Réponse au courriel de la secréataire du CE de Chapareillan du 16 septembre 2008

Madame Danielle Spolitini

Secrétaire du Comité d’Etablissement

Tyco Electronics France SAS

Usine de Chapareillan

RN 90 38 530 Chapareillan

Objet: réponse à votre courriel du 16 septembre 2008

Madame la secrétaire,

suite à l’annonce de fermeture des usines de Val de Reuil et Chapareillan et le transfert de l’établissement de Cergy St Christophe projetant de licencier 520 salariés en france, nous décidions en réunion publique des syndiqués le vendredi 5 septembre 2008 à la salle communale de la fruitière à Chapareillan l’arrêt immédiat de la procédure judiciaire menée par l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC et CFTC en collaboration avec la direction contre Mrs D.ROUSSEAU et F.DIDIER, afin de nous libérer de cette contrainte qui empêche le syndicat Cgt de défendre le mieux possible l’intérêt collectif des salariés.

Dans la nuit du dimanche 7 septembre 2008, nous informions l’ensemble du personnel de cette déclaration ainsi que des premières informations que nous détenions (voir tract recto-verso datée du vendredi 7 septembre 2008 intitulé: « Tyco veut nous faire disparaître le plus vite possible »).

Ce tract convoquait trois assemblées générales des salariés le lundi 8 septembre 2008 (à 11heures, 19 heures 30 et 21 heures.

A l’assemblé générale de 11 heures, nous avons proposé aux syndicats CFDT, CFE-CGC et CFTC présent comme spectateur de bien vouloir se réunir autour d’une table de négociation sur deux points, non négociables, afin de discuter d’une intersyndicale, pour faire face tous ensemble au projet de licenciements de 520 salariés:

  1. Retrait le la procédure judiciaire telle que mentionnée plus haut

  2. Négociation d’une plateforme intersyndicale minimum, intersites.

Propositions réitéré aux AG de 19heures 30 et 21 heures.

A ce jour aucune demande n’a été faite par les délégués syndicaux CFDT, CFE-CGC et CFTC et La Cgt est toujours en attente des propositions de la CFDT, CFE-CGC et de la CFTC.

Par ailleurs les salariés de l’entreprise, ainsi que la Cgt TEF SAS ne connaissent pas la plateforme de l’intersyndicale (ni son but) de l’usine de Chapareillan créée à l’occasion de « l’émergence » simultanée de la CFDT, CFE-CGC et CFTC trois semaines avant les dernières élections professionnelles.

Jean-Luc SAUSSAYE Dominique ROUSSEAU

DSC Cgt TEF SAS DS Cgt TEF SAS

Usine de Chapareillan

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • ARCHIVES