télévisé, le nouveau gouvernement lance une campagne totale d’arrestation, d’intimidation et de violences à l’encontre des avocats, activistes et journalistes de toutes nationalités. Les arrestations se sont poursuivies hier et se poursuivent encore aujourd’hui. Des journalistes du monde entier ont été battus, arrêtés, emmenés de force dans des lieux non-identifiés. Les locaux d’Al Jazeera au Caire ont été attaqués et brûlés.

2. Le 3 février, la police militaire fait plusieurs raids et arrête, notamment, les activistes d’un centre pour la protection des droits de l’homme, le centre Hisham Moubarak (aucun lien avec le président). Parmi les activistes, un français affilié à Amnesty International.

3. Tandis que le ministère de l’intérieur à l’ordre de ne pas intervenir, des policiers en civils et des hommes de main poursuivent leurs attaques sur les manifestants pendant la journée du 4 février baptisée « vendredi du départ ». Hier encore, ceux d’entres eux qui sont arrêtés par les manifestants portent sur eux leurs cartes professionnelles et leurs carte d’identité qui indiquent bien que ce sont des policiers.

Question: qui contrôle la police

On semble avoir « coupé la tête » de Habib el Adly, ancien ministre de l’intérieur, pourtant les mêmes méthodes d’intimidation se poursuivent. Question: y a-t-il des courants indépendants au sein du système policier ? Si oui, qui donne les ordres ?

Question: comment peut-on avoir confiance dans le nouveau gouvernement, ce même gouvernement avec lequel Washington négocie?

Les événements de ces 2 derniers jours, en particulier la campagne de terreur menée à l’encontre des journalistes, ne donnent aucune garantie de bonne foi. L’implication de la police militaire est en particulier alarmante.

Place Tahrir, personne n’est dupe

Place Tahrir, légitimement, nul n’a confiance dans le nouveau gouvernement. Pour les manifestants, c’est dans son intégralité que ce système doit être démantelé, puis jugé par des tribunaux compétents. La place Tahrir, semble-t-il, ne désemplira pas avant que ces demandes soit satisfaites.

Comme nous l’avons écrit dans un poste précédent, les manifestants n’auront aucune garantie de ne pas être harcelés, torturés et peut-être tués, après avoir accepté de « négocier » avec ce « gouvernement de transition » aux mains d’anciens dignitaires du régime.

Des manifestants par dizaines sont déjà arrêtés, en douce, dès qu’ils quittent la place Tahrir. La liste des « disparus » ne cesse de s’allonger.

NB: Le passage grisé indique une mise à jour par l’auteur, à 12h52, le 5 février 2011.

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

débabla

Merci, je pense que nous sommes nombreux, à retenir notre souffle en attendant votre chronique, et à guetter ce qui pourrait se tramer dans l’ombre de cette trop longue tractation.

les hauts gradés militaires veulent-ils, en autres! des assurances que l’on ne viendra pas fouiller dans leur implication dans le régime, et dans leurs business?.

En Attendant courage, et respect à vous Egyptiens. Cordialement. Patout.

Rédigé par : débabla | 05/02/2011 à 10:07

Gérard  Manvussat

Gardons nous bien de critiquer le comportement de Moubarak et de son gouvernement,quand on voit celui de Sarkozy , lors de visite dans des régions ou dans des usines.Lorsqu’il fait le « beau » devant un public d’adhérents UMP et que les contestataires sont « retenus » à l’écart des médias…..
Critiquer ce que l’on fait est un non sens ,stupide et hypocrite !!!…….

Rédigé par : Gérard Manvussat | 05/02/2011 à 10:20

hempel

Le grand nettoyage de la bourgeoisie égyptienne n’est pas pour demain, en espérant cela vous ouvrez la porte aux prétendus grands balayeurs musulmaniaques. Je partage votre angoisse pour les crimes qui ont encore lieu en ce moment (comme en Tunisie) mais ce qui arrivera arrivera: plus ces peuples se manifestent enveloppés dans les drapeaux nationaux, moins les prolétaires du monde entier sont concernés; ce qui explique en partie la débilité de la plupart des réparties sur les forums de Libé. Depuis le début l’ensemble des médias simplifient notre perception des événements par les zooms des photographes sur les drapeaux, les voiles de bigotes et leurs bigots à genoux.
Ce jour le Figaro fait témoigner que les bigots contrôlaient place Tahrir les cartes d’identité et séparaient les femmes des hommes! Ne vaudrait-il pas mieux garder Moubarak?

Rédigé par : hempel | 05/02/2011 à 10:21

donnadieu

Il faut arrêter cette désinformation ! La vérité est que pour l’instant et pour longtemps sans doute restera au pouvoir car les enjeux géopolitiques dans cette partie du monde sont trop importants ! La solution pourrait être : après de vraies élections , gouverner le Pays démocratiquement en y intégrant ces enjeux stratégiques mondiaux qui relèvent aussibien des USA que de la Chine , des puissances du Golfe ,de l’Europe , et de tout le Moyen Orient y compris Israël . De plus , il existe un vrai consensus pour éliminer « BEN-LADN end Co »!

Rédigé par : donnadieu | 05/02/2011 à 11:37

anco

Vos craintes sont fondées aux vues des agissements contradictoires du gouvernement, qui ne va pas sans rappeler des méthodes staliniennes, et d’une armée dont la « neutralité » apparaît complice.
Après la stratégie du chaos et de la propagande, semble venir la stratégie du pourrissement.
Votre faiblesse est d’être sans leader ni structures ni, même, unité dans votre révolte légitime. Une transition brutale ne peut se faire.
Votre force est d’avoir alerté l’opinion internationale et votre outil est le web. Utilisez-le ! Nous resterons attentifs. J’espère que presse et gouvernements feront de même….Nous avons, nous aussi, une certaine propagande !
Néanmoins la presse est ulcérée par le traitement qui lui a été appliqué et ne devrait pas oublier..
Quant à l’opinion, le retour des touristes est lié à la bonne conduite de la transition.
Toute mon admiration et mes voeux. Courage !

Rédigé par : anco | 05/02/2011 à 11:50

L’Égyptien

Merci pour ce blog vivant et courageux.

@ Gérard Manvussat : Primo, l me semble curieux de se servir des fautes des uns pour excuser les crimes des autres. Deuzio, comparer la situation en France et celle en Égypte me semble un peu, légèrement beaucoup excessif.

@ Hempel : avez-vous peur de la CDU allemande ou des chrétiens démocrates italiens ? Non ? Et pourtant, ces partis politiques font référence à une religion et certains de leurs membres sont franchement très très à droite. Il en est de même des frères musulmans : certains souhaitent probablement l’établissement de la charia mais les autres sont nettement plus respectueux des diversités et ne cherchent pas à imposer leur vision du monde. Ma « mère » égyptienne, qui était très croyante et avait fait plusieurs fois le pèlerinage à la Mecque, était proche des frères musulmans. Cela ne m’empêchait pas de recevoir à dîner le Français mécréant que je suis (et, de plus, chrétien d’origine) avec une bouteille de vin… qu’elle partageait avec moi, car cela me faisait plaisir et, partant, à elle aussi.

Il est certain que la marche vers la démocratie est longue (les Européens ont-ils oublié les soubresauts de leur histoire ?) et que ce n’est pas en éradiquant d’une manière atroce toute forme de contestation que se prépare un avenir radieux : les dictateurs, par une espèce de « sélection naturelle », favorisent, « grâce » au système répressif mis en place, les plus déterminés de leurs opposants. Raison de plus pour ne pas laisser ces tyrans sévir trop longtemps. Raison également pour, sans avoir peur de la transition, rester très attentif. C’est à ce momemt-là que l’aide des démocraties se révèlera déterminante.

Que les démocraties cessent de soutenir, pour de stupides « raisons » de « realpolitik », les dictatures et aident avec détermination les démocrates : voilà ce que l’on attend d’elles.

je précise que, si je ne vis plus en Égypte, j’y ai séjourné à de nombreuses reprises et longuement — et pas dans les quartiers « chics » du Caire : de ville en ville, dans les hôtels « baladi » les plus modestes, passant mes journées avec des représentants de toutes les classes sociales. Je reviens régulièrement dans ce pays et, en 35 ans, j’ai vu le mode de vie de la population se dégrader franchement.

Rédigé par : L’Égyptien | 05/02/2011 à 12:03

ABDULAZIZ

Le despote tente « d’enliser » le mouvement! Il faudrait que la Mer Rouge s’ouvre dans l’autre sens pour que les descendants de Moise et son peuple reviennent sur les bords du NIL.Mais pour gouverner cette fois ci.

Rédigé par : ABDULAZIZ | 05/02/2011 à 12:09

Julie Vercars

Marre des pseudo impératifs de l’économie, marre de cette société étouffante, marre de la bien-pensance destinée principalement à demander aux opprimés de le rester.
Est-ce qu’on s’est demandé s’il fallait une transition pour Hitler ou Louis XVI ?
On a une seule vie. Les puissants aussi. Mais nous sommes beaucoup plus nombreux que les représentants du Pouvoir, dont font partie les journalistes institutionnels.
Melenchon ? je le trouvais comme me le décrivaient les questions à la con des journalistes. Mais il est bien le seul à analyser tout ça comme il convient : on en a marre, et DSK/Sarko n’a aucune chance. Ca crève les yeux. C’est dans la rue en 2014 qu’il faudra détrôner la dictature en marche. Et seulement à ce moment là, les Egyptiens et autres Tunisiens auront une chance de ne pas nous voir fournir armes et conseils pour mâter des citoyens excédés.
Ouvrez les yeux. Nos dirigeants sont les commis des milliardaires et TGE.

Rédigé par : Julie Vercars | 05/02/2011 à 12:14

gaelle

Courage.
Des pensées depuis l’Inde où finalement, c’est dur d’obtenir des informations de qualité. Un grand merci donc pour ce blog.

Rédigé par : gaelle | 05/02/2011 à 12:17

khawaga

Merci Aalam pour ce blog et pour cette parole vraie et libre.
Beaucoup de commentaires de pseudo-démocrates qui agitent l’épouvantail islamiste. Ces gens sont conditionnés par des années de propagande occidentale (y inclus évidemment Israël). Cela va prendre quelque temps pour les dessiller mais d’ores et déjà ça apparait comme un vieux film qu’on regardera bientôt avec autant de distance qu’on regarde aujourd’hui les films d’espionnage du temps de la guerre froide. Déjà, ces esprits chagrins devraient s’interroger sur le fait que les deux diplomaties qui s’agitent le plus pour défendre Moubarak depuis une semaine sont l’israélienne et la saoudienne, càd les deux autres piliers, avec l’Egypte, de la pax americana dans la région. L’Arabie saoudite est le plus « islamiste » de tous les régimes arabes, mais ça, ça n’a jamais ému Alexandre Adler et tous les affolés de l’islamisme…
Courage, solidarité, respect!
Vive l’Egypte libre!

Rédigé par : khawaga | 05/02/2011 à 12:23

Marie W

Il faudrait pouvoir établir et mettre en ligne la liste des « disparus » pour prouver le comportement abject des dirigeants. Existe t’elle?

Rédigé par : Marie W | 05/02/2011 à 12:36

Dan

Beaucoup d’entre nous ne sont pas dupes. L’offensive lancée par Moubarak et le soi disant nouveau gouvernement est purement lamentable. Que fallait-il attendre de la part de gens nommées par Moubarak lui-même et ayant bénéficié ces dernières années des largesses financières dont ils ne peuvent plus se passer, notamment l’appareil militaire qui apris le relai discretement de la police, en menant en paralèlle une campagne d’intimidation par la violence des journalistes (journalistes qui semblent pour certains decouvrir ce qu’est le quotidien des egyptiens qui manifestent contre ce régime).

Quand je lis les déclarations des membres du nouveau gouvernement, j’ai tout simplement la nausée : non, les pro-Moubaraks n’ont pas été violents, ils se sont bien tenus, ce n’est pas vrai, personne n’a tiré sur les manifestants, tout va bien, la situation va se rêgler pacifiquement (entendez si on ne peut pas ecraser discretement la contestation en faisant croire que l’armée les protège avec la complicité des journalistes démissionaires qui ont peur de vivre le même sort que les citoyens qui se soulevent, on votera une petite aminstie pour les pro-moubaraks, et on parlera alors de gouvernement d’union nationale, ça marche toujours).

Et les gouvernement occidentaux qui soutiennent ce nouveau gouvernement (sous couvert qu’il serait eventuellement un gouvernement de transition, ce qui n’est pas acquis) sont les mêmes qui font mine de s’elever contre la repression organisée par Moubarak, alors qu’il s’agit de la même chose avec juste un petit ravalement de façade.

Les Etats-Unis appelaient l’armée à faire preuve de retenue. Diplomatiquement ça se comprend, encore plus quand on sait que le matériel utilisé par l’armée egyptienne est américain du coup ça le ferait moyen si ils se mettaient à tirer sur la foule.
Imaginez les tractations effectuées surement par la France envers la Lybie pour qu’elle n’intervienne pas en Tunisie (sachant que c’est du materiel militaire français qu’on a vendu à Kadhafi). C’est pas bon pour l’image.

Poudre aux yeux effectivement. Un nouveau gouvernement qui tente de faire croire que les pro-Moubarak se sont organisés spontanément, qu’il n’y a pas de violence de leur part, que les manifestations anti-Moubarak ont été organisées par des éléments etrangers, et essaient de jouer la carte de la menace islamiste pour tenter de se maintenir. La passivité de l’armée en tant qu’entitté (parce que je crois néanmoins qu’en tant qu’individus les militaires sur place aimeraient se positionner clairement, peut-être que je me trompe) est déplorable.

Cette révolution est celle des citoyens, et elle continuera si les citoyens le veulent, ce n’est pas au gouvernement de décider quand elle devra s’arrêter.

Pour ce qui est des intimidations violentes survenues dans les manifestations, puisque nous sommes dans une bataille de l’image, que les pro-Moubarak ne pourront gagner, à chaque fois que vous arrêtez un policier en civil qui se fait passer pour un simple manifestant, et que vous avez ses papiers, photographiez les et diffusez les, c’est con mais c’est important, ce gouvernement veut jouer la carte de l’innocence, il est temps de le mettre face à ses responsabilités, parce que les déclarations de ses nouveaux membres ne different absolument pas de celles des anciens. Ils veulent réprimer les manifestations, continuer à restreindre les libertés, c’est une question de survie pour eux.

Vous avez démontré depuis que vous vous êtes soulevés que vous aviez du courage, que vous avez cette envie de changement, de liberté, d’humanité, et ce combat est suivi partout dans le monde quelles que uissent être nos propres convictions.

Il me semble juste.

Gardez cette détermination. Vous montrez la voie tant pour ceux qui se battent que pour ceux qui subissent partout dans le monde ce type de regime.

Vous avez la victoire au bout des mains, au bout de l’ame.

Pour ce que vous faites, pour ce que vous êtes, merci de tout coeur.

Rédigé par : Dan | 05/02/2011 à 12:41

—————————————————–

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Publicités

Un commentaire

  1. Le Point.fr – Publié le 05/02/2011 à 17:27 – Modifié le 05/02/2011 à 17:32
    Moubarak n’est plus à la tête du parti au pouvoir
    Le président égyptien a quitté le Parti national démocrate. Le comité exécutif, dont le fils d’Hosni, Gamal, a également démissionné.

    http://www.lepoint.fr/monde/moubarak-n-est-plus-a-la-tete-du-parti-au-pouvoir-05-02-2011-136041_24.php

    Source Reuters
    Le président Hosni Moubarak a quitté la tête du Parti national démocrate (PND), le parti au pouvoir en Égypte, rapporte la télévision d’État. Peu auparavant, la télévision avait annoncé la démission du bureau exécutif du PND, où figurait notamment Gamal Moubarak, fils du chef de l’État, et la nomination au poste de secrétaire général du parti de Hossam Badraoui, considéré comme un membre de l’aile libérale du PND.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES