GREVE pour les salaires et les conditions de travail à TYCO ECHIROLLES

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’Union départementale CGT, l’Union locale CGT de Grenoble, la FILPAC CGT (Fédération CGT des industries du livre, papier et communication), le syndicat CGT TYCO et l’ensemble de salariés demandent à  la direction la réouverture immédiate des négociations, suite à  la décision unilatérale de cette dernière d’arrêter la négociation annuelle obligatoire. Les salariés sont en grève à l’appel de la CGT pour défendre leur pouvoir d’achat et inciter la direction du groupe à consentir une augmentation générale dans un accord pérenne qui garantisse à  chacun un minimum de progression de ses revenus :

  • en augmentant le pouvoir d’achat des salariés (3 % sur les salaires et prise en charge à 100% de la mutuelle) ;
  • en mettant en place un chèque transport et les tickets restaurant ;
  • en mettant en place un rattrapage des disparités de salaires pour un même poste, même qualification, sur l’ensemble des sites ;
  • en abordant la question de la pénibilité des métiers de sérigraphie avec la mise en place d’une prime mensuelle pour l’ensemble de conducteurs travaillant avec des produits dangereux et d’une prime d’ancienneté ;
  • en demandant, en cas de fermeture d’usine par la direction, de ne pas imposer des jours de congés (les ponts) et payer des heures supplémentaires à  partir de la 36ème heure.

La CGT dénonce les actes d’une direction revancharde qui pour tenter d’intimider les salariés, sanctionne à coup de lettre d’avertissement imaginaires, recadre sans fondement, effectue des changements de poste forcé tout cela pour effacer leur gestion calamiteuse.

Ensemble de salariés dénonce aussi l’attitude de la direction de ne pas vouloir négocier (comme pour l’accord senior, plan de formation, négociation annuelle obligatoire) et de toujours vouloir imposer ses points de vue, sans prise en compte des critiques des délégués syndicaux et membres de CE. On voit très clairement dans les schémas de stratégie de Tyco Electronics, distribués à  tous les salariés : « des gains plus importants pour nos actionnaires » mais pas un mot pour le pouvoir d’achat des travailleurs !

Non ! Les salariés n’acceptent pas que les valets des actionnaires avides de fric rognent sur les investissements, les emplois et le pouvoir d’achat des travailleurs qui créent les richesses !

Plus que jamais la solidarité est une valeur fondamentale que la CGT met au cœur de son action revendicative. Elle met toutes ses forces au service de la défense des intérêts des salariés et non pas à  celui d’intérêts personnels.

A Grenoble, le 4 février 2010

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES