MOLEX PATRON VOYOU! OUI, MAIS JUSQU’AU BOUT! Molex persiste à nier les droits de ses ex-salariés: MOLEX a liquidé sa filiale destinée au paiement des indemnités.

L’Etat demande à Renault et PSA de boycotter Molex, après l’annonce de bénéfices records

LEMONDE.FR avec AFP | 27.10.10 | 11h16

L’équipementier automobile américain, qui refuse de financer le plan social de son usine française fermée en 2009, a fait état mercredi 27 octobre de bénéfices « record » au troisième trimestre, ce qui l’a conduit à augmenter de 14,8 % le dividende versé à ses actionnaires. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 897,7 millions de dollars, en hausse de 33 % sur un an, et un bénéfice net de 75,1 millions de dollars contre une perte de 15,1 millions un an plus tôt.

« Les revenus et le bénéfice par action ont atteint un record absolu en septembre », les recettes étant même supérieures à ce qu’elles étaient avant la récession, a commenté le PDG Martin Slark dans un communiqué. « Compte tenu de ces revenus et profits record, couplés à une organisation plus efficace qui résulte de la restructuration, nous augmentons le dividende de 14,8 %, avec date d’effet au moment de son paiement en janvier. »

« INADMISSIBLE, SCANDALEUX »

Molex a annoncé récemment qu’en réponse aux plaintes déposées aux prud’hommes par des salariés, il allait cesser de financer le plan social de son usine de Haute-Garonne, fermée en 2009 après onze mois de lutte des salariés, et s’en remettre à la collectivité pour le faire. Dimanche, Christian Estrosi a annoncé que l’Etat français s’associerait à ces plaintes, pour forcer l’équipementier à poursuivre le financement du plan.

Réagissant aux annonces des résultats de Molex, mercredi, le ministre de l’industrie a aussitôt demandé aux constructeurs automobiles Renault et PSA de cesser tout échange commercial avec l’équipementier. Interrogé à la sortie du conseil des ministres, M. Estrosi a qualifié l’annonce d’un dividende en hausse de « mépris le plus total […]. J’ai demandé ce matin à Renault et à PSA de cesser toute commande à l’égard de Molex […], qui méprise les institutions de notre pays ». Le ministre avait déjà assuré la semaine dernière qu’il demanderait à Renault et PSA de revoir leurs contrats avec leur fournisseur américain si « sa filiale France ne respectait pas ses engagements ». « C’est inadmissible, scandaleux, nous allons utiliser tous les moyens de droit nécessaires, nous allons imposer à Molex de s’expliquer devant la justice française. »

Dans un contexte de désindustrialisation, Molex est devenu un symbole de ces entreprises jugées rentables et viables, mais sacrifiées sur décision étrangère au nom d’une logique financière échappant au personnel.

—————————————————————————————————————————————-

Plainte de l’Etat français contre Molex pour le financement de son plan social

—————————————————————————————————————————————–

Christian Estrosi au chevet des Molex

1 réaction

Par GUILLAUME LAUNAY (à Toulouse)

Présenter un membre du gouvernement au côté des salariés et menacer la société américaine qui les a licenciés n’est pas à négliger par les temps sociaux qui courent. Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, était donc à Toulouse hier pour dire aux salariés de Molex que le groupe qui a liquidé leur usine de Villemur-sur-Tarn, il y a tout juste un an, avait un comportement «inadmissible et inacceptable». L’équipementier vient de décider de ne plus tenir ses engagements (financement de la reconversion et paiement des salariés protégés) au motif que 188 de ces métallos poursuivaient la société devant le conseil des prud’hommes.

——————————————————————————————————————————————

Bénéfices record pour Molex, Estrosi dénonce le «mépris»

Le ministre français de l’Industrie Christian Estrosi a annoncé mercredi avoir demandé à Renault et PSA de ne plus avoir «le moindre échange commercial» avec l’équipementier automobile américain Molex, qui refuse de financer le plan social d’une usine française fermée en 2009 mais affiche un résultat record.

Le ministre était interrogé par la presse à la sortie du Conseil des ministres sur l’annonce par Molex de bénéfices «record» au troisième trimestre, ce qui l’a conduit à augmenter de 14,8% le dividende versé à ses actionnaires.

«L’annonce ce matin du fait que Molex ait dégagé 75 millions (de dollars, ndlr) de bénéfices, dont 15% seront redistribués à leurs actionnaires, est une démarche de mépris la plus totale, que ce soit à l’égard des salariés de Molex mais aussi du gouvernement français et de la justice de la France», a affirmé Christian Estrosi.

75 millions de dollars de bénéfices

«J’ai demandé ce matin à Renault et à PSA de cesser toute commande à l’égard de Molex et qu’il n’y ait plus le moindre échange commercial entre (…) nos deux constructeurs et Molex qui méprise les institutions de notre pays, le respect de leurs engagements dans le domaine social», a-t-il ajouté. «Il est temps de mettre fin à ce genre de comportements».

Le ministre avait déjà assuré la semaine dernière après une réunion à la préfecture de Haute-Garonne – département où est situé le site Molex fermé l’an dernier – qu’il demanderait à Renault et PSA de revoir leurs contrats avec leur fournisseur américain si «sa filiale France ne respectait pas ses engagements».

«Comment peut-on mépriser autant les engagements qui ont été pris?», a renchéri mercredi Christian Estrosi. «C’est inadmissible, scandaleux, nous allons utiliser tous les moyens de droit nécessaires, nous allons imposer à Molex de s’expliquer devant la justice française».

——————————————————————————————————————————————-



Enhanced by Zemanta

Wikio - Top des blogsWikio - Top des blogs - Divers http://www.wikio.fr

Publicités

6 commentaires

  1. Molex. Indignation après l’annonce d’un bénéfice record

    28 octobre 2010

    http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/molex-indignation-apres-l-annonce-d-un-benefice-record-28-10-2010-1097440.php

    L’annonce, hier, par Molex, d’un bénéfice record a fait bondir le gouvernement français et les syndicats. L’équipementier américain a fermé l’an dernier son usine de Ville- mur-sur-Tarn.

    L’équipementier automobile américain Molex vient d’annoncer un bénéfice record, alors qu’il refuse de financer le plan social de son usine française de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), fermée en 2009, après onze mois de lutte des 283 salariés. Molex, basé dans l’Illinois, a en effet vu son chiffre d’affaires bondir de 33% à 898millions de dollars (649millions d’euros) et son bénéfice net de 54millions d’euros sur le troisième trimestre. Une aubaine pour les actionnaires du groupe, qui vont voir leur dividende croître de 14,8%. La nouvelle n’a, en revanche, pas réjoui le gouvernement français qui se voit contraint de prendre en charge les sommes dues aux anciens salariés de l’usine de Villemur-sur-Tarn conformément au plan social que le groupe a cessé brutalement de financer. Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a immédiatement appelé les constructeurs automobiles français Renault et PSA à cesser de travailler avec Molex et a, de nouveau, brandi la menace d’une plainte pour contraindre ce dernier à continuer de financer le plan social. Il a demandé qu’il n’y ait plus le moindre échange commercial entre les deux constructeurs et Molex, «qui méprise les institutions de notre pays». La vice-présidente de Molex, Ana Rodriguez, a aussitôt dénoncé une «approche très agressive» de la France. «Nous avons payé plus de 90% de nos obligations, a-t-elle précisé hier, nous sommes toujours prêts à négocier et à aider à financer le reste mais nous voulons parler avec des gens raisonnables.»

    «On avait raison de se bagarrer »

    La publication de bénéfices records a fait bondir les syndicats de Molex, qui se sont montrés sceptiques sur l’initiative du ministre. D’anciens salariés ont dit être écoeurés. «On met 300personnes dans la merde pour pouvoir rémunérer quelques actionnaires. Et en plus, ils ne veulent pas payer le plan social», s’est indigné Guy Pavan, ancien délégué CGT de l’usine. Cela «prouve qu’on avait raison de se bagarrer et qu’il faut continuer à se bagarrer contre ce genre d’entreprises», a ajouté l’ancien salarié. Lionel Garrigues, ex-délégué CFDT de Molex, a dénoncé, de son côté, une «provocation» de Molex.

  2. Estrosi accentue la pression sur Molex

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/020892275483-resultats-records-pour-molex.htm

    Le ministre de l’Industrie a appelé PSA et Renault à cesser leurs échanges commerciaux avec le groupe américain, qui vient de publier des résultats trimestriels records.

    Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et Molex. L’Etat français s’était déjà associé à une plainte contre l’équipementier automobile américain il y a une semaine, pour le forcer à honorer le financement du plan social de son usine toulousaine, fermée en 2009. Cette fois, c’est le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, qui est monté au créneau, en demandant à PSA Peugeot Citroën et Renault -deux importants clients de l’entreprise -de cesser tout échange commercial avec Molex.

    Cette annonce fait suite à la publication par l’équipementier d’un bénéfice net «record» de 75,1 millions de dollars au troisième trimestre, pour un chiffre d’affaires de 897,7 millions. Molex, qui affichait une perte de plus de 15 millions de dollars un an plus tôt sur la même période, a décidé de profiter de ce fort rebond pour augmenter le dividende versé à ses actionnaires de 14,8 %. «Les revenus et le bénéfice par action ont atteint un record absolu en septembre, les recettes étant même supérieures à ce qu’elles étaient avant la récession», a tenté de justifier le PDG de l’équipementier, Martin Slark. « Compte tenu de ces revenus et profits record, couplés à une organisation plus efficace qui résulte de la restructuration, nous augmentons le dividende», a-t-il ajouté.
    Une initiative « inadmissible », estime Estrosi

    Une initiative qui constitue «une démarche de mépris le plus total» à l’égard des salariés de l’usine, a estimé Christian Estrosi. «C’est inadmissible, c’est scandaleux. Comment peut-on mépriser autant des engagements qui ont été pris, ne pas respecter un PSE qui a été négocié avec le gouvernement, avec les salariés et les représentants des salariés de Molex ?», s’est-il indigné, à la sortie du conseil des ministres. Le ministre de l’Industrie a précisé que le gouvernement engagerait «tous les moyens nécessaires» pour imposer à Molex de s’expliquer devant la justice.

    Christian Estrosi a ajouté qu’il existait des «dispositions très claires» qui permettront à l’administrateur judiciaire et au gouvernement de soutenir cette démarche pour obtenir le remboursement des sommes avancées, et ainsi venir en aide aux salariés toulousains de Molex.

    Molex a en effet annoncé récemment l’arrêt du paiement des indemnités de congés de reclassement dues à 19 des 283 salariés concernés par le plan social de septembre 2009, ainsi que le financement de la cellule de reclassement qui accompagne les personnes licenciées dans leur recherche d’emploi. Un manque à gagner pour les salariés évalué à plus de quatre millions d’euros, par un délégué CGT, Denis Parise. L’entreprise américaine entend ainsi répliquer à une action engagée devant les prud’hommes par 188 salariés de l’usine de Villemur-sur-Tarn, dans la périphérie de Toulouse.
    LES ECHOS (SOURCE AFP)

    • Eh bien je trouve qu’il est grand temps que l’état français se bouge. Ils n’ont rien fait pour nous. Et pourtant ce n’est pas faute de démarches

      • RECTIFICATIF:
        Bonjour Martine,

        si l’état à fait des choses! Suite au délibéré du TGI de Versailles, il fallait continuer la procédure, comme le TGI nous le suggérait, car incompétent sur le fonf: les CCE n’y est allé!
        Il y avait aussi toutes les procédures d’appel à faire; le CCE Tyco Electronics, où tu étais secrétaire n’ a pas voulu continuer ces procédures sous la pression de l’exterminateur d’emploi chez Tyco Electronics France, MrCLABE, devant lequel vous étiez tous en extase et sous son contrôl!

        Le CCE de TYCO Electronics n’a pas joué son rôle au niveau des procédures juridiques.

        Il ne faut pas oublier non plus, que le ministre du travail à refusé à Tyco, l’autorisation de licenciement de 18 élues à l’usine de Chapareillan et 6 à l’usine de Val de Reuil, notamment au motif que “la rélaité du motif économique n’est pas démontré au vu des éléments présentées par l’employeur”. (voir décision du ministre jointe);

        La majorité du CCE, toutes les organisations syndicales sauf la Cgt TEF SAS, ne se sont jamais battues contre les 520 licenciements boursiers de tyco, alors que la Cgt l’avait démontré dès le début;
        De plus, vous avez signé un rpotocole d’accord sur les primes supra-conventionnelles injsute (car en fonction du salaire) et discriminatoire envers les Affection de Longue Durée, les arrêts de travail.

        La réalité, c’est que vous avez vendu nos emplois, en collaboration avec TYCO ELECTRONICS, en les bradants pour les bas salaires (le salaire médiant de Tyco était à environ 3000 euros chez Tyco, avec une moyenne des 10 plus hauts salaires de 18 000 euros par mois!
        La réalité c’est, qu’un salarié ayant 35 ans d’ancienneté, avec un arrêt de travail de 3 ans pour cause ALD, n’a toucher à peine 30 000 euros, et dans le même temps certains cadres, bien payés, eux toucherons des sommes folles genre: 250 000 euros!
        Est-celà la judtice social!?
        Et pourquoi, avez signé le PSE, le 5 janvier 2009, dans une séance marathon du CCE, sans même l’avoir repris ligne par ligne en séance.
        Dans ce PSE il n’y a même pas de budget formation précis.

        Alors de grâce, arrêtez de taper sur l’état,

        Maintenant pour notre part ( et celle d’autres élus), nous allons faire reconnaître devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (ainsi que Tyco Electronics nous y emmène, pour désavouer la décision du ministre du travail) que ces licenciements ne sont pas des licenciements économiques!

        Vous vous pouvez encore agir! Il suffit de vous engager dans un courrier, à être solidaire avec ceux qui vont faire respecter le droit français face à Tyco Electronics, patron voyou, au motif que ces 520 licenciements étaient prémédités de longue date, et ne serve qu’ a augmenter les profits des actionnaires, et les salaires des dirigeants;

        Merci de bien vouloir envoyer vos courrier, en copie au syndicat Cgt TEF SAS.

        Tous esemble contre les licenciements dans les grands groupes et chez les sous-traitants!

        Dominique

  3. Molex interdit de séjour dans les voitures françaises ?
    Source : La Tribune.fr – 27/10/2010 | 12:09 – 214 mots

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20101027trib000566962/molex-interdit-de-sejour-dans-les-voitures-francaises-.html

    Le ministre de l’Industrie a demandé à Renault et PSA de ne plus avoir « le moindre échange commercial » avec l’équipementier américain Molex , qui refuse de financer le plan social d’une usine fermée en 2009

    Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a annoncé mercredi avoir demandé à PSA Peugeot Citroën et Renault de ne plus passer de commandes au groupe américain Molex , qui refuse d’honorer une partie des engagements du plan social de son usine toulousaine. Il a estimé que l’annonce par l’équipementier américain d’un bénéfice net trimestriel de 75 millions de dollars, dont 15% seront redistribués à ses actionnaires, constituait « une démarche de mépris le plus total » à l’égard des salariés de l’usine mais aussi du gouvernement français et de la justice.

    « C’est inadmissible, c’est scandaleux », a ajouté Christian Estrosi, indiquant que le gouvernement engagerait « tous les moyens nécessaires » pour imposer à Molex de s’expliquer devant la justice. Pour le ministre, il existe des « dispositions très claires » qui permettront à l’administrateur judiciaire et au gouvernement de soutenir cette démarche pour obtenir le remboursement des sommes avancées pour venir en aide aux salariés toulousains de Molex et faire respecter leurs indemnités de reclassement et le plan social négocié.

    Molex a annoncé récemment l’arrêt du paiement des indemnités de congés de reclassement dues à 19 des 283 salariés concernés par le plan social de septembre 2009. L’entreprise américaine entend ainsi répliquer à une action engagée devant les prud’hommes par d’anciens salariés de l’usine de Villemur-sur-Tarn, dans la périphérie de Toulouse.
    latribune.fr avec Reuters – 27/10/2010, 12:09 |

  4. Bonjour à tous les salariés de Molex,

    nous vous soutenons dans L’AFFAIRE de la liquidation de la filiale de MOLEX qui doit payer votre plan social, comme cela a été signé par MOLEX.
    Nous vous soutenons aussi dans la lutte des 188 aux tribunal des prud’hommes de contester les licenciements économiques tels qui ont été validées par le ministre du travail, Eric Woerth, en autorisant le licenciement des élues et mandatées au mépris de la décision de l’inspecteur du travail!

    Dans cette affaire préméditée par MOLEX , de licenciements bousiers, déja deux anciens dirigeants de l’usine ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Toulouse, pour délit d’entrave au CE.

    Pour Tyco Electronics, et son plan de licenciements de 520 salariés, contrairement au « cas MOLEX », le ministre du travail, précédent Eric Woerth, a refusé l’autorisation, pour TYCO, de licencier 18 élues et mandatées à l’usine de Chapareillan et 6 à l’usine de Val de Reuil au motif, notamment, que « la rélaité du motif économique n’est pas démontré au vu des éléments présentées par l’employeur ». (voir décision du ministre jointe)

    Tyco Electronics porte l’affaire devant le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, afin de faire invalider la décision du ministre; Nous allons nous battre pour faire reconnaître que ces licenciements économiques ne sont pas des licenciements économiques, faire payer intégralement la facture de ce plan de licenciement à TYCO, et demander que l’état commissionne un expert pour faire toute la lumière sur les manigances de ce groupe multinational.

    Faisons reconnaître ensemble, que nos licenciements ne sont pas des licenciements économiques, mais des licenciements pour augmenter les profits des actionnaires et les salaires des dirigeants sur le dos de milliers de salariées.

    MOLEX/TYCO même combat!

    Pour le syndicat Cgt Tyco Electronics France SAS

    Dominique Rousseau
    DS Cgt


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES