Sarkozy: Opération enfumage sur la retraite et Sarkozy sur France 2: poker parano à l’Elysée.

Sarkozy: Opération enfumage sur la retraite

Jack Dion – Marianne | Mardi 13 Juillet 2010 à 16:25

En réduisant l’affaire des retraites à un problème démographique et en bottant joyeusement en touche sur les questions qui fâchent, Nicolas Sarkozy peut marteler à son aise que le projet de réforme des retraites est « juste ». Mais il ne s’agit là que d’une vaste campagne d’enfumage.

A en croire le Président de la République, le projet de réforme des retraites porté par Eric Woerth (un homme au-dessus de tout soupçon) est « juste ». D’ailleurs, c’est l’adjectif favori des ministres pour nous vendre une réforme ayant déjà fait descendre des millions de gens dans la rue.

Il faut croire que les manifestants sont des faibles d’esprit, à moins qu’ils ne soient victimes d’une forme de maladie mentale. Telle est d’ailleurs l’hypothèse envisagée par Dominique Seux, éditorialiste des Echos, qui écrit : «  Le slogan « pas touche aux 60 ans » témoigne d’un déni de la réalité stupéfiant d’une partie de nos concitoyens ». En somme, tout opposant au recul de l’âge de la retraite est vaguement schizophrène sur les bords.

Pour Dominique Seux, donc, il est parfaitement logique de demander à ceux qui sont au chômage de travailler plus longtemps. A l’heure actuelle, 61% des personnes de 55 à 64 ans sont sans emploi. Que va-t-il se passer si on leur impose de partir plus tard à la retraite? Les personnes concernées n’ayant guère de chance de retrouver un emploi, elles resteront plus longtemps aux Assedic. Ensuite, elles auront une pension de retraite amputée, ce qui se traduira mécaniquement par une baisse par une baisse du pouvoir d’achat qui pèsera forcément sur la croissance (et donc sur les rentrées budgétaires).

Voilà pourquoi l’affaire des retraites est à la réalité sociale ce que l’affaire Bettencourt est à la réalité politique. On nous assure qu’il s’agit uniquement d’un problème démographique. Cette question existe, assurément. Mais ce qui plombe les caisses de retraite, c’est d’abord et avant tout le chômage, le sous emploi, la précarité. Il faut savoir qu’un million d’emplois représente 5 milliards de cotisations dans les caisses de retraite. Or le gouvernement se refuse à évoquer cette question. Il préfère ne parler que de l’espérance de vie, en oubliant au passage les paramètres sociaux qui font que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.

Depuis que l’âge légal de la retraite a été fixé à 60 ans (en 1981), nous dit-on, l’espérance moyenne de vie a progressé de six ans. Certes. Mais entre temps l’écart d’espérance de vie entre un ouvrier et un cadre supérieur s’est encore accru, pour s’élever à sept ans. L’usure liée à une tâche pénible est souvent le moyen assuré de terminer sa vie plus tôt que prévu, et ce n’est pas le refus obstiné de prendre en compte la pénibilité du travail qui fera avancer le schmilblick.

Il y a plus grave. En réalité, la vraie notion à prendre en compte est celle de l’espérance de vie « en bonne santé », qui n’est que de 63 ans pour les hommes et 64 pour les femmes, avec toujours un écart de sept ans entre un ouvrier et un cadre. Face à de tels écarts et de telles injustices, il faut s’appeler Laurence Parisot, patronne du Medef, pour claironner :  « On vit cent ans ; on ne peut s’arrêter de travailler à 60 ». Tout le monde n’a pas l’existence harassante de Liliane Bettencourt. Nombre de ceux qui devraient, dans le futur, partir plus tard, risqueraient de ne plus partir du tout, sauf pour aller au cimetière.

Ajoutons que le gouvernement entend agir sur deux leviers à la fois : le droit au départ à la retraite (qui passerait de 60 à 62 ans) et l’âge du départ à la retraite à taux plein, sans décote en raison d’un manque de trimestres cotisés (qui passerait de 65 à 67 ans). Or cette dernière mesure est le summum de l’injustice. En effet, elle frapperait les plus pauvres, ceux qui ont des « trous » de cotisation, à commencer par les femmes.

Actuellement, près de 18% des Français ne peuvent partir en retraite qu’à 65 ans, et la moitié sont des Françaises, pénalisées par les carrières « fragmentées », comme on dit. Avec la réforme Woerth, de nombreuses femmes devraient ainsi choisir entre la peste et le choléra : travailler jusqu’à 67 ans ou partir en retraite avec des pensions amputées.

Comme réforme « juste », il y a mieux.

——————————————————————————–

——————————————————————–

——————————

Sarkozy sur France 2: poker parano à l’Elysée.

Il avait commencé par poser lui même une question, sur Facebook. Vendredi 9 juillet, à 18h39, Nicolas Sarkozy demandait aux internautes de lui faire part «des sujets qui vous intéressent». La dernière fois qu’il avait utilisé Facebook, c’était pour encourager Raymond Domenech… Cette fois-ci, environ 2 800 messages, la plupart très critiques (de l’appel à la démission aux questionnements de l’affaire Bettencourt), étaient venus remplir la zone de commentaires pendant le weekend. Mais lundi soir, sagement assis devant David Pujadas, le Monarque n’avait pas envie de parler du Sarkogate. Il parla donc des «calomnies» qui affecteraient Eric Woerth, s’est défendu d’avoir touché des enveloppes d’espèces, a fustigé les «officines» qui oeuvreraient en sous main pour l’attaquer.

Lundi soir, Sarkozy était tendu, parano, satisfait, récupérateur, et en recherche d’excuses.

Baliser le terrain
Lundi soir, Nicolas Sarkozy voulait «reprendre la main», dixit le Figaro. C’est dire s’il l’avait perdue. Sarkozy ne fut bon que pour la conquête du pouvoir. Depuis mai 2007, l’homme s’est révélé inefficace, brouillon, piètre manager de son propre gouvernement. La récente annonce qu’il ne remanierait qu’en octobre pour sanctionner quelques sous-ministres pris la main dans le pot de confiture fut le coup de grâce.

Pour l’intervention de lundi, il fallait donc baliser le terrain, nettoyer la place autant que faire se peut. Jeudi dernier, Claude Guéant était déjà à la manoeuvre : à croire certains témoignages de journalistes, c’est lui qui a livré coup sur coup des extraits tronqués du premier procès-verbal de l’interrogatoire de l’ex-comptable de Bettencourt à quelques journaux, puis une déclaration officielle selon laquelle l’Elysée était enfin blanchie. Ainsi, Gérard Davet, journaliste au Monde, confiait à Arrêt sur Images que «On n’a eu aucun mal à obtenir des extraits du PV, les sources n’ont jamais été aussi nombreuses et faciles d’accès. Mais il a été beaucoup plus compliqué d’en obtenir l’intégralité.»
Le même journaliste reconnaît qu’il a publié dans la foulée ces informations tronquées, mais, qu’ayant des soupçons, il a tenté d’en savoir plus avant de découvrir que les extraits du PV d’interrogatoire étaient suffisamment tronqués pour biaiser les conclusions… «C’est une stratégie élyséenne très précise de communication.» La phrase est lâchée. Cette lucidité surprend : Gérard Davet est un habitué des sources gouvernementales. En décembre 2008, il avait été le premier journaliste à sortir, sur le site du Monde, que le domicile de Julien Dray était perquisitionné. Quelques minutes avant que la perquisition ne débute… cette fois-ci, le voici reconnaître la manipulation, sans toutefois en tenir compte dans ses propres écrits puisque le Monde fut l’un des premiers journaux, avec le Figaro, à relayer la thèse élyséenne sur les soit-disantes rétractations de l’ex-comptable de Bettencourt…

Pendant le weekend, le rapport du directeur de l’Inspection Générale des Finances était venu partiellement corroborer la thèse présidentielle: aucune trace écrite ne prouvait l’intervention d’Eric Woerth pour empêcher un éventuel contrôle fiscal de Mme Bettencourt. Plus surprenant, on apprenait dans le même rapport que l’ancien ministre du Budget disposait bien d’une cellule fiscale au sein de son cabinet pour éplucher des situations fiscales individuelles, et que cette dernière avait vu passer plus de 6000 dossiers en deux années, dont… celui de Banier et Bettencourt.

Eric Woerth, de son côté, s’était dit soulagé à la lecture de ce rapport. Dimanche, il souhaitait être entendu par la justice. la Justice ? Celle-ci n’est pas saisie. Pour l’instant, un procureur, par ailleurs officiellement proche de Nicolas Sarkozy, conduit seul des enquêtes préliminaires. La Garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie a d’ailleurs précisé que les enquêtes en cours ne concernent pas Eric Woerth. Au moins, nous sommes fixés… Lundi, Eric Woerth a également lâché un sacré aveu : il réfléchit à démissionner de ses fonctions de trésorier de l’UMP. Rien que ça. Cette clarification était demandée, à gauche comme à droite (Juppé, Lagarde) depuis le lancement de l’affaire Bettencourt à la mi-juin.

Autre précaution, le report de la publication d’un rapport de la Cour des Comptes sur le train de vie de l’Elysée. Didier Migaud, président de l’institution, avait convié la presse pour samedi 10 juillet. Puis, surprise, la Cour des Comptes reporta la conférence de presse à jeudi 15 juillet. Laissons Nicolas tranquille…

Sarkozy tendu et parano
Lundi soir, à 20h15, le journal de France 2 se termine sur quelques images de liesse en Espagne, après la victoire du pays en finale de Coupe du Monde de football, la veille en Afrique du Sud. Nicolas Sarkozy apparaît, face à David Pujadas, dans le jardin du Palais de l’Elysée. On dirait Versailles, le décor est solennel, donc pompeux. Les mains sont croisées et serrées, les pieds aussi. Les cheveux du Monarque ont été laissés grisonnants. Les deux hommes sont dans le jardin de l’Elysée, sur une petite table marron. On devine un bois précieux, ou du marbre sombre. Les fauteuils sont assortis, avec un dossier et des appuis-coudes blancs.

David Pujadas énumère les sujets à venir, mais débute par «l’affaire qui a occupé la scène politique» ces dernières semaines, le scandale Bettencourt, ou plutôt le Sarkogate. Le sujet occupe une quinzaine de minutes sur l’heure d’interview. Sarkozy répond à Pujadas, qui lui demande si Eric Woerth sera à même de conduire la réforme des retraites après cette polémique, s’il a toujours toute la confiance du Monarque ou bien quitter le gouvernement. «Oui, oui, Eric Woerth est un homme honnete, c’est un homme compétent, c’est un homme qui a toute ma confiance.» répond Sarkozy.

La voix est presque cassée, preuve que la tension est extrême chez le Monarque. Les mains sont toujours serrées, très serrées…Les pieds sont toujours croisés, très croisés. Le teint est blafard. mais Sarkozy répond. Sur l’affaire Bettencourt, il a défendu son collaborateur-bouclier Eric Woerth. Un ministre reste ministre tant qu’il n’est pas mis en examen, et tant qu’il n’est pas convaincu d’avoir commis une erreur caractérisée, avait déjà confié un conseiller présidentiel au Figaro. Lundi soir, Sarkozy n’a pas dit autre chose. Mieux, il cite le fameux rapport de l’IGF. Sauf que ce n’est pas n’IGF qui l’a réalisé, mais son directeur, avec trois adjoints. Mais Sarkozy ne répond pas là-dessus. Il reste «sérieux» et rappelle que Woerth est «un homme profondément honnête qui vient de subir la calomnie pendant 3 semaines.» Eric, fameux bouclier.

Contre les «officines» dans l’affaire Bettencourt
Nicolas 1er insiste donc sur le «rapport extrêmement fouillé de l’inspection des finances», qui prouverait que «jamais, a aucun moment, ni d’acune facon, Eric Woerth n’est intervenu dans les affaires fiscales de Mme Bettencourt».  Il n’y a donc aucune raison de s’en séparer, conclut le Monarque. Extrêmement fouillé le rapport ? Douze pages, hors annexe. Dix jours d’enquêtes sur d’éventuels traces écrites d’une intervention de Woerth, aucune procédure contradictoire. Rien ne s’apparente à une enquête indépendante. Mais Sarkozy dénonce la perte de temps, et cite les vrais sujets (chômage, crise, retraites, etc). Il n’y aura pas d’autres enquêtes que celle du directeur de l’IGF sur l’éventuel conflit d’intérêt d’Eric Woerth, prévient-il. A Pujadas qui insiste, quand même : «cette question de conflit d’intérêt, je l’ai entendu.» N’a-t-il pas conscience de l’effet désastreux de ce genre de formule. Sarkozy paraît «hors sol». Il annonce : «je demanderai à une commission représentant toutes les familles politiques d’y réfléchir.» Mais le Monarque s’y attendait. Il livre un peu de parano : «Quand vous mettez en oeuvre des réformes, (…) la réponse, c’est bien souvent la calomnie.» Et il ajoute : «On l’a connu, il y a trois mois, ma femme et moi avons subi les pires calomnies.» Il cite Clearstream. Il se défend: «On me décrit comme quelqu’un qui depuis 20 ans irait chez Mme Bettencourt chercher des enveloppes

Il prend l’air ahuri, indigné, fait mine de s’étonner: m’enfin ! Il n’avait pourtant qu’une annonce à faire, une seule, qu’il n’a pas faite : demander l’ouverture d’une instruction judiciaire indépendante et autoriser la création d’une commission d’enquête parlementaire. Mais non, il ne faut pas exagérer. Pujadas insiste, et rappelle les témoignages recueillis ces dernières semaines sur un financement politique illégale. Sarkozy, offusqué, se fait menaçant :

Sarkozy : «Monsieur Pujadas, est-ce qu’ils parlent de moi, ces gens ?»
Pujadas : «Non, Ils n’ont pas parlé de vous.»
Sarkozy : «Bon»

Le Monarque rappelle le témoignage du majordome des Bettencourt qui assura n’avoir vu Sarkozy venir dîner ou déjeuner chez les Bettencourt que deux fois, «peut être trois», en 17 ans. N’y avait-il qu’aux repas que le couple Bettencourt remettait des enveloppes ?  «Je crois que chacun doit revenir à la raison.» Pas lui ? Il parle de ces «témoignages s’effondrent les uns après les autres.» C’était un complot. Sarkozy se lâche :

«Derrière les commentateurs, il y a des officines.»

Pujadas mentionne ensuite la probable démission d’Eric Woerth de ses fonctions de trésorier de l’UMP. Coup de théâtre, Sarkozy récupère le coup : c’est lui qui l’aurait conseillé. Mais, prévient-il, «Je ne suis pas en charge du fonctionnement de l’UMP.» On croit rêver.

Le journaliste enchaîne ensuite sur les abus de privilèges des ministres de Sarkofrance, et la promesse d’une République irréprochable. d’une phrase, Sarkozy enterre Alain Joyandet : «d’abord, deux ministres ont commis des indélicatesses. Je le leur ai dit. Ils ont en ont immédiatement tiré les conséquences.» Sarko ment. Joyandet, dans son Doubs natal, a du balancer son verre dans l’écran de télévision. La République irréprochable ? Jamais l’Elysée n’aurait été contrôlé par la Cour des Comptes. Sarkozy s’attribue l’entrée de la Cour des Comptes dans ceux de l’Elysée. C’est faux. Il s’attribue une démarche de … Philippe Séguin. Autre exemple, il cite la nomination d’un député de l’opposition à la présidence de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale. Il oublie l’avion à 180 millions d’euros, les cadeaux, yachts et lieux de vacances, l’envolée des frais de la présidence depuis qu’il occupe le Palais de l’Elysée. Il oublie tout, ou presque.

«Mais vous comprenez le désarroi... » s’étonne Pujadas. «C’est vrai, il y avait dans notre pays des mauvaises habitudes.» s’excuse Sarkozy. Il n’a pas eu le temps de tout réformer en à peine 3 ans de mandat… Et le financement des campagnes politiques ? Pujadas ne cite pas le Karachigate… Le Monarque énumère : «Clarté», «transparence» et «honnêteté dans les procédures». Il demande
L’Elysée et Matignon sont concernés par la réduction des effectifs des cabinets…

Le journaliste s’enquiert d’un éventuel remaniement gouvernemental. Il n’aura lieu qu’en octobre. Sarkozy s’indigne presque : «Monsieur Pujadas, je suis président de la République, je suis chef de l’Etat, un pays de 65 millions d’habitants» et de dénoncer « la valse des ministres et des ministères » qui serait «ridicule

Sarkozy ne comprend rien.

Scoop réchauffé, Sarko annonce qu’après les retraites, il s’attaquera à la dépendance dans le dernier tiers de son quinquennat. Sa nouvelle et dernière grande réforme.

Retraites, la fausse concertation continue
Sur les retraites, Sarkozy dénonce deux erreurs «insensées» : la retraite à 60 ans et les 35 heures. Il ressasse. «J’ai été élu pour traiter ce problème, pas pour le regarder» explique-t-il en citant que 10% des pensions sont financées aujourd’hui par la dette. Pujadas mentionne l’injustice de la réforme. Sarkozy répond: «parlons des injustices»; et il cite que le défaut de financement est la première des injustices… Quelles sont les alternatives ? Sarkozy se veut pédago. Il s’est détendu. l’affaire Bettencourt est derrière lui. Le voici qui s’abrite derrière la mondialisation, et s’exclame : «le monde est un village». Sarkozy manque de mentir : Pujadas lui rappelle que les entreprises et hauts revenus ne contribuent que pour 4 milliards d’euros. Le journaliste a potassé. Sarkozy botte en touche. Nouveau mensonge : il s’abrite derrière des exemples étrangers. Il oublie que la réforme conjugue durée d’activité record en Europe ET recul de l’âge de retraite.

Sarkozy ne revient pas sur les 44 ans de cotisations nécessaires pour les carrières longues. Il répète les arguments d’Eric Woerth. Depuis le 16 juin, rien n’a changé. Il célèbre ses dispositions relatives à la pénibilité :  ça n’existait pas avant ! «Nous créons un droit nouveau.» M’enfin !

A quarante-huit heures de son propre départ en vacances, il précise que «tout l’été, on va travailler» pour améliorer le projet. Mais il rappelle les deux points sur lesquels il ne reviendra pas : «les 62 ans, nous n’y toucherons pas.» Pareil pour l’équilibre des cotisations public/privé. Il faut le comprendre. «c’est difficile».

Sarkozy, lundi soir, voulait se faire plaindre.

Les manifestations de septembre ne changeront rien au projet. Mais il «respecte les manifestants». Ils sont prévenus… «je fais ça parce que c’est l’idée que je me fais de mon devoir de chef d’Etat.» Il faut le comprendre, ce n’est pas de sa faute.

«Je sais qu’il y a de la souffrance»
Autre sujet, la crise. Quelle est donc la politique économique du gouvernement ? s’interroge Pujadas.
Sarkozy énumère ses excuses : crise économique, crise agricole, crise financière, crise de l’euro. Ici encore, ce n’est pas sa faute, il faut le comprendre… «Là, on a été servi.» On oublierait presque que son paquet fiscal de l’été 2007 a aggravé la situation, en défiscalisant les heures supplémentaires et dégradant avant l’heure les comptes publics au point que certains à l’UMP songent déjà à le détricoter.


Sur la réduction des déficits, où trouve-t-on les économies ? Sarkozy mentionne immédiatement la réduction du nombre des fonctionnaires. Pujadas se trompe, en parlant de 1,5 milliards d’euros d’économies. Le vrai chiffre est 800 millions d’euros. Sarkozy ne répond pas sur le fond de la question. Il promet de maintenir les exonérations de cotisations sociales pour les services à la personne. Il ne faut pas trop exaspérer les classes moyennes. Sur le reste, il ne précise rien.Mais il répète qu’il n’augmentera pas les impôts :

Pujadas se lance ensuite sur le bouclier fiscal, et cite l’exemple de Liliane Bettencourt et ses 30 millions d’euros de remboursement obtenus l’an dernier. Sarkozy lève un sourcil. Il croyait s’en être sorti : «Monsieur Pujadas, vous êtes un journaliste trop sérieux pour vous laisser aller à des formules pareilles.» Et il précise, en martelant ses propos : «de tous les pays du monde, la France est celui qui taxe le plus ses plus riches.» Pujadas s’interroge: «à cause de l’ISF ?» Le cri du coeur du Monarque est éloquent, il s’étrangle presque : «A cause de tout !»

Mensonges, quand tu nous tiens
Le bouclier fiscal, objet de polémique depuis des mois que la crise frappe le pays, demeurera. Sarkozy répète son mensonge fameux, qui buzze depuis bien longtemps boutade sur le Web : «En 1997, les socialistes allemands ont supprimé l’impôt sur la fortune en Allemagne». C’est faux, et archi-faux.
Autre exemple, tout aussi faux : «en 2008, les socialistes espagnols ont supprimé l’impôt sur la fortune en Espagne.» Il omet de préciser que certaines régions espagnoles l’avaient déjà supprimées, quand José Luis Zapatero fit cette promesse en décembre 2007. Il oublie surtout de rappeler que Zapatero a fait machine arrière, en mars dernier, pour cause de crise économique !

«J’ai refusé de supprimer l’impôt sur la fortune !». Sarkozy s’emporte presque. Et à propos de Liliane Bettencourt, «Elle paye plusieurs millions d’euros d’impôts par mois. (…) On est dans un monde nouveau, Monsieur Pujadas.» Le taux d’imposition de Mme Bettencourt est estimé à 20%. Pas plus.

Nicolas Sarkozy est troublé par ces polémiques sur l’argent-roi : «Mais qu’est ce que c’est depuis quelques semaines que cette détestation de l’argent ?» Il ajoute : «C’est un rapport malsain.» Pujadas lui demande s’il n’a pas de problème avec l’argent. Sarkozy s’indigne calmement.  «En 35 ans, jamais on ne m’a accusé de quoique que ce soit de sérieux.» Il ajoute «ne pas être un homme d’argent», sinon il «n’aurait pas choisi une carrière dans la politiqueAvocat peut-être ? Ou époux de chanteuse-mannequin milliardaire ?

Et le Karachigate ?

Place à l’Europe, à la future organisation du G20 par la France. Nicolas Sarkozy a de grandes ambitions. Pujadas s’inquiète de la désunion franco-allemande. Sarkozy explique qu’il a du apprendre à connaître Angela Merkel, qu’il ne faut pas en vouloir à l’Allemagne, qu’il «adore» l’Allemagne, qu’il ne faut pas lui reprocher d’avoir traîné les pieds face à la crise grecque. Il lâche même cette curieuse formule, une vraie bourde diplomatique:

«On ne va pas faire payer à l’Allemagne le nazisme jusqu’à la fin des temps.»

Sur la sécurité, Pujadas critique l’inefficacité des lois contre les violences aux personnes. Le Monarque prend quelques exemples, anecdotiques et à côté du vrai sujet, celui des agressions contre les personnes. Il ne réalise même pas. Il mentionne d’abord sa visite nocturne, cachée et discrète en Seine-Saint-Denis («la sécurité en Seine Saint Denis, ça ne dérapera plus»). Il parle ensuite d’un futur projet de loi contre les mineurs-casseurs en milieu nocturne. Kessako ? Il voudrait que les parents viennent réparer les dommages de leur progéniture… Troisième exemple, la suppression des allocations familiales. Quatrième exemple, Sarkozy annonce la création de 20 établissements scolaires «à encadrement renforcé» pour y placer les élèves violents, et ce dès la rentrée prochaine.

Sur la nomination des patrons de l’audiovisuel public, Pujadas s’interroge sur le malaise né du soupçon d’interventionisme présidentiel. La réponse est incroyable, émanant d’un président qui n’a cessé, pendant toute l’interview , de s’afficher moderne: «La République irréprochable, c’est la transparence.» Puis: «ce n’est pas mon choix seulement. (…) J’ai beaucoup consulté.» Il ose même expliqué que les commissions culturelles de l’Assemblée et du Sénat pourront s’opposer à ce «choix du gouvernement». Choix du gouvernement ? Sarkozy n’assume plus.

Avant de conclure, David Pujadas demande au président français s’il a des preuves de vie de ses deux confrères journalistes retenus otages depuis plus de 6 mois en Afghanistan : «Nous ferons tout pour les sortir de la situation où ils se sont mis.» Notez la formule : «la situation où ils se sont mis.» S’ils sont détenus, c’est peu leur faute, non ?

Enfin, l’heure s’achève. Pujadas lance une dernière question : pourquoi avoir reçu Thierry Henri le jour des manifestations contre la réforme des retraites ? «Parce que je suis un passionné de football.» C’est aussi simple que ça. Une simple manifestation narcissique. j’aime le foot, Thierry Henry est un grand joueur, donc je le reçois. On reste bouche bée. L’espace de quelques minutes, Sarkozy devient patron de la Fédération Française de Football, et explique que grâce à lui, les joueurs n’ont eu aucune prime, et la direction de la FFF a été renouvelée.

Pour conclure, Sarkozy refuse de dévoiler officiellement ses intentions pour 2012: Il a du boulot, la France, ses réformes. Il n’a pas la tête à ça. Président, c’est une épreuve. «Il n’y en a qu’un qui n’a pas le droit d’avoir des ambitions présidentielles actuellement. C’est moi. Car les Français veulent du résultat, du concret de l’action. Tout mon énergie et là.»

Lundi soir, Sarkozy fut tour à tour indigné, tendu, et hors sol. Tout le monde se doute qu’un président a du boulot. Seul Sarkozy semble le découvrir.

Wikio - Top des blogs

http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs - Divers

Publicités

Un commentaire

  1. JE VEUX UNE RÉPUBLIQUE IRRÉPROCHABLE!
    C’EST SARKOZI QUI LE DIT PENDANT SA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE!

    A voir abslolument, pour l’enfoncer dans ses mensonges.

    Une video (elle ne dure que 1 mn ou 60 secondes) suréaliste, de Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2007!

    Le fond de la vodeo est un poster (façon fond d’écran « mocrosoft/windows/ vista etc..), avec beaucoup de ciel….

    Avec la musique et le chant qui arrivent en fond sonore après 26 secondes, alors là tu pars dans un autre monde!
    Carrément il dit dans ce clip: « le président d’une démocratie exemplaire aux yeux du monde…. »

    Voilà l’adresse sur Dailymotion:


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES