Les fossoyeurs de l’emploi: les Auto-entrepreneurs Philippe Cohen – Marianne | Lundi 21 Décembre 2009 à 07:01 | Lu 5627 fois

Marianne2 fait le bilan des réformes qui contribuent à fragiliser l’emploi en France. On commence par les auto-entrepreneurs. C’est le prototype de décision qui fait la fierté des sarkozystes. Mais entre la concurrence déloyale des artisans et de PME et le déficit de cotisations sociales, la perte est colossale en terme d’emplois.

Ce fut la chanson de geste d’Hervé Novelli, le barde du néoilibéralisme inventeur de l’auto-entrepreneuriat : youpi, les Français découvrent enfin la vraie aventure de la création d’entreprise. Et le secrétaire d’Etat aux PME de clamer chaque fois le bond en avant des aventuriers : 263 000 au début décembre.
Quelques statistiques suffiraient à faire déchanter des esprits plus rationnels. En fait le portrait-robot de l’auto-entrepreneur laisse voir un… chômeur de 44 ans en moyenne qui ne facture pas grand-chose en réalité : sur 70 000 auto-entrepreneurs enregistrés à la fin mars par l’ACOSS (Agence centrale des organismes de sécurité sociale), seuls 29 000 ont facturé en moyenne 1400 euros en trois mois, ce qui les met tout juste au niveau d’un médiocre RSA. Tu parles d’un patron !

Au delà de cette polémique sur la vigueur de l’esprit d’entreprise à la française, ce dispositif pose deux problèmes essentiels en terme d’emploi :

1) La concurrence déloyale envers les artisans et les PME.
Il suffit d’aller dans les régions et de lire la presse quotidienne régionale pour le constater : partout les fédérations professionnelles d’artisans protestent contre la concurrence nouvelle qu’ils subissent de la part des auto-entrepreneurs. C’est dans le bâtiment que le problème est le plus crucial. Un peu partout, des artisans à la retraite ou des simples bricoleurs proposent aux particuliers de refaire leur salle de bain ou de repeindre leur salon à des tarifs inespérés. Entre les charges sociales et les impôts, limités à 20% pour un auto-entrepreneur et les charges fixes (locaux, téléphone, etc), les devis des auto-entrepreneurs sont moins disants de 20 à 50% par rapport à ceux du Bâtiment. Espérons que l’UPA, le syndicat des artisans, évalue le nombre d’emplois perdus à cause de cette concurrence déloyale.

2) Le déficit de cotisations sociales.
Aux dernières nouvelles, Hervé Novelli attendait un milliard de chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs en 2009. Ce qui signifie un déficit de cotisations sociales d’environ 300 millions d’euros. La Cour des comptes avait, voici quelque temps, évalué le manque à gagner occasionné par la mise hors cotisations sociales des stock-options. Philippe Séguin pourrait bien prendre le même genre d’initiative avec le dispositif des auto-entrepreneurs.

Reblog this post [with Zemanta]
Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES