Auto-entrepreneur: s’exploiter en chantant!

Français : Bataille dans les rues de Lyon deva...
Image via Wikipedia

Auto-entrepreneur, c’est le nouveau statut miracle: faire de l’oppressé son auto-oppresseur, content de filer droit en payant moins d’impôts…

Une chanson originale de Seb Musset

Chant traditionnel français du début du XXIe siècle, ramené par un troubadour accablé à l’issue d’une tournée estivale dans les provinces reculées. Tempo : 140 bpm.

Courageux auto-entrepreneur.


Tes enfants vont morfler,

quand tu reviens surexcité de ton chantier.

70 kilomètres de routes défoncées.

Tu croyais en avoir fini mais demain tu dois recommencer.

La patronne du jour veut que tu repeigne sa véranda en vert cassé,

Elle dit : « C‘est comme ça si tu veux être payé !


Fier auto-entrepreneur.


Grâce à ton monarque, tu es patron sans rien avoir dépensé.

Tu dis : « J’ai enfin le choix, maintenant je ne me lève que pour moi ! »

Et tu démarres au quart de tour

dès que le bourgeois claque

des doigts.

Quelles que soient les

conditions.


Pour toi : Plus de lois,

pas de protections.


Taf sur taf sinon

plus de maison,

plus de caddies

remplis et pour

les enfants, pas de

Playstation.


Dynamique auto-entrepreneur.


Pour modeler le pays, il fallait juste te séduire.

Salarié, tu refusais la moindre heure supplémentaire.

Aujourd’hui tu te coltines enjoué 74 heures hebdomadaires.

Ton excu
se : « Je ne suis pas imposé sur mon chiffre d’affaire ! »

Au beau milieu de la France des propriétaires dans la misère,
tu le cries convain
cu :
« Je navigue dans le système ! »

Le système, lui, se joue de toi,
trop heureux de te chasser de ses fâcheuses statistiques.

Triomphant:

« Je facture 30 euros de l’heure ! »

Mais quand, comme

toi, ils seront 1

million,

avec bien moins ou

bien plus de qualifications,


jusqu’à quels rabais descendras-tu pour rester dans la compétition ?

Déjà tu t’inquiètes :

« Dans le pavillon d’en face, un autre fait la même chose que moi ! »


Frêle auto-entrepreneur.


A trimer comme un forçat, tu perds la santé.
Tes parents ont 70 ans.
Comme eux tu en parais 50.
Tu en as à peine 30.

Quand ton dos sera défoncé par le labeur,
rendu inutile et immobilisé dans la douleur,
Y aura t-il une cellule psychologique pour

toi ?

Une aide à domicile, des soins remboursés ?

Exécuteur testamentaire de cette société de services dont tu ne profiteras jamais,
tu es pourtant bien placé pour le sav
oir :
Pour être servi, il faut de l’argent.

Pauvre auto-entrepreneur.


Si seulement tu pouvais mettre de côté.
Mais non, tout augmente:

le coût de la vie comme tes temps de trajets pour rallier tes 1001 chantiers, espèce de pollueur !

Chaque matin dans les bouchons,
Tu te
dis : « Le monde est mal fait.


Pourquoi les pauvres et les riches n’habitent pas aux mêmes endroits ?

Pourquoi les riches et les pauvres n’ont pas le même pognon ? »

Grâce à toi, leurs maisons ils en jouissent,

La tienne est un puits à soucis que tu rembourses aux banques qui te menacent de saisie.

Quand il te reste un peu de temps libre,

tu stresses pour ta déco.

Habitué à être le concurrent de ceux qui devraient être tes alliés,

tu convoites ce que veut le voisin qui lui aussi veut t’épater.

Tous comme un, un contre tous et tous en 806 pour aller bosser.

Ambitieux auto-entrepreneur.

Regarde plus loin que le bout de ton nez.

Ne vois-tu pas les grands lignes du tableau que tu dessines à l’encre de chine

Tu abandonnes sans broncher ce qu’il a fallu des années de lutte à tes aînés pour conquérir.

Tu perds tant mais tu tempères :

« Je n’ai jamais autant gagné ! »


Paradoxal auto-entrepreneur.


Tu pestais contre Bush et l’Amérique.
Tu vas encore voter Sark
o : Parait qu’à gauche c’est l’immobilisme.


Désormais tu ricanes en écoutant Besancenot et tu es sincère quant tu cites Sophie De Menthon.

Tu ne dis plus : « Je ne gagne pas assez, je suis mal traité ! »

Tu affirmes : « Les entreprises sont trop taxées ! »

Tu étais alter mondialiste, on pourrait te filmer pour un spot UMP !

Tu rêvais de décroissance, chaque lundi tu pries pour que les affaires recommencent.

Tu te pensais de gauche, pour la collectivité et la liberté,

T’es pas loin de penser que la collectivité c’est plein de feignants et que la solidarité c’est de la concurrence déloyale.

Quant aux syndicats ?

Pas ça de chez toi.

En ton domaine, tu es seul roi.

Inventif auto-entrepreneur.


Tu as attendu 20 ans que la droite t’autorise à faire là où elle te dit faire.

Tu saisis souriant la bouée lestée de plomb qu’elle te jette avec ses slogans tout confort.

Réforme ou offre promo, tu es fasciné par les calicots affichant -50%.

Tu ne vois pas que le seul discount c’est toi.

Tout doit disparaître, tes revendications avec.

Citoyen auto-entrepreneur,

pas vraiment non.

Figurant de la démocratie, un dimanche tous les 5 ans,

acteur de seconde zone du marché le reste du temps.

Avec toi pas d’insurrection,

la paix sociale s’achète à la sueur

de ton front.

Optimiste auto-entrepreneur,

à la grande joie de tes oppresseurs.

Dans ton bataillon, le nouveau régime fait un carton.

Sacrifié à l’exclusif bénéfice de la productivité,

esclave autorisé, juste bon à facturer.

Tu es content

« Je ne suis imposé qu’à 23% ! »


Complice auto-entrepreneur.


Le monarque débarrassé de toi se gausse de ton abnégation.

Tu t’offres sur un plateau à ses amis les nantis,

qui s’impriment tout à tour billets de banque et papier Q à ton effigie.

Victime volontaire d’un crime parfait,

tu fournis ta force de ton travail et son alibi : « J’ai envie de bourgeoisie ! »


Dépressif auto-entrepreneur.


Dépressif auto-entrepreneur

Dépressif auto-entrepreneur

Dépressif auto-entrepreneur

Dépressif auto-entrepreneur

Une bonne discussion ou un coup d’œil sur ta comptabilité

et tu finis par l’avouer : « Au fond, je n’ai pas le choix. »


Dangereux auto-entrepreneur.


Tes enfants te regardent.

Quel modèle leur offres-tu ?

Tu rêvais d’une économie à la Marx, tu leur construis un monde social à la Mad Max.

Avec des auto-drivés comme toi,

Ils n’auront même pas besoin de dictateur pour filer droit.

Instinctif auto-entrepreneur.

Tu sens bien que ton pays est au bout du rouleau.

Tu espères qu’un jour les gens se réveilleront.

Tu n’as pas encore fait la connexion,

les autres c’est toi.

Mais toi tu es occupé.

Tu es ton auto-bourreau.

Alors, tu n’y penses pas trop,

ça fait chauffer le carafon.

Et tu regardes une émission de déco avant d’aller dormir.

Demain y a boulot.

Retrouvez les articles de Seb Musset sur son blog

Mardi 11 Août 2009
Seb Musset – Blogueur associé
Lu 4365 fois
Reblog this post [with Zemanta]
Publicités

Un commentaire

  1. bonjour
    ici enfin les informations indispensable de ce que je recherche être auto entrepreneur , les astuces les ficelles ce que l’ on doit savoir

    amicalement

    frederic


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES