Affaire UIMM : « Laurence Parisot savait »


Par David Servenay | Rue89 | 18/01/2009 | 18H55

Dans une enquête décapante et fouillée, Guillaume Delacroix, journaliste aux Echos, dévoile les manoeuvres qui ont entouré le scandale de la caisse noire de l’Union des industries et métiers de la métallurgie. Où l’on découvre que les saints ne sont pas forcément ceux que l’on imagine. La présidente du Medef, Laurence Parisot, y perd son auréole de réformatrice en chef des moeurs du patronat. Entretien et explications.

Que savait la présidente du Medef?

Pour l’honneur, ils ont choisi de se retrouver ce lundi à la barre de la XVIIe chambre du TGI de Paris, celle qui juge les affaires de presse. Laurence Parisot attaque en « diffamation » Daniel Dewavrin, ancien président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Au printemps dernier, ce pilier de l’UIMM, ainsi que deux autres anciens de l’organisation (Denis Gautier-Sauvagnac et Arnaud Leenhardt) ont affirmé que l’actuelle présidente du Medef était parfaitement au courant des usages occultes des maîtres de forges.

En clair, Parisot aurait su qu’une caisse noire alimentait à la fois les syndicats, certains politiques, journalistes, chercheurs. Tout ce qui sert à « fluidifier le dialogue social », pour reprendre l’expression de DGS. L’enquête de Guillaume Delacroix confirme cette analyse: « Oui, Laurence Parisot était au courant du système dans son principe », affirme-t-il témoignages à l’appui, « sans connaître les modalités pratiques ».(Voir la vidéo)

Exemple: en janvier 2006, Laurence Parisot s’interroge, lors de réunions patronales au Medef, sur les liens financiers entre l’UIMM et Force Ouvrière, après que le syndicat ait refusé de signer un accord sur l’Unedic. Interrogée par le juge Roger Le Loire, chargé de l’instruction, Laurence Parisot défend une version bien différente:

« J’ai eu connaissance de l’Epim [Entraide pour les industries de la métallurgie, ndlr] au fur et à mesure de l’affaire. Denis Gautier-Sauvagnac en a parlé une première fois au bureau du Medef du 8 octobre 2007 […]. Je ne savais même pas que ce genre de mécanisme pouvait exister. »

D’où vient l’argent de la caisse noire? Où va-t-il?

S’il n’est pas prévu que la présidente du Medef se présente au tribunal, Denis Gautier-Sauvagnac y sera. L’ancien président de l’UIMM aura alors la possibilité de répéter ce qu’il a déjà expliqué au juge Le Loire et aux enquêteurs de la brigade financière.

« Ce n’est pas de blanchiment dont il s’agit, mais plutôt de noircissement des fonds de l’Epim », détaille Guillaume Delacroix. Une pratique au moins aussi vieille que l’UIMM (apparue en 1901), mais qui s’était étendue à de nombreux bénéficiaires au fil des ans.(Voir la vidéo)

Les politiques ont-ils touché de l’argent de l’UIMM?

L’enquête apporte des compléments d’information, notamment sur l’épineuse question des amendements estampillés UIMM et défendus avec vigueur par certains députés. Le cas de Roselyne Bachelot a déjà été évoqué: en 1995, la députée défend un amendement sur la formation professionnelle qui sauve les finances de l’organisation patronale.

D’autres cas, moins connus, sont cités. Avec d’autres ministres en exercice: Hervé Morin, Hervé Novelli. Ou encore les parlementaires Dominique Tian, Jean-Michel Fourgous, Olivier Dassault, Pierre Morange… Difficile d’apporter des preuves, mais les policiers ont observé sur la période incriminée (2001-2007) des pics de retraits d’argent liquide, juste avant les échéances électorales de 2002 (présidentielle et législatives) et 2007 (présidentielle et législatives).(Voir la vidéo)

Qui sera le prochain boss du patronat?

Derrière les péripéties judiciaires -aucun des protagonistes ne risque vraiment de passer par la case prison-, l’enjeu de cette lutte à mort est aussi l’avenir du patronat. De ce point de vue, « Enquête sur le patronat » est un modèle de décryptage des ambitions personnelles et des lignes de fracture des entrepreneurs français.

En mettant fin à de tenaces clichés: autant l’UIMM apparaît politiquement très conservatrice, alors qu’elle est socialement bien plus progressiste que le Medef ou l’Association française des entreprises privées (Afep). Quant aux hommes, ils sont déjà quelques-uns à afficher leurs ambitions pour succéder à Laurence Parisot, dont le mandat arrive à terme en 2010. Quoique discret, le premier d’entre eux est un certain… Denis Kessler.(Voir la vidéo)

Dernier point: le journaliste des Echos, chargé de suivre les affaires patronales depuis cinq ans pour son journal, est désormais black-listé par la présidente du Medef. Le jour où Laurence Parisot apprit que Guillaume Delacroix préparait un livre, elle entra dans une colère froide.

Photo: Laurence Parisot à l’Université d’été du Medef, le 27 août 2008 à Palaiseau (Audrey Cerdan/Rue89)

A lire aussi:
Enquête sur le patronat, dans les coulisses du scandale Medef/UIMM de Guillaume Delacroix, (Plon, 2009, 331 pp., 21,90 €)
Les articles de Rue89 sur l’affaire de l’UIMM
Les procès-verbaux de l’affaire publiés par les Echos

L’article sur Rue89

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES